Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DASES 484 G - Subvention à l'association "Ikambère La Maison Accueillante" (93200 Saint-Denis). Montant : 20.000 euros.

Débat/ Conseil général/ Novembre 2008


 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DASES 484 G relatif à l'attribution d'une subvention de 20.000 euros à l'association "Ikambère - La Maison Accueillante" (93200 Saint-Denis).

La parole est à M. Gauthier CARON-THIBAULT.

M. Gauthier CARON-THIBAULT. - Merci, Madame la Présidente.

Mes chers collègues, ce Conseil de Paris peut s?enorgueillir de faire passer un certain nombre de projets de délibération concernant des subventions accordées à des associations travaillant dans le domaine de la lutte contre le Sida.

Parmi tous ces projets de délibération, j'aimerais souligner particulièrement l'importance qui est donnée à la solidarité internationale. Comme on le sait, l'épidémie de Sida a ceci de cruel que si les moyens médicaux existent pour lutter contre, les moyens financiers débloqués par les pays les plus riches tardent à venir. Telle était la raison de la création en 2002 du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, à savoir organiser la récolte auprès des pays riches de 1.500 milliards de dollars, afin de limiter au maximum les contaminations pour éviter que la pandémie ne devienne incontrôlable.

Cependant, force est de constater que l'argent n'arrive pas, que les pays riches, dont le nôtre, ne tiennent pas leurs promesses, et que le comportement monopolistique, donc irresponsable d'entreprises pharmaceutiques comme les laboratoires Roches, n?arrange en rien la donne épidémiologique.

C'est donc dans cette situation que la Ville de Paris s'investit dans la solidarité internationale. Et j'ai envie de dire que la Ville de Paris s'investit à sa place et à sa manière dans la solidarité internationale. A sa place, c'est-à-dire celle d'une capitale consciente du rôle des acteurs locaux dans la lutte contre le sida, du rôle des acteurs locaux ouverts sur le monde.

C'est ainsi que le budget de la solidarité internationale de la Ville de Paris est passé de 15.000 euros en 2001 à plus de 1.700.000 euros aujourd'hui. La Ville de Paris s'investit à sa manière en soutenant une démarche équilibrée et innovante, fondée sur quatre piliers. Sur le renforcement des dispositifs existants, citons par exemple les actions menées au Bénin par l'association Uraca, qui finance une radio locale axée sur la santé avec l'aide de la Ville de Paris ; l'accès effectif aux soins, l'action du G.I.P. Esther au Burkina-Fasso n'est plus à montrer ; la prise en charge psychosociale de la maladie avec les projets menés par Médecins du Monde dans le cadre du soutien extrahospitalier au Bénin et enfin, la prévention dans ces multiples aspects, que ce soit la prévention de proximité ou la prévention dans la relation mère et enfant.

Pas question de passer, Madame le Présidente, en revue les six projets de délibération concernant le soutien international de la lutte contre le Sida. Je voudrais juste souligner que toutes ces reconductions et ces hausses de subventions sont justifiées par le fait que les projets prévus ont été bien évidemment réalisés, mais que surtout derrière cela c'est le nombre de malades pris en charge effectivement qui a pu augmenter.

Il me semble important en effet de ne pas banaliser ce genre de subventions car les actions concrètes donnent derrière une légitimité et prouvent l'efficacité de l'action de la Ville de Paris dans la lutte internationale contre le Sida. Je crois que nous allons avoir besoin de cette légitimité et de cette efficacité, au moment où le sida aujourd?hui tétanise de plus en plus un nouveau continent, à savoir l'Asie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

La parole est à M. Jean-Marie LE GUEN.

M. Jean-Marie LE GUEN, au nom de la 6e Commission. - Effectivement, je remercie notre collègue M. CARON-THIBAULT pour son intervention très complète, qui a décrit très bien à la fois l'impérieuse nécessité de notre action internationale, les conditions dans lesquelles elle serait réalisée, le fait que la Ville de Paris depuis maintenant plusieurs années s'est engagée profondément dans ce combat et le rôle majeur qu'elle tient en matière de coopération sanitaire et de lutte contre le Sida en Afrique.

Je m'inscris parfaitement dans les propos qu'il a tenus. Je dirai simplement que notre souhait aujourd'hui, puisque nous voulons assurer non seulement la continuité mais le renforcement encore de cette action, est d?essayer de centrer un peu plus autour de la problématique du soin. Nous avons fait beaucoup en matière de prévention, et il nous faut être actifs en matière de soins, de façon à accompagner l'ensemble des programmes qui sont petit à petit mis en ?uvre, notamment d'accès facilité aux médicaments et à la trithérapie.

Il est donc important que la Ville de Paris aide des logiques qui aillent vers l'accompagnement aux soins, puisque maintenant il n'est plus à prouver que c'est bien en sachant manier à la fois les deux axes d?une politique de santé, la prévention et le soin, que l'une et l'autre se renforcent mutuellement.

Comme l'a dit M. CARON-THIBAULT, notre action a été historiquement et traditionnellement, et c'était une priorité très forte, menée en direction de l'Afrique subsaharienne. Aujourd'hui, nous réfléchissons à intervenir sur un des autres lieux majeurs d'intervention - parce qu'il y a aussi l?Europe orientale - de développement de la pandémie, à savoir le Sud-Est asiatique.

Nous souhaitons que la Ville de Paris ait une action significative, plus que symbolique, même si la priorité est toujours accordée à l'Afrique subsaharienne ; il faut aussi que nous soyons présents en Asie du Sud-Est. L?ensemble de ces projets de délibération va permettre de développer cette action de coopération internationale de la Ville de Paris.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 484 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DASES 484 G).