Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

12 - 2004, DVD 1 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres pour l'aménagement de la rue de Bretagne (3e)

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2004


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DVD 1 concernant l'aménagement de la rue de Bretagne.
La parole est à M. Jack-Yves BOHBOT.
M. Jack-Yves BOHBOT.- Merci, Monsieur le Maire.
C'est la première fois qu'est abordé au Conseil de Paris l'aménagement du quartier vert "Bretagne" dans le 3e arrondissement.
Si nous sommes favorables à ce type de démarche qui vise à limiter la vitesse et la circulation en centre-ville et à sécuriser les piétons, nous considérons que le choix de ce quartier risque d'engendrer plus de problèmes qu'il n'est censé en résoudre.
Avec les habitants du 3e, vous le savez, nous voulons un quartier vert dans le quartier des Gravilliers où tout doit être entrepris pour lutter contre les multiples nuisances d'un commerce de gros omniprésent et d'une mono activité étouffante. Quartier des Gravilliers où vous avez tout promis pendant les élections municipales et où, à ce jour, vous n'avez toujours rien réalisé.
Vous avez choisi d'implanter ce quartier vert "Bretagne", et le projet que vous nous présentez aujourd'hui comporte un certain nombre de risques pour les habitants et les commerçants que je vais rappeler.
Tout d'abord, la disparition des commerces traditionnels de la rue de Bretagne. Ces commerces ont des clients qui viennent de tout Paris ; et si ces clients ne peuvent plus accéder ou stationner dans le quartier, ils ne se fourniront plus rue de Bretagne, ce qui entraînera une chute de leur chiffre d'affaires et leur départ du quartier.
Déjà deux commerces traditionnels de proximité ont fermé cette année leur porte rue de Bretagne. On ne peut pas en même temps vouloir dire que l'on défend le commerce de proximité et prendre des mesures qui le tuent.
Deuxième risque : les reports de circulation. L'enfermement du quartier entraînera d'importants reports de circulation dans les rues avoisinantes. Les automobilistes ne pourront plus prendre la rue de Bretagne et choisiront de s'engager dans les petites rues étroites du quartier. Ainsi, les rues Caffarelli, Charlot et des Filles-du-Calvaire risquent de recevoir un important flot de véhicules bloqués rue de Bretagne.
Troisième risque : la dangerosité du carrefour Archives-Bretagne. Vous avez prévu de faire circuler l'autobus 75 en contresens de la rue de Bretagne. La création de ce contresens pour le bus 75 va rendre très problématique la traversée du carrefour rue des Archives et rue de Bretagne au niveau de la mairie du 3e arrondissement.
En effet, quand le feu sera au vert rue des Archives, Monsieur BAUPIN, les piétons traverseront la rue des Archives et seront surpris de se retrouver face à un bus - il en passe 10 par heure, ce n'est pas beaucoup - ou face à un taxi - et là, il en passe à peu près une cinquantaine par heure.
Quatrième risque : la transformation du quartier en un inextricable labyrinthe. Les véhicules engagés dans les voies étroites se trouveront rabattus dans leur voie de départ, ceci entraînera de fait des embouteillages. Si on prend toujours cet automobiliste qui a été bloqué rue de Bretagne, qui va s'engager dans la rue Caffarelli, il ne pourra plus emprunter directement la rue de Picardie puisque le double sens est supprimé et donc il devra s'engager dans différentes petites voies avant d'atteindre son but.
Cinquième risque que comporte ce projet de quartier vert "Bretagne" : où stationneront désormais les commerçants du quartier des Enfants-Rouges ? En effet, la suppression du stationnement rue de Bretagne, le long du square du Temple pose le problème du stationnement des camionnettes des commerçants du marché des Enfants-Rouges.
La Mairie de Paris, comme la mairie du 3e, ne nous dit pas ce qu'elle veut en faire. La rue Caffarelli, très étroite et qui risque de recevoir des flots importants d'automobiles, ne peut pas les accueillir ; alors, où projetez-vous d'installer les camions de livraison des commerçants de la rue de Bretagne ? Rue des Quatre-Fils, ou alors à quel endroit ?
Enfin, dans un quartier où les habitants sont pourtant peu motorisés et où les riverains ne trouvent déjà pas de place pour se garer le soir, vous supprimez dans ce quartier vert Bretagne à peu près une centaine d'aires de stationnement... oui, tout à fait ! qui risquent de pénaliser lourdement les habitants et les familles du quartier. Voilà.
