Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

134 - QOC 2004-153 Question de Mme Brigitte KUSTER et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris relative aux opérations d'aménagement afin de sécuriser les carrefours dangereux

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2004


Libellé de la question :
"Nous avons délibéré au Conseil de Paris de février 2004 du programme 2003 d'opérations d'aménagement de sécurité des carrefours ce qui au niveau calendaire me laisse toujours aussi dubitative.
Dans la perspective du programme 2004, que je pense nous validerons en 2005...! Peut-on savoir comment seront déterminés les "points noirs" à traiter ? Suivant quels critères seront-ils choisis : en fonction du nombre et de la gravité des accidents qui ont été constatés ou sur le potentiel accidentogène du site ?
Par ailleurs, les avis des conseils consultatifs de quartier seront-ils pris en compte ?
Enfin, existe-t-il une étude permettant d'avoir un bilan exhaustif des points noirs et dangereux ? Si oui, peut-on en prendre connaissance et comment programmez-vous les actions des années ultérieures pour les supprimer dans les meilleurs délais ?"
Réponse (M. Denis BAUPIN, adjoint) :
"Les carrefours nécessitant des aménagements de sécurité sont choisis selon trois critères :
- l'étude de l'accidentologie sur les 3 dernières années ;
- l'analyse des caractéristiques des sites (géométrie, équipements) ;
- la prise en compte des attentes locales (maires, associations de parents d'élèves...).
A cet effet, il est bien évident que les avis des conseils consultatifs de quartier sont pris en compte.
La hiérarchisation des demandes de traitement des carrefours est fixée par le maire d'arrondissement.
Il est à noter qu'une démarche qui s'appuierait exclusivement sur l'exploitation des données statistiques des accidents serait imparfaite dans la mesure où elle n'intégrerait pas le sentiment réel d'insécurité sur les sites où les statistiques d'accidents ne sont pas objectivement significatives.
S'agissant du programme 2003 pour ces opérations, adopté en février 2004, il convient de préciser que celui-ci a été inscrit au Contrat particulier Ville-Région signé le 3 juillet 2003 afin de centraliser un cofinancement, ce qui explique le délai pris par les services pour l'instruire au plan technique.
Le programme 2004 sera quant à lui présenté au Conseil de Paris du mois d'avril prochain.
Pour ce qui concerne le bilan exhaustif des points noirs, l'observatoire de la mobilité dresse régulièrement un bilan global des accidents corporels avec production de cartes thématiques pour l'ensemble de Paris. Par ailleurs, les sections locales de voirie tiennent à la disposition des maires d'arrondissement la liste des points noirs, notamment lors des préparations budgétaires.
Enfin, concernant la résorption de ces points noirs, la Municipalité parisienne a entrepris depuis trois ans une politique volontariste en la matière. En effet, la création de quartiers verts, le programme d'espaces civilisés, le schéma directeur d'accessibilité à l'espace viaire pour les personnes à mobilité réduite, la création de pistes cyclables, la priorité donnée aux transports en commun sont autant d'outils permettant de pacifier la circulation, de réduire les vitesses pratiquées et donc d'améliorer la sécurité de l'ensemble des usagers."