Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

5 - 2004, SG 20 - Subvention à l'association "Graines de Soleil" pour son festival du féminin à la Goutte-d'Or (18e). - Montant : 10.000 euros

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2004


M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons à présent au projet de délibération SG 20. Il s'agit de la subvention à l'association "Graines de Soleil" pour son festival féminin à la Goutte-d'Or.
La parole est d'abord à Mme Anne LE STRAT.
Mme Anne LE STRAT. - J'interviens beaucoup sur les femmes, comme chacun le sait !
Monsieur le Maire, J'interviendrai brièvement - je vais essayer d'écourter mon intervention - pour apporter mon soutien à la subvention pour l'association "Graines de Soleil" et témoigner de l'utilité du travail qu'elle réalise.
Créée depuis maintenant six ans, cette association est là pour faire connaître, faire vivre et partager la culture sous toutes ses formes, avec des intervenants d'origines diverses à l'image du quartier dans lequel elle a vu le jour et où elle est fortement enracinée, la Goutte-d'Or.
A l'occasion de la Journée des Femmes, l'association "Graines de Soleil" organise le Festival au Féminin du 4 au 8 mars, en collaboration notamment avec "Eurosud", mais aussi avec un certain nombre d'associations du quartier, que je ne citerai pas si ce n'est la "Salle Saint-Bruno", les "Trois Tambours", "Accueil Goutte-d'Or", etc.
L'idée phare de cette entreprise est la transversalité. Il s'agit d'associer, sans les hiérarchiser, des savoir-faire différents, de les faire travailler ensemble dans les quartiers afin qu'ils s'enrichissent les uns et les autres : enseignants, artistes, responsables culturels, travailleurs sociaux, etc.
Le programme de ce festival est à ce titre exemplaire : deux expositions, des représentations théâtrales des différents ateliers partenaires, des concerts, des débats avec notamment les femmes qui participent aux ateliers-théâtre "Parole de femmes" organisés par "Graines de Soleil".
Ce festival pourra ainsi permettre de développer les rencontres entre des sphères trop souvent cloisonnées, de faire connaître et partager ces initiatives aux habitants du quartier, de donner la parole à des femmes qui, bien souvent, ne la prennent pas.
Dans un contexte où la place des femmes est toujours fragile et parfois remise en cause, des initiatives qui laissent s'investir les femmes, les engagent à s'exprimer librement, de telles initiatives ne peuvent qu'être saluées.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Ecoutons ces interventions. Elles sont intéressantes.
La parole est Mme DECORTE.
Mme Roxane DECORTE. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, le 8 mars, Journée internationale des femmes, célébrée dans l'ensemble des régions françaises permet de sensibiliser l'opinion publique aux difficultés spécifiques rencontrées par les femmes et de faire un bilan de la situation, mais c'est évidemment au quotidien qu'il faut lutter contre toutes les formes de discrimination dont sont victimes les femmes et qui mettent à mal notre République.
Je pense en particulier aux propos à caractère sexiste, à la lutte contre l'esclavage moderne et les violences aux femmes ; en France, six femmes meurent chaque mois des suites de violences conjugales, et à Paris, la nuit, 60 % des interventions de police-secours concernent les violences conjugales qui représentent 30 % des faits.
Je pense à l'indépendance économique, à la prise de décision, mais aussi à un aspect qui me paraît préoccupant, celui de la vulnérabilité particulière des femmes vis-à-vis de situations de précarité et d'exclusion : petits boulots, temps partiel subi, bas salaires, écart de rémunération de l'ordre de 25 % à qualification égale, flexibilité horaire caractérisent les femmes au travail.
A Paris, les femmes représentent un peu plus de la moitié de la population et 84 % des personnes employées à temps partiel. Il faut d'ailleurs pointer les conséquences sociales fréquemment induites par l'application de la loi sur les "35 heures" en termes d'organisation du travail et de temps sociaux. Les femmes en situation d'exclusion que nous rencontrons lors de nos permanences se situent dans un processus cumulatif des problèmes de santé, familiaux, psychologiques, administratifs, financiers.
Il nous reste décidément en 2004 beaucoup de chemin à parcourir pour une société mixte, égalitaire, fraternelle et solidaire.
Ce projet de délibération qui concerne l'association "Graines de Soleil" pour l'organisation du Festival du Féminin à la Goutte-d'Or, du 4 au 8 mars prochain, est un très beau projet pour un quartier symbole où des femmes de toutes conditions et de toutes origines se côtoient au quotidien.
