Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

106 - QOC 96-357 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris au sujet de la politique municipale dans le domaine des salons professionnels.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1996



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris concerne la politique municipale dans le domaine des salons professionnels.
En voici la teneur :
"Les salons professionnels constituent à l'heure actuelle un facteur essentiel de développement économique, mais aussi de promotion du commerce extérieur de la France. A ce titre, Paris accueillant les trois quarts des salons spécialisés et 90 % de l'activité des salons internationaux, occupe une place prépondérante.
La Chambre de commerce et d'industrie de Paris a publié récemment, en juin 1996, un document intitulé "Les salons internationaux en France : un secteur en péril". Ce rapport dresse un état général des lieux faisant apparaître un net recul de la place de Paris dans ce domaine, notamment entre 1990 et 1994, en apportant des éléments de comparaison avec l'Allemagne. Cette étude souligne que le soutien de la Ville de Paris est quasiment inexistant malgré les retombées touristiques et économiques générées chaque année par plus de deux millions de visiteurs.
Aussi, M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent-ils à M. le Maire de Paris de prendre en considération le contenu du document précité, les propositions effectuées par les représentants de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris et d'engager avec ces derniers une concertation pour soutenir et développer les activités de ce secteur.
Ils souhaitent que soit prochainement transmis aux élus un document sur ce sujet, précisant les modalités de fonctionnement et de gestion des espaces d'exposition appartenant à la Ville de Paris afin qu'ils puissent évaluer la politique menée par la Municipalité dans ce domaine, notamment pour ce qui concerne les aspects financiers.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent, en tout état de cause, un renforcement des efforts, notamment financiers et de communication, de la Ville de Paris en faveur des salons et d'envisager la levée de certaines charges pesant sur leur développement, à la suite de la concertation engagée avec les acteurs de ce secteur."
Je vous donne la réponse au lieu et place de Mme Isabelle de KERVILER, adjoint.
La place de Paris, pour l'accueil des salons internationaux, est la première place européenne sur le plan tant du nombre de visiteurs que du nombre d'exposants. Les chiffres comparés de 1993 à 1995 - seule comparaison valable depuis que de nombreux salons sont organisés tous les deux ans - font ainsi apparaître un accroissement de 21,8 % du nombre de visiteurs, de 34,4 % des surfaces facturées, de 30,9 % du nombre d'exposants, dont une augmentation de 20,8 % d'exposants étrangers (source Office de justification des statistiques). Cette situation - qui est due au dynamisme des acteurs économiques parisiens et au soutien des pouvoirs publics et consulaires - est naturellement à défendre et à conforter.
Les salons français, en général, et donc les salons parisiens, sont en concurrence directe avec ceux des grands pays européens : Italie, Allemagne, Grande-Bretagne, dans un contexte de compétition de plus en plus vive dans les domaines économique et commercial. Une évolution qualitative des salons et congrès est également perceptible.
Il convient, dans l'analyse d'éléments de comparaison, en particulier avec l'Allemagne, de prendre en considération la dichotomie spécifique au fonctionnement français entre la gestion des sites de congrès et salons et l'organisation de manifestations. De ce simple fait, les comparaisons financières doivent être appréciées avec prudence.
La Ville de Paris est aux côtés des professionnels et de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris particulièrement attentive à l'évolution de ce secteur de l'économie essentiel à son rayonnement international et qui, par ailleurs, est générateur de retombées économiques directes ou indirectes très importantes.
L'intérêt pour la Ville de Paris de maintenir cette activité à la toute première place a conduit la Ville, autorité concédante de la Société d'exploitation du Parc des expositions de Paris (S.E.P.E.) à encourager et à accompagner un ambitieux programme de modernisation sur les dix prochaines années de cette infrastructure. Ce projet est en cours de réalisation. Ainsi, l'inauguration du premier bâtiment du nouveau parc est prévue en novembre prochain, mais sera ouvert au public dès la semaine prochaine pour le Salon de l'automobile.
Dans ce cadre, vous avez bien voulu, sur ma proposition, décider le 26 mars 1996, de proroger la concession jusqu'en 2026, afin d'assurer l'amortissement des investissements réalisés.
De plus, la Ville étudie avec la S.E.P.E. les conditions d'amélioration et d'aménagement des abords de la porte de Versailles, en intégrant la nécessaire amélioration de son environnement.
La Ville de Paris a, par ailleurs, d'ores et déjà pris un certain nombre de mesures en liaison étroite avec la Chambre de commerce, notamment :
- l'amélioration de la coordination des actions menées par les établissements d'accueil des congrès et des expositions de la place de Paris.
La Ville de Paris conduit, en outre, d'importantes actions de promotion, au plan international, à travers les participations financières qu'elle accorde aux organismes de promotion du tourisme d'affaires.
A cet égard, le Bureau des congrès et des salons de Paris mène une politique de promotion de Paris comme destination de tourisme d'affaire sur les principaux marchés, tant national qu'international (et notamment sur l'Amérique du Nord, l'Europe et l'Asie).
Le Bureau est l'interlocuteur privilégié de tous les intervenants en matière de tourisme d'affaires, notamment dans le domaine des salons des différents organismes professionnels (Fédération française des salons spécialisés, Chambre de commerce et d'industrie de Paris, Promosalons).
Par ailleurs, afin de rendre plus efficace son action dans la promotion de la destination de Paris, le Bureau des Congrès et des Salons de Paris a passé une convention avec le groupe "Air-France". En effet, "Air-France" a décentralisé sa cellule tourisme d'affaires Paris-Ile-de-France au Bureau des Congrès et des Salons de Paris. Elle gère les relations entre "Air-France" et les professionnels du tourisme d'affaires pour une meilleure synergie et une plus grande efficacité au service des professionnels.
Dans un esprit de renforcement du partenariat avec la Chambre de commerce et d'industrie de Paris, M. le Maire de Paris a parallèlement pris l'initiative de proposer au Président de la Chambre la mise en place de réunions de concertation, en liaison étroite avec les professionnels, dans l'objectif de définir les opérations stratégiques à mettre en oeuvre pour le développement et la promotion des activités de communication économique.
La réflexion du groupe de travail, auquel doit être associé le Bureau des congrès et des salons de Paris, sera organisée autour de trois thèmes majeurs :
- le renforcement de la coordination entre les sites et les infrastructures d'accueil des congrès et des salons parisiens ;
- l'amélioration des relations entre les structures d'accueil des salons et leurs organisateurs publics ou privés ;
- le renforcement des actions de promotion des salons et congrès.
Enfin, une communication du Maire sur l'emploi et le développement économique est prévue d'ici la fin de l'année, dans laquelle le tourisme d'affaires sera largement évoqué, démontrant ainsi la préoccupation de la Ville de maintenir au tout premier rang la place de Paris dans ce domaine.