Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2014 DASES 1037-DPVI G - Subvention (4.000 euros) et convention avec l'association Chinois de France - Français de Chine (20e).

Débat/ Conseil général/ Juin 2014


 

M. Ian BROSSAT, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DASES 1037-DPVI G relatif à l'attribution d?une subvention et d?une convention avec l'association "Chinois de France - Français de Chine", qui est située dans le 20e arrondissement. La parole est à Mme Marie-Laure HAREL.

Mme Marie-Laure HAREL. - Je vous remercie, Monsieur le Président. Je voulais profiter de cette subvention pour souligner le travail formidable qu'accomplissent les associations qui ?uvrent en faveur de la communauté asiatique. Elles ?uvrent à plusieurs égards. Elles ?uvrent en faveur de l'intégration de cette communauté, quels que soient les pays d'où elle peut venir, dans la vie citoyenne française. Elles ?uvrent à leur intégration, tout en s'assurant d'une promotion méritée des cultures des pays qu'elles représentent. Les associations asiatiques ?uvrent aussi en leur faveur. Elles solutionnent les problèmes quotidiens qui la touchent, à défaut parfois de trouver le relais nécessaire auprès des pouvoirs publics locaux. Alors, je voulais souligner et rendre à César ce qui est à César, souligner d?abord ce que ces associations font en matière d'intégration à la vie citoyenne française et qui pourrait par exemple relever des pouvoirs publics municipaux. A l'occasion des dernières municipales, une association qui s?appelle "l'Association des Chinois résidant en France" et qui regroupe des personnes qui vont bien au-delà des frontières chinoises s'est beaucoup investie de manière à expliquer aux ressortissants qu'elle représente les modalités du scrutin, les enjeux de l'inscription, la manière de s'inscrire. Beaucoup de réunions publiques ont été faites pour informer les Asiatiques et une forme de binôme extrêmement touchante a été mise en place : cette association a mis en couple les étudiants et les anciens de manière à ce que les plus jeunes s'occupent de formuler des dossiers d'inscription sur les listes électorales pour les plus anciens.

Un exemple, et, là, je tiens à rappeler encore le rôle important de la C.R.F. est celui de la promotion de la culture asiatique, la Mairie de Paris aime beaucoup dire chaque année qu'elle organise le Nouvel an chinois, mais il faut tout de même dire, souligner et rappeler que ce sont les associations asiatiques qui organisent elles-mêmes techniquement ce Nouvel an chinois, qui disposent grâce à la Mairie, effectivement, du droit d'accrocher des lampions, mais qui organisent cet événement culturel dont vous aimez beaucoup vous vanter à leurs frais et avec leurs propres moyens logistiques.

C'est ensuite les associations asiatiques qui solutionnent leurs problèmes quotidiens et, là, je veux parler par exemple de l'insécurité dont sont souvent victimes les asiatiques, notamment du côté de Belleville : racket, vol à la tire, passage à tabac ; ce sont des cibles faciles pour les délinquants. Suite aux manifestations de 2011, un Comité de pilotage avait été mis en place à l'initiative des mairies des 10e, 11e, 19e et 20e arrondissements. Ce Comité, à ce jour, il me semble, ne s'est réuni qu'une seule fois. Ce sont donc les associations qui font le boulot au quotidien, qui expliquent à leurs ressortissants comment porter plainte quand ils ne connaissent pas notre système judiciaire et policier en France.

Ces associations représentent une minorité que chacun sait être silencieuse et qui est, la plupart du temps, assez respectueuse des lois de la République.

Les quelques milliers d'euros que vous distribuez à ces associations régulièrement ne doivent pas compenser, en aucun cas, le rôle qui est le vôtre, les devoirs et les responsabilités qui reviennent à la Préfecture de police, mais aussi aux services municipaux.

En termes de sécurité, je l'ai évoqué, le Comité de pilotage que vous avez mis en place n'a pas vraiment donné grand-chose, ne s'est pas réuni souvent : une seule en trois ans. Il est peut-être temps que vous aidiez les associations et que vous preniez le relais. Il est peut-être temps également que la Ville de Paris s'occupe de trouver une solution pour les commerces de gros, les activités de gros qui sont détenus par beaucoup d'asiatiques, qui se situent la plupart du temps dans le 3e, dans le 4e, dans le 11e et sont dans l'impossibilité totale de travailler. Il suffit de voir : dans le 3e, rue des Gravilliers et aux alentours, aucun espace de livraison. Le Maire du 3e arrondissement et le Maire de Paris de manière générale reçoivent régulièrement la communauté asiatique en disant qu'une solution sera bientôt trouvée. En attendant, on ne va pas créer davantage de places de stationnement, vous ne faites qu?en supprimer et, notamment dans les rues étroites du Marais, il est absolument impossible de concilier une vie de quartier agréable et l'activité des commerçants de gros. Il serait donc temps de songer à ce sujet une bonne fois pour toutes. Une autre question sur laquelle les asiatiques vous demandent de travailler régulièrement, par exemple le classement de certains quartiers en zone touristique pour pouvoir bénéficier de l'ouverture des commerces le dimanche comme c'est le cas à Belleville. Vous le savez bien, la communauté asiatique afflue de toute l?Ile-de-France dans ces quartiers pour profiter des boutiques et des restaurants et peine toujours à avoir accès aux établissements qu'elle souhaite fréquenter le dimanche.

