Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

16 - 2004, DVD 31 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer des marchés sur appel d'offres pour la fourniture de mobilier urbain dans le cadre du Tramway Maréchaux Sud (13e, 14e et 15e)

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2004


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DVD 31 qui concerne le tramway sur les Maréchaux sud, 13e, 14e et 15e.
Madame de CLERMONT-TONNERRE, vous avez la parole.
Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Merci, Monsieur le Maire.
Monsieur le Maire, mes chers collègues, il n'est plus une séance du Conseil de Paris où nous ne soyons amenés à nous pencher sur le parcours sinueux du tramway des Maréchaux.
Délibérations après délibérations, les projets se succèdent portant selon les mois sur un nouveau marché, sur un surcoût, sur un projet virtuel d'accompagnement artistique ou encore sur la résiliation d'un marché d'O.P.C. comme vous nous le proposez aujourd'hui dans le projet de délibération DVD 35, que nous examinerons tout à l'heure.
A ce stade, Monsieur le Maire, il serait opportun que les 163 Conseillers de Paris disposent en annexe à toute nouvelle délibération concernant le tramway d'une fiche synthétique récapitulant la portée budgétaire des 7 projets déjà soumis à notre Assemblée.
Cette demande, Monsieur le Maire, nous semble légitime dans la mesure où les passations et les résiliations de marché s'accumulent et où il devient difficile de suivre le parcours budgétaire du tramway. Je prendrai pour exemple les 400.000 euros de crédits affectés au programme d'accompagnement artistique du tramway sur les Maréchaux. N'ayant pas entrevu la moindre réalisation ou exposition sur le futur tracé, alors que les premiers mois artistiques avaient vocation à être inaugurés en juin 2003, les élus de notre groupe ont incidemment appris que le marché de prestations de service passé en mars 2003 venait d'être résilié et que vous aviez été contraint de verser plus de 77.400 euros pour indemniser le producteur et les artistes mandatés.
Vous conviendrez, Monsieur le Maire, qu'il est un peu difficile pour chacun d'entre nous de suivre au quotidien les méandres de tous les marchés que vous passez !
S'agissant du mobilier urbain qui fait l'objet de ce projet de délibération, vous nous demandez aujourd'hui de donner une sorte de blanc sein pour la passation d'un marché de fournitures pour le mobilier urbain du tramway.
Je souhaite, Monsieur le Maire, vous exprimer mon étonnement devant le vide abyssal de ce projet de délibération :
- Vous ne nous dites rien sur ce mobilier du tramway alors qu'il a été présenté à la Commission du mobilier urbain en janvier 2004 et a fait l'objet de diverses observations des membres de la Commission.
- Vous ne nous donnez aucun élément d'appréciation de ce mobilier alors qu'il est censé participer à la revalorisation de l'espace public des boulevards des Maréchaux dans les 13e, 14e et 15e arrondissements.
- Dans le même registre, nous sommes surpris que vous n'ayez pas pris le temps de présenter ce mobilier aux élus des arrondissements concernés, qu'il s'agisse des 250 banquettes "Porto", des 25 bancs "Lisbonne" en lames d'acier courbé ou encore des 2.500 nouveaux potelets de 1,20 mètre de haut qui seront implantés sur le parcours du TMS.
- Nous regrettons que vous n'ayez pas intégré à ce projet de délibération une reproduction visuelle de ce mobilier tel qu'il a été présenté à la Commission du mobilier urbain. Ce principe de reproduction facilite la perception des projets et pourrait d'ailleurs avoir vocation à se généraliser dans les projets de délibération que vous nous soumettez.
- Enfin, nous nous étonnons, Monsieur le Maire, ainsi que l'ont souligné plusieurs membres de la Commission du mobilier urbain, que la Ville de Paris n'ait pas jugé opportun de lancer un concours général de designers pour accompagner le mobilier Wilmotte que la R.A.T.P. devrait, elle, mettre en place dans les stations.
