Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UMP relatif à l'Association pour le soutien du théâtre privé.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2014


 

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous passons au v?u n° 94 qui est relatif à l'Association pour le soutien du théâtre privé. Je donne la parole à Mme Delphine BURKLI.

Mme Delphine BURKLI, maire du 9e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire. Nous lançons aujourd'hui un cri d'alarme. A force de rabot par votre majorité, la santé financière de l'Association pour le soutien du théâtre privé ne cesse de se dégrader. Plus qu'ailleurs, nous constatons auprès des professionnels combien la diminution radicale de 22 % de l'aide au théâtre privé, que vous avez décidé ces dernières années, tue à petit feu ce secteur pourtant vital pour notre ville. La situation est simple : un tiers du financement du théâtre privé provient d'une taxe de 3,5 % sur la billetterie. Sauf à augmenter cette taxe, ces ressources propres ne sont pas extensibles puisqu?il est, je vous le rappelle, juridiquement impossible pour l?A.S.T.P. d?avoir recours au mécénat. Ce prélèvement de 3,5 % rapporte toujours autant, ce qui démontre qu?il n?y a pas de problème de billetterie, ni de désamour du public, bien au contraire. En plus de cette taxe, les deux autres tiers du financement de l?A.S.T.P. tiennent au soutien de la Ville de Paris et au Ministère de la Culture. Alors, tout cela est connu, puisque Bertrand DELANOË avait commandé en son temps un rapport sur l?A.S.T.P., en 2005, précisément, qui a mis en évidence la dépendance de l?A.S.T.P. au financement de la Mairie de Paris?

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Je vous demanderai de conclure, Madame BURKLI.

Mme Delphine BURKLI, maire du 9e arrondissement. - Je vous remercie, mais j?ai attendu suffisamment longtemps pour pouvoir m?exprimer maintenant?

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - On a tous attendu très longtemps, puisqu?on est tous là.

Mme Delphine BURKLI, maire du 9e arrondissement. - ? et qui a reconnu, ce rapport, la bonne gestion de l?A.S.T.P. Donc j?en conclus que la Mairie de Paris est parfaitement consciente de ce qu?elle fait, puisqu?en diminuant sans cesse les subventions en faveur de cette association, elle s?attaque à deux tiers du financement du théâtre privé. En un mot, elle menace tout simplement la viabilité du théâtre privé, et au final, chaque diminution de subvention par la Ville de Paris pour cette association est une entaille de plus dans sa santé financière. Et à terme, la somme de ces rabots fera la faillite de cette association, et cela n?est pas convenable. J?espère que vous allez revenir sur votre position. C?était l?objet de ce v?u?

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Madame BURKLI, vous en êtes quasiment à deux minutes !

Mme Delphine BURKLI, maire du 9e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire, et j?espère qu?il recueillera votre approbation. Je vous remercie.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci. Pour vous répondre, la parole est à M. Bruno JULLIARD.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Madame la Maire, deux, trois éléments de réponse. D?abord, permettez-moi de constater que, dans les dernières interventions de votre groupe sur les subventions culturelles, vous avez fait des interventions pour regretter des montants trop élevés sur les institutions publiques. Je parle du groupe. En revanche, vous regrettez que les montants des subventions aux salles d'art et essai, donc privées, et à l?A.S.T.P. pour les théâtres privés, soient insuffisants. Je me permets simplement de souligner que parfois - et je trouve d?ailleurs cela assez regrettable -, vous nourrissez vous-même la caricature qui peut un peu être celle de vos propositions en matière de politique culturelle.

Sur le fond et sur l?A.S.T.P., j?adhère totalement à la logique de soutien public à l?ensemble des théâtres parisiens privés, qui ont besoin en effet d?un soutien public de deux niveaux : d?abord, grâce aux productions ou aux coproductions qui peuvent avoir lieu avec des établissements publics, des théâtres publics. Cela existe, de manière insuffisante, mais cela existe, notamment pour les théâtres d?arrondissement. Je pense au Théâtre 13, par exemple. Il faut amplifier ce phénomène-là, parce que de fait, il permet aussi la bonne santé du théâtre privé. Premier élément.

Deuxième élément : je pense que vous faites fausse route quand vous jugez que la baisse - limitée, d?ailleurs - des subventions ces dernières années se traduit par un risque de faillite pour le théâtre privé. Comment cela fonctionne, l?A.S.T.P. ? Il se trouve que c?est un fonds de soutien pour les théâtres privés, et les théâtres privés, en fonction d?un certain nombre de critères, peuvent faire appel au fonds de soutien.

