Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe U.M.P. relatif aux rondes nocturnes de police aux alentours de la place Bernard Lazare (3e).

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2014


 

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Nous passons maintenant à l?examen du v?u n° 69 relatif aux rondes nocturnes de police aux alentours de la place Bernard Lazare. Je donne la parole à Marie-Laure HAREL, pour 2 minutes.

Mme Marie-Laure HAREL. - Merci, Madame la Maire. Je souhaitais adresser ce v?u à M. le Préfet de police, puisque c?est de lui que dépend le déploiement humain et matériel de la police à Paris, de manière à ce qu?il porte une attention particulière à la place Bernard Lazare, située dans le 3e arrondissement. C?est une petite place aux abords de la rue de Turbigo, où a pris l?habitude de squatter malheureusement une bande de jeunes délinquants, depuis déjà très longtemps, ce qui génère beaucoup de soucis et d?inquiétudes pour les riverains. Ces inquiétudes sont de plus en plus vives, comme ils ont eu l?occasion de le manifester lors du dernier conseil de quartier Arts et Métiers qui avait lieu le 29 septembre dernier. Le commissaire de police du 3e arrondissement participait à ce conseil de quartier, et je crois que ni lui ni M. AIDENBAUM d?ailleurs ne contredisent la nécessité de renforcer, en tout cas, les passages policiers le soir aux abords de cette place, puisque les problèmes sont bel et bien là. Ils sont constatés par tout le monde, ils sont corroborés par des faits extrêmement concrets. Le commissaire du 3e arrondissement a admis la nécessité de renforcer les passages de la police, simplement cela ne semble pas être prévu pour l?instant. Il a fait appel à vous, au Préfet de police qui pouvait décider d?où, quand et comment on renforce les actions de la police localement. Il m?a été dit au Conseil d?arrondissement, quand j?ai déposé ce v?u, que le renforcement des passages policiers le soir près de la place Bernard Lazare était d?ores et déjà prévu. Moi, je n?ai pas tout à fait compris la même chose en écoutant le commissaire de police du 3e arrondissement. Je ne déposerais pas mon v?u si les passages étaient déjà renforcés, comme on a voulu me le faire croire au Conseil d?arrondissement ou si c?était prévu concrètement. En tout état de cause, si, dans votre réponse, vous êtes capables de me dire où, quand et comment ces passages policiers seront renforcés, je me ferai un plaisir de retirer mon v?u.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Madame HAREL. Je donne la parole à Mme Colombe BROSSEL pour vous répondre.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Et surtout au Préfet de police. Je ferai juste quelques remarques sur votre v?u, qui sont d?ailleurs, je le remarque, exactement les mêmes que celles que j?ai pu avoir lors de notre dernière séance. D?abord, je le redis, Madame HAREL, l?utilisation que vous faites d?un certain nombre de chiffres de l?Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales est parfois un peu une utilisation. Je nous suggère collectivement - nous adorons avoir dans cet hémicycle des débats sur les chiffres, nous en avons beaucoup eus sur ces questions - d?aborder la question avec le plus de sérénité possible parce que, en la matière, l?utilisation d?un certain nombre de chiffres nous a parfois fait quitter quelque objectivité, les uns et parfois les autres d?ailleurs. Première chose. Deuxième chose, je redis que nous avons modifié et adopté un règlement intérieur modifié dans cette assemblée. C?est absolument passionnant que les 163 Conseillers de Paris soient saisis de ces questions-là, mais nous avons des questions écrites. Nous avons, M. le Préfet de police comme l?Exécutif, l?obligation de vous répondre dans le délai d?un mois : utilisons, les uns et les autres, ce moyen d?obtenir des informations, qui me paraît parfaitement adapté à des sujets de cette nature. Vraiment, je nous y engage les uns les autres. Après, comme l?avait fait M. PÉCHENARD, si la réponse n?est pas adaptée, alors il avait eu bien raison de revenir en Conseil de Paris, mais d?ailleurs il a eu les réponses aux questions qu?il posait. Honnêtement, c?est plus un point de méthode que sur le fond, c?est M. le Représentant du Préfet de police qui vous y répondra. Mais nous nous donnons les moyens d?avancer sur l?organisation de notre Conseil et après nous oublions d?utiliser ces moyens. Je trouve que nous pourrions être plus efficaces collectivement. Donc je ne vais pas répondre à la place du Préfet de police. Je réponds sur ce qu?il me revient de répondre, Monsieur LEGARET.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - M. Pierre AIDENBAUM a demandé la parole.

