Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Dépôt de questions d'actualité.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2014


 

M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, je vous informe que 6 questions d'actualité ont été déposées. La première question d'actualité, posée par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, à M. le Maire de Paris, est relative "au droit de l'interruption volontaire de grossesse." La deuxième question d'actualité, posée par le groupe E.E.L.V.A. à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police est ainsi rédigée : "Monsieur le Maire de Paris, Monsieur le Préfet de police, Je souhaite, au nom du groupe des élus/es écologistes, vous faire part de notre inquiétude à propos de divers faits survenus récemment à Paris et qui traduisent la montée d'un climat général d'intolérance et parfois de violence et de haine de l'autre qui nous semble particulièrement préoccupant. Pour rappel, en janvier dernier, deux églises parisiennes, l'église Saint Jean Baptiste de Belleville (19e) et l'église Sainte Odile (17e) ont subi des dégradations et des inscriptions injurieuses. Quelques semaines auparavant, en novembre 2013, le mur de la porte d'entrée de la Grande Mosquée de Paris a été profané. A la fin du mois de janvier, les panneaux d'une exposition dans le 3e arrondissement consacrée à la déportation d'enfants juifs ont été vandalisés. Plus récemment, nous avons appris avec consternation que des familles Roms installées autour de la place de la République ont été la cible à diverses reprises d'une personne qui les attaque avec un produit corrosif. Ces personnes ont d'ailleurs déposé plainte. A ce propos, concernant les populations Roms, au-delà des actes décrits il y a quelques instants, qui sont abjectes et inacceptables et qui doivent être punis, il nous faut absolument être vigilant envers tout propos ou déclaration stigmatisant ces populations. Je pense notamment aux propos du Ministre de l'Intérieur, déclarant il y a quelques mois que pour lui, "les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie". A ceux de la candidate tête de liste UMP à Paris déclarant que "les Roms harcèlent les Parisiens". Et bien entendu, nous ne pouvons passer sous silence les propos scandaleux tenus lors de la séance du Conseil de Paris de décembre dernier par un conseiller de Paris UMP, ancien Ministre du Gouvernement FILLON et candidat à sa réélection, qui affirmait en séance : "Quand vous pensez qu'il est plus facile aujourd'hui d'enlever une voiture à Paris ! Cela prend 15 minutes. Vous vous garez sur une livraison, j'en ai fait l'expérience : 15 minutes entre le moment où vous vous garez et le moment où on enlève la voiture. Et il peut se passer des mois et des années avant que l'on bouge un mendiant Rom qui est là à l'année, tous les matins, qui revient, qui repart". Cela figure noir sur blanc page 106 du Bulletin municipal officiel de décembre 2013 ! Plus près de nous, je souhaiterais faire état de la profonde inquiétude et consternation face à certains propos entendus dans les cortèges de deux manifestations qui se sont tenues récemment à Paris : à savoir la manifestation "Jour de colère" qui s'est tenue le 26 janvier dernier, et plus récemment la "Manif pour tous" du 2 février dernier où des propos ouvertement homophobes et antisémites ont été proférés (on y a entendu le slogan "Juif, hors de France"). C'est vrai, hélas, la situation aujourd'hui nous rappelle une période sombre de notre histoire même si elle s'avère aussi plus complexe ; la société s'est métamorphosée, le mouvement social aussi et les vieilles idéologies de l'ultra-droite ont été considérablement renouvelées au contact d'un système de communication totalement inédit. Nous le répétons : il nous faut être vigilant et réagir contre ce climat d'intolérance et certains discours haineux qu'ils soient islamophobes, racistes, homophobes, sexistes ou antisémites. Cela est inacceptable et nous devons sans relâche dénoncer et lutter contre ces débordements. Aussi, le groupe des élus/es écologistes vous demande : - Monsieur le Maire, de réaffirmer une nouvelle fois solennellement l'attachement de la Ville de Paris et de ses élus/es aux valeurs de tolérance et au respect de tous et de la diversité ; - Monsieur le Préfet, de préciser les mesures que vous comptez prendre pour veiller à lutter contre ces débordements et actes inquiétants." La troisième question d'actualité, posée par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche à M. le Maire de Paris, est relative à "la mise en ?uvre du mariage pour tous à Paris." La quatrième question d'actualité, posée par le groupe U.M.P.P.A. à M. le Maire de Paris, concerne "l'Office du Tourisme." La cinquième question d'actualité, posée par le groupe U.D.I. à M. le Maire de Paris, concerne "l'avenir du Grand Paris." Enfin, la dernière question d'actualité, posée par M. Jean-François MARTINS à M. le Maire de Paris, est relative "aux investissements étrangers à Paris." Nous passons en formation de Conseil général. La séance est suspendue. Suspension et reprise de la séance.

(La séance, suspendue à onze heures trente minutes, est reprise à onze heures trente-cinq minutes, sous la présidence de M. le Maire de Paris).

M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, nous repassons en formation de Conseil municipal.

Pour les journalistes qui ne viennent jamais : c?est le charme du Conseil de Paris ! C?est ainsi depuis 1967 : nous sommes Conseil municipal et Conseil général mais il faut la cloche entre les deux, sinon ce n'est pas légal.