Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Allocution de M. Pierre AIDENBAUM, Doyen d'âge.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2014


 

M. Pierre AIDENBAUM, Doyen d'âge, président. - Mesdames et Messieurs les Conseillers, mes chers collègues, les premiers mots seront pour vous féliciter, vous qui, élus ou réélus, aurez l'honneur de représenter les Parisiennes et les Parisiens ces six prochaines années.

Au cours de la campagne électorale, en marge d'un meeting, un de mes collègues m'a soufflé à l'oreille : "Tu sais, Pierre, si tu es réélu, tu seras certainement le doyen d'âge et tu auras à faire le discours d'ouverture de la première séance de la mandature, comme c'est l'usage.".

Je n'avais pas songé à cette éventualité sur le moment ; je n'y ai pas prêté attention. J'y ai repensé une journée de campagne électorale après une longue journée de balade militante, une longue soirée de porte-à-porte, et je me suis dit : encore si jeune et déjà doyen d'âge.

Je me suis souvenu que l'un de nos illustres collègues, le professeur Pierre Lépine, avait exercé deux fois de suite cette fonction. Mes chers collègues, ne voyez aucune allusion au fait que je travaillerai déjà sur mon discours de 2020.

Une phrase de Marguerite Yourcenar m?est alors revenue en mémoire : "Quand on vieillit, sans doute parce que l'on va moins vite, les honneurs nous rattrapent." Mais oui, mes chers collègues, aujourd'hui, c'est un honneur. J'ai donc l'honneur et même le privilège de l'âge, puisqu'il faut quand même y trouver quelques avantages, d'occuper ce fauteuil pour le premier Conseil de la mandature. Un fauteuil que je vais malheureusement devoir libérer dans quelques instants !

Un de mes prédécesseurs, Pierre-Christian Taittinger, doyen d?âge en 2008, à l'éloquence reconnue, avait commencé son discours par cette phrase : "Les discours du doyen doivent avoir un charme, c'est d'être suffisamment longs pour être intéressants, et suffisamment courts pour n'ennuyer personne."

Je vous rassure dès à présent en vous confirmant que c'est bien l'objectif que je me suis fixé.

Permettez-moi de commencer par quelques mots personnels pour vous dire l'émotion qui est la mienne en cet instant.

Moi, qui, adolescent, prenait tous les matins le bus 72 avenue Victoria, juste en face, pour aller au collège, je regardais ce monument, l?Hôtel de Ville, avec des yeux d'adolescent, en me disant que ce lieu était inaccessible et réservé.

Moi, le petit juif de la rue des Rosiers, fils d'immigrés, dont la famille essayait de se reconstruire après avoir subi les pogroms de Pologne au début du XXe siècle, puis la monstruosité de la Shoah qui avait décimé nos quartiers.

De la communale de la rue de Moussy à la synagogue de la rue Pavée, de l'atelier de casquettes de la rue de Thorigny à la boutique de chapeaux de la rue du Temple, je repense au chemin parcouru, je vous regarde les uns et les autres réunis ce matin dans ce bel hémicycle, et je me dis : quelle est belle la République ! qu'il est beau ce pays qui donne sa chance à tous ses enfants, d'où qu?ils viennent, quel que soit leur sexe, quelle que soit leur religion, quelle que soit la couleur de leur peau.

Mon engagement associatif, en tant que président de la Licra, comme mon engagement politique ont toujours été inspirés par cet idéal, et par la volonté de défendre un socle de valeurs sur lequel on ne doit jamais transiger.

Pourtant, aujourd'hui, un vent mauvais souffle sur notre pays. Nos idéaux républicains sont parfois mis à mal par les discours de haine, de rejet de l'autre, de stigmatisation. Mis à mal par des propos, des actes racistes, antisémites, xénophobes et homophobes.

Dans cette lutte permanente contre l'intolérance et la haine, Paris a toujours joué un rôle capital : Paris, ville lumière, Paris, ville de la Déclaration universelle des droits de l'Homme et du citoyen, Paris, ville Compagnon de la Libération, Paris, ville de culture, Paris, capitale de notre pays, mais aussi capitale universelle de ces valeurs qui nous réunissent et nous grandissent.

Ces valeurs, nous en avons hérité, elles n'allaient pas de soi. Ce sont des hommes et des femmes qui se sont battus pour les imposer, qui ont souvent donné leur vie pour les inscrire dans notre réalité, pour les défendre, pour les graver sur les frontons de nos mairies et sur les murs de l'Hôtel de Ville dans lequel nous nous trouvons.

De grandes luttes se sont jouées dans ces lieux, dans ces murs, il suffit pour en prendre conscience de traverser les grands salons du bâtiment. Dans l'un d'entre eux, vous trouverez un tableau représentant un moment clé de notre histoire : la remise par Jean-Sylvain Bailly, qui fut proclamé premier Maire de Paris le 15 juillet 1789, de la cocarde tricolore à Louis XVI, prenant ainsi rendez-vous avec l'avenir et faisant de Paris l'épicentre de l'idéal républicain.

Qui ne se souvient aussi ici de ces mots gravés dans notre mémoire collective, prononcés par le Général de Gaulle, il y a tout juste soixante-dix ans, le 25 août 1944 : "Paris, Paris outragé, Paris brûlé, Paris brisé, Paris martyrisé mais Paris libéré !"

Cet héritage, nous pouvons en être fiers mais, surtout, cet héritage, il nous oblige. Il nous oblige à la vigilance, à ne jamais baisser les bras. Il nous oblige à ne jamais détourner le regard, à ne jamais se compromettre avec les ennemis de la liberté. Paris est à l?avant-garde et doit le rester.

