Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

178 - QOC 2004-111 Question de Mme Violette BARANDA et des membres du groupe "Les Verts" à M. le Maire de Paris relative aux moyens et dispositions que la Ville de Paris a mis en place afin de réduire la consommation d'énergie

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2004


Libellé de la question :
"Les ressources d'énergie fossile sont amenées à s'épuiser au cours du XXIe siècle. La lutte contre les changements climatiques nécessite une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre pour satisfaire aux conditions d'un développement durable, c'est-à-dire qui réponde aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.
Un changement de comportement de chacun (simple citoyen, entreprises, collectivités territoriales, Etat, institutions internationales), une plus grande solidarité entre les générations et entre les peuples, une gestion plus réfléchie, plus équitable de la planète et de ses ressources naturelles sont donc vivement préconisées.
Depuis 1981, le service technique de l'énergie et du génie climatique, au sein de la DPA, a fait une avancée notable. Il a permis de réduire les consommations à hauteur de 30 % du budget énergie de la Ville. En 2001, la MDE (maîtrise de la demande d'énergie) est lancée à Paris. Nous attendons les résultats de l'audit.
Violette BARANDA et les élu-e-s du groupe "Les Verts" demandent à Monsieur le Maire de Paris de leur communiquer un document écrit permettant aux élus de prendre connaissance des moyens mis en ?uvre par la Ville de Paris pour faire des économies d'énergie et promouvoir les énergies renouvelables dans le patrimoine bâti de la Ville."
Réponse (M. François DAGNAUD, adjoint) :
"Les actions entreprises pour économiser l'énergie et promouvoir les énergies renouvelables dans le patrimoine bâti de la Ville sont diverses.
L'étude, lancée en novembre 2002, de Maîtrise de la demande en électricité (M.D.E.) sur l'Hôtel-de-Ville de Paris est achevée. L'étude détaillée des postes de consommation et les mesures sur une année entière ont permis une analyse fine de la consommation électrique. Ses conclusions vont être prochainement présentées et les principaux documents de cette étude seront mis en ligne. Sans attendre l'achèvement de l'étude, des actions concrètes, telles que l'installation de lampes basse consommation et la sensibilisation d'une partie du personnel travaillant à l'Hôtel-de-Ville, ont été mises en ?uvre et la consommation électrique de Hôtel-de-Ville a amorcé, malgré un contexte climatique défavorable, une baisse en 2003 rompant ainsi avec une hausse continue des consommations.
Cette démarche va être étendue cette année aux vingt mairies d'arrondissement.
De manière plus générale, certaines actions préconisées dans le cadre de l'étude M.D.E., tel que l'achat d'équipements moins consommateurs d'électricité, contribueront à la diminution des consommations électriques. Une réflexion va être menée avec les directions en charge de ces achats pour en tenir compte.
S'agissant des moyens mis en ?uvre pour faire des économies d'énergie, outre les actions d'isolation sur le bâti systématiquement mises en ?uvre, il faut noter que le budget de rénovation des centres thermiques a doublé depuis deux ans permettant ainsi d'améliorer tant la sécurité de fonctionnement que les performances énergétiques des installations consommatrices d'énergie. C'est ainsi qu'un plan de suppression des chaudières charbon dans les équipements municipaux et départementaux s'est achevé en 2003, l'élimination de cette source d'énergie réduisant de fait l'émission de polluants atmosphériques.
D'autre part, l'exploitation des installations thermiques des équipements fait l'objet d'un suivi attentif des consommations et des objectifs de diminution sont fixés chaque année. En outre, les contrats d'exploitation passés avec les entreprises privées comportent quant à eux des clauses d'intéressement aux économies d'énergie.
Lors des programmes de rénovation, il est étudié la possibilité d'adjoindre des capteurs solaires pour couvrir une partie des besoins en eau chaude sanitaire des équipements fortement consommateurs l'été comme les crèches. Des réalisations sont envisagées à partir de 2005. Des solutions utilisant l'énergie solaire sont par ailleurs envisagées dans le cadre de projets de constructions H.Q.E. en cours.
La démarche de Haute qualité environnementale (H.Q.E.) est une démarche volontaire qui se donne pour objectif d'atteindre de bonnes performances sur des cibles environnementales identifiées par l'Association H.Q.E.®. La Direction du Patrimoine et de l'Architecture teste actuellement cette démarche sur plusieurs opérations, notamment la piscine de Belleville, qui a été choisie comme opération pilote pour la validation du référentiel de certification H.Q.E.®. Sur cette opération, la cible gestion de l'énergie a été définie en niveau "très performant". Un système de management d'opération spécifique pour le suivi des démarches H.Q.E.® a été mis en place au sein de la Direction du Patrimoine et de l'Architecture. La Direction est donc prête à mener un nombre croissant d'opérations selon cette démarche.
Enfin, la Direction du Patrimoine et de l'Architecture étudie, dans le cadre de l'ouverture des marchés de l'énergie, les possibilités de consommer une partie de l'énergie utilisée dans les équipements de la Ville à partir de sources renouvelables. Parallèlement la rationalisation de l'achat d'énergie, actuellement éclaté à la Ville, permettra d'améliorer le suivi énergétique de l'ensemble des équipements municipaux.
L'ensemble de ces actions sera explicité dans le cadre d'une prochaine communication au Conseil de Paris relative à la politique environnementale."