Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

52 - 1996, D. 1101 - Autorisation à M. le Maire de Paris de consentir le dépôt par l'O.P.A.C. de la Ville de Paris d'un permis de construire visant un bâtiment situé 6-8, rue du Volga (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1996



M. Alain DESTREM, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération D. 1101 autorisant M. le Maire de Paris à consentir le dépôt par l'O.P.A.C. de la Ville de Paris d'un permis de construire visant un bâtiment rue du Volga dans le 20e arrondissement.
Monsieur BLET, vous avez la parole.
M. Jean-François BLET. - Vous proposez aujourd'hui la construction de 38 logements sociaux après la démolition d'un ensemble de bâtiments au 6 et 8, rue du Volga dans le 20e arrondissement.
Cette opération nous paraîtrait légitime si elle ne masquait pas un mitage systématique de cet ancien faubourg, aux abords des rues Avron et Maraîchers, entraînant par la même occasion la disparition d'un tissu social et d'activités de qualité. C'est toute la vie d'un quartier qui s'en trouve peu à peu affectée.
L'immeuble du n° 8, un ancien hôtel au nom évocateur de "Saint-Fiacre" porte encore une inscription d'origine en façade qui indique "à partir de 9 F par jour".
Aujourd'hui, il accueille en son rez-de-chaussée un café dont les habitués du mercredi soir connaissent tous les mystères, car c'est ici que des Parisiens exténués peuvent s'adonner à la philosophie autour du célèbre réalisateur de films et scénariste de bandes dessinées chilien JODOROWSKI. Souvenez-vous : l'Incal, le Lama blanc, la Montagne sacrée, El Topo ou Santa Sangre. Ce café est un haut lieu culturel, indispensable à la vie des quartiers.
Cette culture vivante, cette effervescence diurne et nocturne de Paris, c'est cela la vie des quartiers.
En détruisant des immeubles et en déstructurant des quartiers, vous saccagez aussi le bouillonnement culturel de notre Capitale, "fer de lance" de son rayonnement international au début du siècle.
Mais vous détruisez aussi son activité économique.
Ainsi, les bâtiments et ateliers des 6 et 8, rue du Volga accueillent encore de nombreuses activités, notamment artisanales tel une fabrique de sièges.
Quel sort réserverez-vous, dans quelques mois, au bâtiment d'activités mitoyen du n° 4, rue du Volga, en bon état, qui se trouvera de ce fait isolé et en "saillie", ce qu'adorent les promoteurs ?
Existe-t-il un plan d'ensemble de destruction de ce quartier ou s'agit-il d'un mitage incontrôlé, au gré des desideratas de la Ville et des opportunités des promoteurs ?
Telle est la question à laquelle j'aimerais vous voir répondre, Monsieur le Maire.
M. Alain DESTREM, adjoint, président. - Je vous remercie.
Monsieur BULTÉ, vous avez la parole.
M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
L'opération, en réalité, ne concerne que le 6 et le 8, rue du Volga. La Ville de Paris envisage sur ces immeubles, dont elle est propriétaire, de réaliser 38 logements sociaux P.L.A. Par ailleurs, la Ville n'est pas du tout propriétaire du n° 4 sur lequel il n'existe aucun projet aujourd'hui. Nous n'envisageons donc pas de démolir le 4 puisque nous n'en sommes même pas propriétaire.
Je rappellerai que le permis de démolir a déjà été délivré pour le 6 et qu'un autre permis est en cours d'instruction pour le 8.
Le 8 est encore partiellement occupé.
Au 6 et au 8 existe, comme le disait M. BLET, un café qui est fréquenté parfois, c'est vrai, par M. Alexandre JODOROWSKI qui a réalisé des bandes dessinées. D'ailleurs, je le connais bien.
Monsieur BLET, je ne sais pas si vous le savez, mais il est également cinéaste et je vous recommande son film de 1971, qui s'appelle El Topo. Je ne sais pas si vous l'avez vu mais c'est un très bon film.
En ce qui concerne l'exploitant du café avec qui la Ville a pris langue, aujourd'hui nous sommes dans une procédure d'indemnisation à l'amiable qui va se passer dans de bonnes conditions.
Voilà, Monsieur le Maire.
Le Conseil d'arrondissement a d'ailleurs voté à l'unanimité ce projet de délibération.
M. Alain DESTREM, adjoint, président. - Je vous remercie, mon cher collègue.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération D. 1101.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, Mmes SCHNEITER, TAFFIN et M. DUMAIT ayant voté contre, M. BLET s'étant abstenu. (1996, D. 1101).