Enfin, on vous demande aussi la mise à disposition de locaux pour que les associations puissent gérer leurs anciens, puissent dispenser des cours de français. Je sais que vous venez tout juste de décider de mettre quelques locaux à leur disposition, c'est peut-être quelque chose qui pourrait être fait davantage. Le but de mon intervention était tout simplement de dire que, quand on donne comme vous le faites plus de 450.000 euros par an au P.S.G. et aux ?uvres sociales du P.S.G., je me dis qu'un effort peut-être un peu supplémentaire pourrait être fait à destination des associations asiatiques qui, la plupart du temps, s'organisent pour faire ce que vous n'avez pas le temps ni les moyens de faire à leur place, visiblement.

M. Ian BROSSAT, président. - Merci. Pour vous répondre, la parole est à M. Bernard JOMIER.

M. Bernard JOMIER. - C'est fantastique, la capacité, à partir d'un projet de délibération sur la santé des femmes chinoises, à parler de l'ouverture des commerces le dimanche, du commerce de gros, de l'insécurité, des livraisons rue des Gravilliers dans le 3e arrondissement, j'en passe et des meilleures ! Je vais vous apporter des éléments très triviaux de réponse sur le projet de délibération qui nous concerne et quelques autres éléments puisque, visiblement, vous souhaitiez parler de beaucoup de choses. Ce projet concerne la santé au féminin, la santé des femmes chinoises. C'est un projet qui, certes, est doté de quelques milliers d'euros, mais qui s'insère dans un ensemble de travail et qui est parti d'un constat qui est que les femmes chinoises qui vivent dans leur quartier, dans le quartier ont peu accès aux soins en raison de la barrière de la langue (dont je parlais tout à l'heure à propos d'autres femmes et d'une subvention sur la P.M.I. qui concernait aussi les femmes chinoises, d'ailleurs) et prennent mal en charge les questions liées à leurs grossesses et à la maternité.

Cette association fait un travail qui est considérable avec des sages-femmes, notamment de l'association "O' Monde" avec une gynécologue obstétricienne de la maternité des Lilas, avec une interprète sinophone d'origine chinoise. Elle fait un travail de prévention, de dépistage sur l'hépatite B, sur le cancer du sein avec l'atelier "Santé Ville du 20e", Adeca, la Ligue contre le Cancer, Médecins du Monde.

Elle apporte des informations sur les questions de santé spécifiques aux femmes avec l'intervention de professionnels de santé et de médecins qui interviennent dans les locaux de l'association et dans des lieux de soins et elle fait un travail sur la nutrition et la diversification alimentaire puisque, vous le savez puisque vous connaissez bien la communauté chinoise, elle est fréquemment carencée en calcium du fait des caractéristiques de son alimentation et donc que les enfants d'origine chinoise sont particulièrement victimes de problèmes bucco-dentaires.

Cet ensemble de travail est fait et, pour vous rassurer sur la politique de la Ville en la matière, je vous ai entendue citer de façon quand même un peu, presque? je ne veux pas employer de terme trop fort, mais un peu méprisante quand même : la Ville qui commencerait tout juste à mettre des locaux pour apprendre le français. La Ville a dépensé 6 millions d'euros sur l'apprentissage de la langue française. Cela n'est pas des sommes qui sont dérisoires. Ce sont des sommes qui sont importantes et il est tout à fait vain, parce que ce projet de délibération ne concerne qu'une action précise qui est de 4.000 euros seulement, de vouloir faire croire que notre Municipalité ne prend pas en compte et n'aide pas la communauté chinoise et les personnes d'origine de Chine dans l'ensemble des problèmes qu'elles affrontent dans notre ville.

M. Ian BROSSAT, président. - Merci, Monsieur le Maire, et merci d'avoir rappelé le contenu de ce projet de délibération que je vais soumettre au vote. Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 1037-DPVI G. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2014, DASES 1037-DPVI G).