Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

124 - QOC 96-317 Question de M. Alain DUMAIT, élu indépendant, à M. le Maire de Paris sur le coût de l'exploitation de Radio Tour-Eiffel.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1996



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de M. DUMAIT à M. le Maire de Paris a trait au coût de l'exploitation de Radio Tour-Eiffel.
En voici la teneur :
"Au moment où Radio Tour Eiffel serait sur le point d'être reprise par un groupe financier après 14 ans d'activité déficitaire, M. Alain DUMAIT souhaite savoir combien cette initiative aura coûté aux contribuables parisiens sur l'ensemble de la période d'exploitation de cette station de radio."
Je vous communique les éléments de réponse au lieu et place de M. Camille CABANA, adjoint.
La création de la station de radio de la Ville de Paris, Radio Tour Eiffel devenue depuis Eiffel 95.2, remonte en effet à 1982.
L'audience de cette station s'étant, malgré les efforts des équipes en place, régulièrement amenuisée ces dernières années, une réflexion a été menée sur les voies et moyens permettant de donner à cette radio un caractère de radio de proximité, en apportant un plus grand service aux parisiens de manière à faciliter leur vie quotidienne dans la cité.
Des négociations ont été engagées avec les partenaires potentiels suivants :
- Générale d'Images,
- R.A.T.P.,
- Métro Traffic Control,
- et Canal +.
Elles devraient aboutir sous réserve de l'accord du C.S.A. à la mise en place d'une radio de service dans laquelle la Ville demeurera l'actionnaire majoritaire par l'intermédiaire de l'Association pour l'Information municipale qui succédera ainsi à l'Association pour le Développement de la Communication à Paris.
L'addition des subventions votées par le Conseil de Paris à l'A.D.C.P. depuis la création de la radio n'a guère de sens s'agissant d'un média municipal dont l'objectif premier n'était pas l'équilibre économique et encore moins la recherche d'un profit. Ces subventions ont d'ailleurs été, ces dernières années, régulièrement réduites, passant de 14 millions de francs en 1991 à 8 millions de francs en 1996.
Ce qu'il faut noter, c'est que la restructuration ainsi entreprise et l'intervention d'un nouvel opérateur la "Générale d'Images" pour mettre en oeuvre le projet, ont pour objectif de rendre à la nouvelle radio une audience significative des Parisiens et lui assurer dans un délai de 3 exercices les ressources nécessaires à son développement.