En tant qu'élue du 18e arrondissement où toutes les problématiques parisiennes sont présentes et où trop souvent les habitants ont le sentiment d'un abandon des pouvoirs publics, je tenais à féliciter et à remercier les promoteurs de ce festival : la compagnie "Graines de Soleil", "Accueil Goûte-d'Or", le "Lavoir moderne parisien", l'Atelier musical des Trois Tambours, "Eurosud", "Cargo 21", pour toute l'émotion, tout le bonheur qu'ils nous donnent tout au long de l'année en tissant ce lien social, si nécessaire dans la ville et, en particulier dans ce quartier si riche de ses diversités.
Je soulignerais la pièce de Mamouna GUEYE "Les souvenirs de la dame en noir" au "Lavoir moderne parisien" le 4 mars, qui aborde le terme de l'excision. Le 8 mars, toujours au "Lavoir moderne parisien", le débat avec Mme Blandine KRIEGEL, Président du Haut Conseil à l'Intégration et Fadela AMERA, Présidente du mouvement "Ni putes ni soumises".
Merci pour ce bouillonnement culturel, cette dynamique de quartier si forte, cette mutualisation de l'expression féminine, ces rencontres, ces parcours croisés.
Pour conclure, il me semble important de rappeler que la Journée du 8 mars sera marquée par la signature de la Charte de l'égalité entre les femmes et les hommes, à 11 heures 30 à Matignon. Cet événement conclut le travail de 9 mois qui a réuni les ministères, les partenaires sociaux, les chambres consulaires, les associations d'élus et les grands réseaux associatifs. Il rassemble les engagements de tous ces acteurs en faveur de l'égalité autour des quatre axes qui structurent la politique du Gouvernement : la parité et l'accès à la prise de décision, l'égalité professionnelle, l'accès aux droits, l'articulation de la vie familiale et professionnelle.
Ce document qui est une première en Europe, constitue une véritable feuille de route pour trois ans et sera évalué chaque année.
Je vous remercie de votre attention.
(Applaudissements sur les bancs du groupe U.M.P.).
M. LE MAIRE DE PARIS. - La parole à Anne HIDALGO.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, au nom de la 1ère Commission. - Je remercie mes deux collègues de soutenir avec autant de force ce projet et, l'une comme l'autre, d'avoir apporté aussi un soutien à ce que fait notamment l'Observatoire de l'égalité en faveur de l'égalité entre les Parisiens et les Parisiennes.
Je voudrais dire à Mme DECORTE que ce que nous mettons en oeuvre au niveau de la Ville de Paris correspond à son champ de compétences. Pour une véritable égalité sur l'ensemble du territoire national et l'ensemble des domaines, que ce soit la question des violences, la précarité, l'emploi, etc., il faut du volontarisme du côté de l'Etat. Pour ma part, puisqu'elle fait référence à cette Charte pour l'égalité qui sera présentée à Matignon, j'espère que cette charte aura des traductions concrètes. J'espère qu'elle tiendra compte, par exemple, de situations aussi précaires que celles des intermittentes enceintes qui se sont vues récemment privées de leurs droits. Je laisse à chacun le soin de faire le partage entre la parole et les actes.
En ce qui concerne la subvention à l'association "Graines de Soleil", dans ce combat pour l'égalité entre les femmes et les hommes, au-delà de ce que nous mettons en place de façon concrète avec, par exemple, la création d'un centre d'hébergement pour des femmes victimes de violences avec leurs enfants, au-delà de ce que nous faisons au niveau du personnel de la Ville pour favoriser une plus grande égalité entre les femmes et les hommes, au-delà de ce que nous mettons en place, par exemple, pour la prévention et le dépistage gratuit du cancer du sein des femmes de plus de cinquante ans, il y a des actions à conduire dans le champ culturel. Je me réjouis du soutien de mon collègue Christophe GIRARD, parce que c'est vrai qu'à travers le théâtre, à travers le spectacle, à travers une parole libérée, à travers une écriture artistique, nous pouvons aussi faire bouger les mentalités.
C'est le but de ce projet très concret implanté dans le quartier de la Goutte-d'Or.
Je vous remercie d'y apporter tout votre soutien.
(Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste et radical de gauche).
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci pour cette excellente intervention. J'ajoute que vous n'avez pas été trop sévère sur les politiques actuelles qui renforcent ou qui augmentent la précarité. Ces politiques n'arrangent donc pas la situation des femmes, en faisant qu'il y a de plus en plus de citoyens en situation précaire.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 20.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, SG 20).