Nous déplorons que l'argument économique semble avoir été le seul critère pour le choix de ce mobilier qui aurait pu jouer un rôle qualitatif appréciable dans le paysage du boulevard des Maréchaux, comme c'est le cas par exemple pour le mobilier mis en place sur l'avenue des Champs-Elysées.
Alors, certes, les bancs du tramway coûteront moins chers que ceux de la Promenade plantée et que ceux des Champs-Elysées mais, Monsieur le Maire, Paris mérite mieux que ce mobilier banal et au rabais que vous nous proposez !
(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste et radical de gauche, du Mouvement républicain et citoyen, communiste et "Les Verts").
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Vous avez la parole, Monsieur BAUPIN.
M. Denis BAUPIN, au nom de la 3e Commission. - Oui, merci, Madame de CLERMONT-TONNERRE, de cette intervention.
Je ne sais pas si le tramway a un parcours sinueux. Mais, sachez que tous les éléments concernant le tramway sont donnés aux mairies d'arrondissement, aux trois mairies d'arrondissement concernées, avec lesquelles nous tenons des comités de pilotage réguliers. Vous-même en tant que membre de la Commission du mobilier urbain, vous avez eu tous les éléments en ce qui concerne ce mobilier. Evidemment nous cherchons à faire tout cela avec le plus de transparence possible, et la mission "Tramway" travaille d'arrache-pied pour faire en sorte que ce tramway soit à la hauteur des attentes des uns et des autres, et des délais qui nous ont été fixés par le contrat de plan Etat-Région. Alors, chaque fois qu'un élu lui fait une demande d'information, elle la fournit dans les plus brefs délais.
Je tiens d'ailleurs à vous indiquer que nous avons mis en place depuis la semaine dernière, des permanences d'information sur le site pour les riverains, pour les commerçants, de façon à améliorer encore la communication sur place.
J'espère en tout cas que nous aurons moins de problème pour notre part avec notre tramway que d'autres villes qui ont défrayé la chronique ces dernières semaines. Peut-être parce que leurs parcours étaient plus sinueux encore que le nôtre, avec plus de difficultés techniques.
Mais je voudrais surtout ne jeter la pierre à personne parce que l'expérimentation en la matière est difficile et je me garderai bien de jeter la pierre à quiconque. Gardons simplement, si vous le voulez bien, un peu de modestie de part et d'autre sur tout cela.
Alors, vous souhaitez faire état des coûts qu'engendrerait le tramway. Au début de votre intervention, puis, à la fin, vous nous dites qu'on mettrait du mobilier urbain au rabais et que vous auriez souhaité que nous mettions en place le mobilier urbain des Champs-Elysées, qui alors lui a vraiment "coûté les yeux de la tête" à nos concitoyens. Eh bien, non, nous avons souhaité accompagner le tramway d'un mobilier urbain de qualité mais sans pour autant faire les folies qui avaient été faites pour les Champs-Elysées. Je crois que ce qui est aujourd'hui étudié, puisque l'instruction technique qui se poursuit évidemment permettra de prendre en compte plusieurs variantes pour ce mobilier urbain, sera de qualité.
En ce qui concerne les reproductions des documents, je regrette qu'aujourd'hui le système informatique de Ville ne nous permette pas de diffuser facilement avec les délibérations des reproductions en couleur des différents projets. Simplement, en 3e Commission, ces documents étaient disponibles pour ceux qui le souhaitaient. Donc je vous l'indique : lorsque nous présentons nos dossiers en 3e Commission, nous faisons en sorte d'avoir le maximum de documentation pour les élus qui le souhaitent. Et évidemment les membres de votre groupe ainsi que les collaborateurs de votre groupe qui sont présents peuvent en recueillir pour les élus qui le souhaitent pour vous les transmettre si vous êtes intéressés par ces documents.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 31.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DVD 31).