Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

26 - V - Question d'actualité de M. Yves GALLAND, au nom du groupe U.D.F., à M. le Maire de Paris relative à la création d'un centre européen multimédia au Palais Brongniart

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2004


M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons à la question de M. GALLAND, au nom du groupe U.D.F., relative à la création d'un centre européen multimédia au Palais Brongniart.
M. GALLAND a la parole.
M. Yves GALLAND. - Monsieur le Maire, on n'aurait garde de vous gronder parce que vous avez un point de vue et d'ailleurs, c'est tellement vrai qu'en ce qui concerne ce que vient de dire M. BAUPIN, la mobilisation des riverains semble indiquer combien les Parisiens sont distanciés par rapport à ce que vient d'indiquer votre adjoint mais cela fera partie d'un autre débat !
M. LE MAIRE DE PARIS. - Ce n'est pas vraiment le sujet de votre question d'actualité, mais je ne vous ferai pas de rappel au règlement !
M. Yves GALLAND. - Oui, mais je n'y résiste pas !
Monsieur le Maire, au moment où vous avez un certain nombre de propositions pour l'utilisation du Palais Brongniart, après que sa vocation initiale ait cessé depuis plus de quinze ans, nous souhaiterions que vous puissiez étudier sérieusement le projet ambitieux de l'U.D.F. consistant à créer un centre européen multimédia au Palais Brongniart. Vous connaissez ses qualités architecturales incomparables ; avec une surface de 17.000 mètres carrés dont 14.000 mètres carrés utiles, situation unique au centre de Paris, ce bâtiment doit et peut être utilisé pour accroître l'attractivité internationale et le rayonnement de Paris.
Notre groupe propose depuis déjà un certain temps de créer un centre multimédia européen qui contribuera à faire de la Capitale un pôle majeur en matière de nouvelles technologies.
Nous avons dans notre pays en général, et à Paris en particulier, un retard qui est préoccupant et que nous pouvons combler en matière de nouvelles technologies.
Je crois qu'il serait capital que de nouvelles entreprises, de nouveaux services, de nouveaux produits liés à ce secteur deviennent une priorité. Nous pouvons démocratiser la pratique d'Internet ; ce que nous cherchons à faire dans les écoles, nous pouvons le faire à une dimension beaucoup plus importante, et la Ville doit persévérer dans cet effort d'équipement.
Nous souhaitons que la concentration dans un lieu existant de l'éventail des nouvelles technologies, avec mise à disposition de tous les publics et à titre gratuit d'un matériel performant, privilégiant les connexions à haut débit, réponde à cet effort. Avec une grande amplitude horaire, un personnel accompagnateur d'accès, un guide de navigation, des conseillers en micro-formation. Bref, quelque chose d'exemplaire et sans comparaison en Europe.
Ce projet, par son ampleur et son modernisme, est clairement au niveau de ce que doit être pour nous l'ambition de la Ville en matière de nouvelles technologies.
Vous savez que nous avions proposé ce projet dans le cadre du contrat particulier qui a lié la Région au Département, ce qui ne fut pas fait. Nous le regrettons et nous souhaitons, Monsieur le Maire, que l'on puisse reprendre ce dossier sans polémique stérile, parce qu'il s'agit là d'un projet ambitieux qui permettrait d'avoir une attractivité économique et porteuse d'emplois dans cette Ville Capitale, à la dimension de ce que doit être notre ambition pour Paris.
Je vous remercie.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci, Monsieur GALLAND.
La parole est à M. Christian SAUTTER.
M. Christian SAUTTER, adjoint. - Monsieur le Maire, en réponse à la question du Président GALLAND sur l'utilisation du Palais Brongniart et à son souhait de le transformer en centre européen du multimédia, je rappellerai d'abord trois données de fait.
La première, qui n'est pas dramatique, c'est que ce lieu est inscrit à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques.
Le deuxième, c'est que par une loi du 25 juin 1829, l'Etat a cédé le bâtiment à la Ville à condition que ce bâtiment soit réservé à usage principal de Palais de la Bourse et donc à des activités financières.
Troisièmement, et c'est le plus contraignant, il existe actuellement un cadre conventionnel depuis le mois d'août 1999, qui lie la Ville de Paris et la Société des bourses françaises, dont la dénomination est depuis devenu "Euronext Paris" et cette convention vaut pour dix ans, c'est-à-dire jusqu'au 1er août 2009.
Cela ne nous empêche pas de réfléchir à ce que nous ferons après 2009, mais je voulais insister sur ce point.
"Euronext" est la réunion impulsée par la France des marchés de valeurs mobilières de la France, de la Belgique, des Pays-Bas, et a l'ambition d'en faire un pôle rival de Londres et un pôle essentiel de la zone euro. Je crois que, pour le rayonnement international de Paris auquel le président GALLAND est attaché, pour l'emploi qualifié auquel nous sommes tous très attentifs, ceci est important.
Ceci dit, la Ville de Paris a gardé l'usage de certaines salles du Palais Brongniart pour trente jours par an non consécutifs, et c'est par exemple dans ce cadre que "Paris-Développement", le Comité de développement économique de Paris géré par Paris et la Chambre de commerce et d'industrie de Paris, organise une fois par mois des matinales de "Paris-Technopole" où des entrepreneurs des hautes technologies peuvent se rencontrer, échanger des expériences et progresser.
Pour terminer, je voudrais dire que, en matière de nouvelles technologies, nous poursuivons depuis mars 2001 une politique obstinée. Le Maire, récemment, en inaugurant les nouveaux locaux de l'incubateur parisien "Paris-Innovation", a constaté que, dans notre programme qui était de passer de 5.000 à 20.000 mètres carrés de surface consacrée aux nouvelles entreprises innovantes, nous étions à 14.000 mètres carrés, et il nous a encouragés à aller au-delà des 20.000 mètres carrés sur la mandature.
Je voudrais dire aussi qu'avec le programme "Paris Ville numérique" mené par Danièle AUFFRAY avec le concours d'autres adjoints, dont moi-même, nous avons une vraie ambition numérique pour Paris.
Je pense que le projet de Centre européen multimédia est un bon projet. Le Comité de développement économique durable présidé par Lionel STOLERU a d'ailleurs fait une telle proposition. Reste à voir où et quand l'installer. Je suis prêt, avec Danièle AUFFRAY, à y réfléchir avec le président GALLAND.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci bien.
Allez-y, Monsieur GALLAND, très brièvement.
M. Yves GALLAND. - Vous ne trouverez pas de groupe qui respecte mieux le règlement que le nôtre, Monsieur le Maire.
Si vous êtes prêt à y réfléchir, Monsieur le Maire, il eût été préférable d'accepter notre proposition qui consistait à mettre dans le plan particulier Région-Département ce projet, ce qui aurait permis de faire les études cofinancées avec la Région, c'eût été intéressant.
Sur le reste soyons francs, Monsieur le Maire. Concernant l'inscription à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques, je ne vois pas très bien ce qui empêche la création d'un centre européen multimédia là-dedans. La loi de 1829 prévoit la tenue en ce lieu d'activités financières, nous le savons bien, et les nouvelles technologies peuvent y être liées.
Finalement, Monsieur le Maire, avons-nous de grandes ambitions pour cette Ville ? On peut le faire. Partout où il y a une volonté, il y a un chemin et, pour l'instant, il n'y a pas de visibilité sur le projet que nous proposons.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Comme M. GALLAND ne l'a pas précisé, c'était François Mitterrand.