Mais l?A.S.T.P. avait des critères tellement restrictifs qu?elle a constitué un fonds de roulement de trésorerie de plus de 9 millions d?euros. Que diraient les tenants de l?excellente gestion que vous êtes, si nous augmentions une subvention à une association qui a un fonds de roulement de plus de 9 millions d?euros ? J?ajoute que c?est nous-mêmes qui avons demandé à l?A.S.T.P. d?élargir ses critères pour qu?elle puisse mieux aider les théâtres privés qui sont dans le besoin. Nous sommes donc ceux qui proposent de mieux aider les théâtres privés, avec des critères plus favorables à l?ensemble des théâtres privés.

Je n?ai pas le montant de la subvention 2014. Ce ne sera pas, comme vous le demandez, une augmentation sensible. J?espère que nous serons dans le même ordre d?idée que 2013, mais ce ne sera pas une augmentation sensible, puisqu?à l?heure où je vous parle, il y a plus de 9 millions d?euros de trésorerie pour l?A.S.T.P. Et j?attends encore que l?on m?ait bien démontré - mais je ne doute pas que ce soit le cas -, que cet argent-là est bien utilisé pour soutenir la totalité des théâtres privés parisiens. Je n?ai pas de raison d?en douter, mais avant de vous proposer ce projet de délibération, je ferai cette demande. C?est donc un avis défavorable à ce v?u.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, Monsieur JULLIARD. Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 94, avec un avis défavorable de l?Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le v?u est rejeté. V?u déposé par le groupe UMP relatif à l'ouverture le dimanche d'une bibliothèque du 9e.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous passons donc au v?u n° 96 relatif à l?ouverture le dimanche d?une bibliothèque du 9e arrondissement, et je donne la parole à Mme Delphine BURKLI pour une minute de présentation du v?u.

Mme Delphine BURKLI, maire du 9e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

Je regrette sincèrement la position de M. JULLIARD sur le théâtre privé, qui est le rayonnement culturel de notre ville. L?animation des quartiers et la vitalité, c?est un formidable levier de développement pour Paris et pour le 9e arrondissement. Donc j?entends ces arguments et je regrette vraiment sa position.

Pour le v?u sur l?ouverture des bibliothèques municipales le dimanche, je serai très brève. Nous saisissons la balle au bond à la suite des annonces de Mme la Maire HIDALGO, pour d?ores et déjà proposer un, voire deux établissements bibliothèques dans le 9e arrondissement. Les Parisiens sont demandeurs de nouveaux horaires, plus adaptés à leurs modes de vie, qui ne leur permettent pas de fréquenter les bibliothèques en semaine avant 18 heures, alors qu?ils sont particulièrement demandeurs d?avoir accès à ce service public.

C?est le cas en particulier des habitants du 9e, qui ont des activités professionnelles denses, donc une ouverture le dimanche de la structure Valeyre ou de la structure Chaptal serait une vraie respiration pour l'arrondissement.

(M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, remplace M. Ian BROSSAT au fauteuil de la présidence).

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Pour répondre, je donne la parole à M. Bruno JULLIARD.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Merci, Monsieur le Maire. En effet, dix bibliothèques de prêt seront ouvertes le dimanche à mi-mandat, à l?horizon 2020, comme vous l?avez cité, une par grand arrondissement. Nous nous sommes engagés à ce qu?il y ait une négociation avec les organisations syndicales, et ce, début 2015. Il est par conséquent absolument inenvisageable de désigner en amont quelles seront les bibliothèques qui seront ouvertes le dimanche. Je maintiens donc l?objectif, mais nous ne pouvons bien évidemment pas préciser si la bibliothèque Valeyre fera partie de ces dix bibliothèques. J?entends votre souhait et, bien entendu, nous le prendrons en compte. Mais cela dit, c?est un avis défavorable à ce v?u, puisqu?il y aura une négociation.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 96, avec un avis défavorable de l?Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le v?u est rejeté. V?u déposé par le groupe UMP relatif à l'Hôtel Cromot du Bourg.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Le v?u n° 97 est relatif à l?Hôtel Cromot du Bourg. Je donne la parole à Mme Delphine BURKLI, pour le groupe UMP, pour une minute.

Mme Delphine BURKLI, maire du 9e arrondissement. - C?est Jean-Baptiste de FROMENT qui défendra ce dossier.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - C?est Jean-Baptiste de FROMENT qui va intervenir pour une minute.

