Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

13 - 2004, DVD 10 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres pour la réalisation des travaux d'aménagement de voirie de l'avenue Jean-Moulin (14e)

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2004


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DVD 10 concernant l'avenue Jean-Moulin.
Madame BELLENGER, vous avez la parole.
Mme Geneviève BELLENGER. - Monsieur le Maire, chers collègues, ce projet de délibération relatif à l'aménagement urbain de l'avenue Jean-Moulin nous tient particulièrement à c?ur, et ce n'est pas sans une certaine émotion que nous intervenons. En effet, comment ne pas être émue, notamment en tant qu'élue du 14e arrondissement qui a vu s'incarner dès 1991 et avec une ampleur inégalée à Paris la politique des axes rouges, véritables autoroutes urbaines qui répondaient à l'ambition d'un maire qui rêvait de voir Paris traversée en dix minutes grâce à ces voies expresses, ce qu'il considérait, je le cite, comme "inscrites dans la géographie de la Ville" ! Jugez-en vous-mêmes.
C'est une ambition tout autre que nous portons avec les Parisiens et les Parisiennes, dont l'intensité de la concertation avec le conseil de quartier, l'Association des riverains et les commerçants a traduit l'impatience légitime et bien vivante de changement, de rupture avec le passé, lors de l'élaboration du diagnostic partagé, de l'avant-projet confronté à la réalité quotidienne du terrain, par exemple lors de la marche exploratoire à laquelle ont participé l'ensemble des commerçants et de la validation consensuelle du projet en avril 2003.
Ce soir, conformément à notre contrat de mandature, il nous est proposé, sur un axe symbolique, de tourner résolument le dos à cet archaïsme urbanistique nommé "axe rouge" et de poursuivre, à l'aune de la requalification de l'avenue Jean-Jaurès, des boulevards de Clichy, de Rochechouart et de l'avenue Magenta, l'avènement d'une nouvelle qualité urbaine respectueuse de l'ensemble des usagers de la rue et garante d'une mobilité soutenable.
Dans ce cas particulier, cela se décline par la réduction de la largeur circulée pour deux voies à 5,60 mètres, induisant une réduction notable des nuisances sonores et une conduite urbaine et attentive, le renforcement du stationnement bilatéral en faveur des résidents par la création de 99 places, le doublement des zones de livraison, 14, et la multiplication par trois des aires G.I.G. et G.I.C. qui passent de 2 à 6 pour les personnes à mobilité réduite. C'est également l'affirmation de la place des piétons et des personnes à mobilité réduite par des élargissements de trottoir de l'ordre de 2 mètres, voire 2,50 mètres, et le traitement des carrefours, notamment, aux traversées empruntées par des centaines d'écoliers du groupe scolaire Antoine Chantin. Enfin, le développement du réseau cyclable parisien en raccordant l'avenue Jean-Moulin à la piste de la rue Friant, actuellement en cours de réalisation, par la création d'une piste bidirectionnelle vélo implantée entre le stationnement et les arbres à partir de la place Hélène et Victor Basch.
D'ici quelques mois, l'axe rouge de l'avenue Jean-Moulin ne sera plus qu'un mauvais souvenir qui aura malheureusement duré plus de dix ans pour des milliers de riverains et les nombreux Franciliens qui empruntent cette avenue. Au nom d'une ville à vivre tant désirée, ils vous en remercient.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur BAUPIN, vous avez la parole.
M. Denis BAUPIN, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Qu'ajouter après cette intervention élogieuse de Mme BELLENGER ? Je suis évidemment d'accord avec ce qu'elle a dit. Cet aménagement va vraiment être de qualité.
Comme elle l'a souligné, je voudrais confirmer que nous allons créer 99 places de stationnement résidentiel, ce qui, par rapport à certains discours que j'entends parfois sur la politique de la Ville de Paris, montre bien que, chaque fois que nous le pouvons, nous essayons de renforcer les possibilités de stationnement résidentiel dans cette Ville.
J'espère que nous trouverons un accord avec la Préfecture de police, mais il reste encore à regretter que nous n'ayons pas encore pu avancer sur l'espace civilisé à venir sur l'avenue du Général-Leclerc. Nous n'avons pas encore trouvé d'accord sur la diminution de la circulation automobile sur cet axe qui viendrait en bon complément de l'avenue Jean-Moulin dont nous venons de parler.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 10.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DVD 10).