Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

101 - III - Questions du groupe du Mouvement des citoyens.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1996



QOC 96-352 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris relative aux activités d'été proposées par la Ville et le Département de Paris.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous abordons à présent l'examen des questions orales du groupe du Mouvement des citoyens.
La première d'entre elles est ainsi rédigée :
"L'actualité récente sur les problèmes rencontrés par les familles parisiennes pour les coûts de scolarité de leurs enfants en classe primaire et au collège traduit malheureusement un désengagement de l'implication de la Ville de Paris face à l'éducation.
Les difficultés d'accès des familles aux inscriptions des séjours de vacances d'été " Arc-en-ciel ", imputées au dysfonctionnement du système informatique, ont traduit aussi la rareté de l'offre par rapport à la demande : 10.000 places étaient offertes aux petits Parisiens pour 160.000 enfants scolarisés.
Les services mis en place par la Ville de Paris pour les scolaires sont insuffisants, alors que la démographie parisienne pour ces tranches d'âge est en augmentation. De plus, la diminution d'un tiers de l'allocation de rentrée scolaire par le Gouvernement, en août, a encore accru les difficultés des familles et pénalisé les enfants.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens souhaitent avoir connaissance de l'ensemble des activités offertes par la Ville et le Département de Paris pour les enfants des classes maternelles, primaires et de collège, ainsi que de leur taux de fréquentation et du nombre des demandes non satisfaites et demandent à M. le Maire de Paris les mesures envisagées par la Ville et le Département de Paris pour pallier la diminution de l'allocation de rentrée scolaire."
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Claude GOASGUEN, adjoint.
La Ville de Paris a offert cet été 8.500 places de séjours de vacances "Arc-en-ciel" et 3.500 places dans le cadre des séjours "aventure" et de la Transfrancilienne, ces deux dernières formules de vacances étant proposées aux enfants de 3 à 14 ans inscrits en centres de loisirs d'été.
La dépense résultant de l'ensemble de ces prestations est de 25 millions de francs en 1996.
En outre, la Ville de Paris participe indirectement aux séjours de colonies de vacances organisés par les caisses des écoles en leur versant des subventions. Pour 1995, l'aide de la Ville a été de 7,4 millions de francs, ce qui représente 50 % en moyenne de la charge réelle supportée par les caisses des écoles pour l'organisation de 5.300 places.
D'une manière générale, le dispositif des centres de loisirs d'été permet d'accueillir en moyenne 9.800 enfants de 3 à 14 ans, par jour, au sein des différentes écoles ouvertes durant l'été. A partir de ces points d'accueil (soit 248 écoles au mois de juillet et 164 au mois d'août) sont proposées différentes activités : sorties sur des espaces de plein-air aménagés en bases de loisirs ou vers des parcs animaliers ou des fermes pédagogiques. Le taux de sorties quotidien a été de 68 % en juillet et de 75 % au mois d'août.
La fréquentation varie sensiblement et oscille entre 17.000 enfants lors de la première semaine de juillet et 5.500 enfants au milieu du mois d'août.
Pour l'accueil des jeunes Parisiens de 3 à 14 ans inclus en centres de loisirs d'été, toutes les demandes d'inscription sont satisfaites dès lors que les enfants répondent aux conditions d'âge.