M. Jean-Baptiste de FROMENT. - Monsieur le Maire, il s?agit d?un v?u que nous présentons avec Delphine BURKLI et Gypsie BLOCH. L?hôtel Cromot du Bourg, situé dans le 9e arrondissement, a été construit au XVIIIe siècle et il est la propriété de la Ville de Paris depuis 1902. Il s?agit d?un lieu exceptionnel, tant sur le plan historique qu?architectural, malheureusement aujourd?hui dans un état de dégradation avancée. Lors de la campagne électorale, nous avions fait de sa réhabilitation et de sa transformation en un lieu consacré à la culture l?un des axes forts de notre projet d?arrondissement. Il nous semblerait donc naturel aujourd?hui que la R.I.V.P., chargée de la rénovation du site pour le compte de la Ville de Paris, prenne en compte la volonté des électeurs qui s?est exprimée lors des dernières élections. Les choses n?ont pas très bien commencé, puisque nous n?avons pas été associés à l?appel à projet lancé juste avant le premier tour de l?élection. Mais nous ne désespérons pas d?être entendus pour la suite des opérations et formons en ce sens trois exigences : d?abord que l?hôtel Cromot du Bourg puisse accueillir des ateliers d?artistes ; seconde exigence, que les bâtiments principaux de l?hôtel deviennent des lieux de création, à destination et au bénéfice des habitants du 9e arrondissement ; et troisième exigence, que l?hypothèse de l?implantation d?une extension du conservatoire du 9e arrondissement, qui est complètement saturé, puisse être sérieusement étudiée. Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Monsieur JULLIARD...

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Oui, Monsieur le Maire.

D?abord, je suis heureux de constater qu?après avoir marqué un désaccord profond avec le projet de l?hôtel Cromot du Bourg, projet qui comprend des logements sociaux, des commerces, deux E.R.P. à caractère culturel, Etablissements Recevant du Public, le tout autour d?une cour végétalisée et accessible, j?ai l?impression, si je lis bien votre v?u, que vous semblez en accord avec ce qui a été proposé par l?Exécutif parisien en décembre dernier, et que vous ne semblez plus être dans l?état d?esprit de vouloir le faire tout simplement annuler, comme j?avais cru - peut-être à tort - l?entendre.

Le projet intègre aujourd?hui des ateliers d?artistes, qui profiteront d?une lumière naturelle avec une verrière. Nous échangerons sur les modalités des ateliers d?artistes, ateliers des logements sociaux, ateliers d?artistes simples.

Comme vous le savez, deux appels à projets ont été lancés par la R.I.V.P. pour les deux établissements recevant du public, dont le caractère culturel constitue le principal critère dans l?objectif de conserver et de transmettre cette valeur patrimoniale qui fait la particularité du site. J?ai personnellement tenu, aux côtés de Danièle POURTAUD, mais aussi de Pauline VÉRON, à ce que ces sites soient bien entendu mis en valeur dans le cadre de ces deux appels à projets.

Les offres ont été remises tout récemment, le 2 juin dernier, et je crois que vous êtes bientôt conviés - enfin, la maire du 9e est bientôt conviée - à une réunion de présentation de ces offres par la R.I.V.P. Si cela n?est pas le cas, évidemment, il faut que cela le soit, mais je crois savoir que c?est le cas.

Concernant la troisième demande, l?hypothèse de la création d?une extension du conservatoire dans l?hôtel Cromot du Bourg, cela ne m?apparaît tout simplement pas possible, puisqu?il n?y a pas de partie de l?hôtel qui pourrait accueillir cette extension. La création de logements sur la parcelle est notre priorité et le projet de création de logements a été arrêté en décembre et nous n'y reviendrons pas. L'ancienne imprimerie est un vaste espace sans les propriétés phoniques adéquates pour accueillir ce conservatoire. Enfin, la création d'une annexe d'un conservatoire est, bien entendu, inenvisageable dans les salons classés, pour des raisons évidentes. Si je résume, deux des demandes faites sont positives mais n?ont pas lieu d?être puisqu?elles sont déjà remplies, et une demande à laquelle on ne peut pas répondre favorablement, c?est celle du conservatoire. C'est la raison pour laquelle, si vous ne retirez pas votre v?u, je donnerai un avis défavorable à ce v?u.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Y a-t-il retrait ou maintien du v?u ?

Il est maintenu. Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u avec un avis défavorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Abstentions ? Le v?u est rejeté.