En dernier point dans votre projet, alors que les services de la voirie nous avaient indiqué le carrefour à l'angle de la rue de Bretagne et la rue de Saintonge comme le carrefour le plus dangereux du 3e arrondissement, nous ne trouvons pas d'installation, de création d'un feu tricolore à cet endroit qui est pourtant, selon vos statistiques, le plus problématique de l'arrondissement.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Monsieur BAUPIN, vous avez la parole.
M. Denis BAUPIN, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
M. BOHBOT a abordé plusieurs questions. D'abord le choix du quartier vert, il a été fait par la mairie d'arrondissement, vous le savez. On ne peut pas, quand on est dans un camp, souhaiter que ce soient les mairies d'arrondissement qui soient concertées et associées au choix des périmètres comme le souhaitait M. GOUJON à l'instant - le choix du quartier vert "Commerce" avait été fait avec la mairie du 15e arrondissement - et quand on est de l'autre côté souhaiter que ce ne soit pas les mairies d'arrondissement qui décident. C'est donc bien avec le maire du 3e, M. AIDENBAUM, qu'a été choisi le quartier vert "Bretagne".
En ce qui concerne le quartier vert qui n'est pas l'objet de ce projet de délibération, je peux vous préciser que d'une part des premiers aménagements ont été faits de façon très conséquente sur la rue Beaubourg. Ils permettent de diminuer la pression des livraisons, ce qui était vraiment la demande prioritaire des habitants du quartier Gravilliers, et nous continuons à travailler avec eux notamment dans le cadre d'un groupe de travail présidé par le maire du 3e arrondissement, avec des réunions très régulières, pour trouver des solutions. D'ailleurs, toutes les solutions ne sont probablement pas à rechercher uniquement du côté de la voirie et de l'organisation des déplacements, mais plus globalement sur la problématique de la mono activité. Et de ce point de vue-là, le travail qui va être menée par la S.E.M.A.-EST devrait être d'un apport très important pour nous aider à résoudre ce problème, ou en tout cas à progresser.
Alors, en ce qui concerne le quartier vert "Bretagne", vous avez émis un certain nombre de critiques qui sont de votre droit bien évidemment. Moi, je voudrais vous souligner que ce quartier vert a été élaboré avec de nombreuses réunions locales auxquelles ont participé les conseils de quartier, les associations locales, les riverains et les commerçants. Huit réunions ont eu lieu entre septembre et décembre 2003 et ont abouti à ces propositions.
Vous dites que ces propositions menaceraient le commerce de proximité et, pour étayer l'argumentation, vous dites que deux commerces ont déjà fermé. Mais, à ma connaissance, le projet n'est pas encore mis en ?uvre. Il me paraît donc bizarre d'attribuer au projet de quartier vert la fermeture de commerces de proximité. Je regrette la fermeture de ces commerces. Il faut que la mise en place de l'aménagement sur la rue de Bretagne et du quartier vert contribue, au contraire, au développement du commerce de proximité. Mais ne nous attribuez pas des choses qui ont eu lieu avant même que le projet ait commencé à être mis en place.
En ce qui concerne le bus à contresens et le traitement du carrefour, les feux mis en place par la Direction de la Voirie et des Déplacements prévoiront évidemment le bus à contresens : lorsque le feu sera vert pour la rue des Archives, il sera rouge pour la circulation automobile et pour le bus. Mais on sait faire les couloirs de bus à contresens depuis de nombreuses années dans la Capitale. Bien avant que nous arrivions, la Municipalité précédente savait déjà faire cela, et même les précédentes.
En ce qui concerne le stationnement des commerçants, nous allons organiser huit zones de livraison sur le linéaire de la rue de Bretagne. Pour le stationnement devant le square, en tout état de cause, il n'était pas utilisé par les commerçants du marché.
Enfin, en ce qui concerne le stationnement sur la rue de Bretagne, 14 places en stationnement payant en rotatifs vont être supprimées sur un total de 53, et pas une centaine. Simultanément, nous allons faire en sorte qu'un certain nombre de places actuellement strictement rotatives passent en stationnement mixte de façon à ce que les riverains puissent récupérer du stationnement.
Voilà la raison pour laquelle ce projet, après la concertation qui a eu lieu, va nous permettre d'améliorer le cadre de la rue de Bretagne et de ses alentours au bénéfice aussi bien des habitants et des riverains que des commerçants.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 1.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DVD 1).