Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

150 - QOC 2004-169 Question de M. Jack-Yves BOHBOT et des membres du groupe U.M.P. à M. le Préfet de police relative à la présence de prostituées place de la République au niveau de la rue du Temple

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2004


Libellé de la question :
"M. Jack-Yves BOHBOT souhaite attirer l'attention de M. le Préfet sur la présence de prostituées place de la République, au niveau de la rue du Temple.
Ce groupe de femmes, initialement installé boulevard Saint-Denis, près de la station de métro Strasbourg-Saint-Denis, semble s'être déplacé vers la rue du Temple.
Elles sont surtout présentes à la fin de la journée et se livrent à un racolage passif ou actif.
M. Jack-Yves BOHBOT et les membres du groupe U.M.P. demandent à. M. le Préfet de Police de sensibiliser les groupes de surveillance de la voie publique des commissariats centraux, ainsi que la brigade de nuit pour que des contrôles réguliers puissent être exercés auprès de ces personnes, dans le cadre législatif et réglementaire en vigueur."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Le quartier de la place de la République et de la rue du Temple est englobé dans un secteur plus vaste, allant de Strasbourg Saint-Denis à Belleville.
Une comptabilité visuelle des prostituées de voie publique menée de jour et de nuit à la fin du mois de janvier par les effectifs des services territoriaux de la D.P.U.P. a permis de constater la présence d'une vingtaine de prostituées essentiellement d'origine asiatique de Bonne-Nouvelle à République. L'activité nocturne reste quant à elle négligeable.
L'axe République-Belleville, est fréquenté par une trentaine d'autres prostituées et une dizaine la nuit.
Les intéressées sont pour la plupart en possession de documents administratifs en cours de validité et se trouvent donc en situation régulière sur le territoire national.
Une surveillance étroite des secteurs prostitutionnels est assurée en partenariat par les services de la D.P.U.P. et par la Brigade de répression du proxénétisme.
Ainsi, depuis la loi du 18 mars 2003 pour la Sécurité intérieure relative à la lutte contre les réseaux de proxénétisme, les fonctionnaires des commissariats des 3e et 10e arrondissements ont mis en cause 65 personnes pour racolage public, dont 64 ont été placées en garde à vue et 18 déférées devant une autorité judiciaire ou administrative. Parallèlement, l'unité de soutien aux investigations territoriales (U.S.I.T.), créée depuis la mi-octobre 2003 et dédiée à la lutte contre ce délit sur l'ensemble de la Capitale, a fortement participé à maîtriser ce phénomène, en réalisant plus de 20 interpellations sur le secteur. Les actions de terrain se poursuivent quotidiennement afin de faire baisser très sensiblement cette présence sur la voie publique."