Paris est une ville de tolérance, enrichie par sa diversité, par ses visiteurs venus du monde entier, par ses nouveaux habitants, par ce merveilleux brassage.

Paris est une ville solidaire pour les droits des minorités, pour les droits des plus démunis, pour ceux qui, dans la difficulté, ont besoin d'être écoutés, entendus, protégés.

Mais tout cela ne se proclame pas. Non, au-delà des symboles, tout cela se construit et tout cela se défend.

Nous avons l'obligation d'être exemplaires à l'égard de nos concitoyens qui nous ont fait confiance en nous élisant. Quelles que soient d'ailleurs nos sensibilités politiques et les places que nous occupons au sein de cet hémicycle, nous leur sommes redevables de cet honneur. Nous ne sommes pas là pour nous, nous sommes là pour Paris, nous sommes là pour les Parisiennes et pour les Parisiens.

Cette mission, nous ne pouvons l'accomplir seuls et je souhaite profiter de ce moment pour rendre hommage à toute l'administration et aux agents de la Ville : ils sont les garants de la continuité du service public aux Parisiens.

Paris peut être fier de son administration, dont les qualités sont unanimement reconnues et appréciées. Les hommes et les femmes dévoués, compétents, qui travaillent et questionnent leurs méthodes dans le sens d'un meilleur service rendu.

Sous l'impulsion des élus et avec leur collaboration, j'ai pu voir le fonctionnement de cette ville évoluer. J'ai vu Paris se moderniser. En tant que maire d'arrondissement, maire du 3e, j'ai notamment pu constater comment les relations entre la mairie centrale et les mairies d'arrondissement avaient changé, avaient modifié la donne, avaient modifié les comportements, avaient donné à Paris un temps d'avance.

Cela nous a permis de tisser un lien plus fort encore avec les habitants de nos quartiers, et d'enrichir avec eux nos réflexions et nos projets, ce qui a permis l'émergence d'une véritable démocratie locale de proximité.

De tout cela, naturellement, je tiens à remercier chaleureusement Bertrand DELANOË qui a voulu et permis ces avancées.

Chers collègues, pour conclure, les défis qu'il nous faut relever, nous les connaissons : le logement pour tous parce que Paris doit rester une terre de diversité et de mixité sociale ; le développement durable parce que la haute idée que Paris se fait de l?homme ne peut aller sans un profond respect de l?environnement ; la vie culturelle parce que Paris se vit avec passion et amour ; le dynamisme et l?attractivité parce que Paris doit garder les moyens de ses ambitions ; l?emploi, la solidarité, le service public parce que Paris doit donner sa chance à chacun ; enfin, l?exigence démocratique parce que Paris ne peut se construire qu?avec les Parisiens, toutes les Parisiennes et tous les Parisiens. Je veux profiter de cette occasion pour formuler à titre personnel le v?u que soit donné aux Parisiens étrangers extra-communautaires le droit de s?exprimer sur la vie de leur cité, oui, le droit de vote aux élections municipales. Mes chers collègues, j?ai personnellement connu trois Maires de Paris, j'ai vu l?évolution de notre ville, toujours au c?ur des avancées de notre société. Aujourd?hui, je fais face à une magnifique illustration de cette modernité. Oui, mes chers collègues, dans notre hémicycle, nous ne pouvons qu?être fiers de compter aujourd?hui une majorité de femmes. Le défi de la parité se concrétise : eh oui, Mesdames, vous êtes aujourd?hui majoritaires ; et oui, mes chers collègues hommes, nous sommes trois de moins dans cet hémicycle et il faudra bien nous y faire. Je vais vous faire une confidence : j?ai le sentiment, l?intuition même que nous allons vivre dans quelques minutes une avancée historique. Une avancée que les Parisiennes et les Parisiens ont souhaité en se prononçant démocratiquement, clairement et largement. Cette ambition de progrès et de modernité, cette dynamique qui a toujours guidé Paris, nous devons y prendre toute notre part, mais elle doit être partagée. C?est la responsabilité et l?honneur qui nous incombent, à partir d?aujourd?hui et pour les six années qui viennent, de servir la Capitale. Mes chers collègues, je vous remercie. Mes chers collègues, avant de procéder à l?élection du Maire de Paris, je voudrais vous donner quelques indications sur le déroulement de cette séance. Après l?élection du Maire, nous adopterons le projet de délibération fixant le nombre d?adjoints. Nous siégerons ensuite en formation de Conseil général pour déterminer la composition de la Commission permanente. Nous reprendrons nos travaux en formation de Conseil municipal par l?élection des adjoints, cette élection a lieu au scrutin secret, conformément au Code général des collectivités territoriales. Enfin, nous élirons les vice-présidents et les membres de la Commission permanente du Conseil général. Je vous précise qu?à l?issue de notre séance, un déjeuner sera servi dans les salons pour les élus et les fonctionnaires concernés par cette séance. Mes chers collègues, je vous propose de composer le bureau d?âge qui va permettre de procéder à l?élection du Maire et des adjoints. Je vous rappelle que le bureau d?âge est composé du doyen d?âge et des quatre plus jeunes conseillers en qualité de secrétaires. Je vais donc les appeler : M. Alexandre VESPERINI, Mme Fanny GAILLANNE, Mme Anne-Charlotte BUFFETEAU et Mme Marie-Laure HAREL. Je vous demanderai de nous rejoindre à la tribune après les prises de parole.