Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

8 - Dépôt de questions d'actualité.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1996



M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, je vous informe que je suis saisi de cinq questions d'actualité.
Une question relative " aux bruits surprenants sur un possible départ de Paris du siège de la S.N.C.F. et des emplois " ; cette question est posée par M. Michel BULTÉ, au nom du groupe "Rassemblement pour Paris", et par M. Henri MALBERG, au nom du groupe communiste, " sur les effectifs ".
Ensuite, une question de M. Michel CHARZAT " sur les récents événements relatifs aux foyers Georges-Sand et Crimée ".
Une question de MM. Alain DUMAIT, Georges MESMIN et Mme TAFFIN à M. le Préfet de police sur les conditions de mise en oeuvre du plan vélo. Dont voici le texte :
" Un sondage réalisé par l'Institut BVA mercredi dernier 18 septembre montre que les Parisiens sont dans leur grande majorité d'accord avec la nouvelle priorité mise en ?uvre par la Municipalité depuis le début de l'année en faveur de l'usage de la bicyclette.
Pourtant, la mise en service des premiers tronçons de pistes cyclables - peut-être un peu précipitée - n'a pas manqué de susciter des critiques et des observations.
Cette nouvelle priorité aboutit à multiplier les obstacles, sous différentes formes, sur l'espace public, ce qui n'est pas un progrès, mais, de ce point de vue, une régression.
Les élus indépendants, attachés à la fois à l'usage de la bicyclette à Paris et, en même temps, à ne pas multiplier les obstacles physiques et dangereux sur l'espace public, suggèrent qu'autant que possible, à l'avenir, les pistes cyclables soient aménagées sur les trottoirs plutôt que sur la chaussée, ce qui suppose que les trottoirs aient été préalablement élargis, dans le cadre d'une politique générale d'aménagement et de valorisation de l'espace public, avec à la clef une réduction significative du stationnement autorisé sur voirie, en particulier dans les arrondissements du Centre.
Ils font observer que la cohabitation entre les piétons et les cyclistes pose des problèmes plus faciles à résoudre que la cohabitation entre les cyclistes et les véhicules à moteur. Il est plus facile et moins coûteux de protéger les piétons des vélos, que ceux-ci des voitures, des camions et des autobus...
Les élus indépendants souhaitent qu'un point soit rapidement fait sur la première partie de la mise en place du plan vélo du Maire de Paris. Afin que le tir soit éventuellement rectifié. Avec réduction parallèle du stationnement autorisé sur voirie.
On aurait pu en effet profiter de cette occasion pour supprimer des places de stationnement en surface, plutôt que de réinstaller des marquages au sol à un mètre cinquante des trottoirs, pour cause d'aménagement de pistes cyclables...
Enfin, les élus indépendants demandent à M. le Préfet de police si l'usage de ces nouvelles pistes cyclables a ou non, réglementairement, un caractère obligatoire pour les usagers cyclistes. "
Enfin, nous sommes saisis d'une question de M. Georges SARRE à M. le Préfet de police " sur l'organisation des manifestations à Paris ".
La séance est suspendue. Nous reprendrons nos travaux à 15 heures en formation de Conseil général.