M. Pierre AIDENBAUM, maire du 3e arrondissement. - Je pense que M. le Préfet va répondre très précisément aux interrogations. Tout le monde sait très bien qu?il règne une insécurité totale dans le 3e arrondissement et qu?on peut difficilement s?y promener ! Particulièrement dans le lieu que vous indiquez, où vous voyez des jeunes délinquants. Oui, il y a certainement des jeunes délinquants, mais il y a surtout des jeunes oisifs, dés?uvrés, qui font du bruit et naturellement que c?est totalement désagréable et que nous menons une action très forte. Juste encore un mot pour vous dire, Madame HAREL - vous devriez peut-être aller plus souvent dans ce coin du quartier -, pour vous dire que c?est exactement - je ne vais pas refaire la réponse et le Préfet va répondre à vos questions - les réponses qu?on vous a déjà faites en Conseil d?arrondissement. Peut-être que vous pensez que ce que l?on vous raconte au Conseil d?arrondissement n?est pas la vérité, et notamment par rapport à un certain nombre de mesures qu?a prise le Préfet de police. On va vous les rappeler maintenant. Mais voilà ! Et je pense qu?à la prochaine réunion du Conseil d?arrondissement, vous reposerez encore une autre question dans le même domaine, sur un autre lieu infréquentable du 3e arrondissement et on vous y répondra de la même manière. Je vous remercie.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur Pierre AIDENBAUM, maire du 3e arrondissement. Monsieur le Préfet de police pour les éléments de réponse précis.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Merci, Madame la Maire.

Madame la Conseillère, le secteur de la place Bernard Lazare est bien une priorité de l?action des services de police.

Comme l?a indiqué M. le Maire du 3e arrondissement, c?est un lieu privilégié par de jeunes gens dés?uvrés, qui se livrent à diverses nuisances et à divers actes répréhensibles. Ces actes créent une gêne importante pour les riverains. Cependant, la plupart de ces faits ne dépassent pas le stade contraventionnel et ne peuvent que ponctuellement faire l?objet d?une poursuite judiciaire. Pour faire face à cette délinquance et à la demande du maire du 3e arrondissement, les services de police locaux ont mis en place un dispositif que je vais essayer de détailler. D?une part, des passages de police appelés "points de visibilité, de rencontre et de dissuasion" sont régulièrement effectués sur ce secteur, aux horaires les plus sensibles, c?est-à-dire de 17 heures à 18 heures et le soir de 23 heures à 1 heure du matin. Des actions de sécurisation avec visites des parties communes d?immeubles riverains, ainsi que des opérations de contrôle d?identité sur réquisition du parquet, sont également effectuées. L?ensemble de ces actions, selon les services de police, a permis une relative stabilité des faits de délinquance sur ce secteur, sans toutefois faire disparaître les nuisances subies, et elles ne sont pas négligeables. Lors du dernier conseil de quartier du 29 septembre 2014, les riverains ont été informés de ces renforts, notamment de l?action des services spécialisés. Je pense à la brigade anti-criminalité nuit qui patrouille dans ce secteur. Grâce à ces patrouilles, les nuisances ont pu reculer. S?agissant de la problématique des trafics de stupéfiants, des investigations sont en cours, afin d?écarter toute éventualité de trafic. Enfin, pour compléter ce dispositif, il y a 24 caméras qui permettent de surveiller sur le 3e arrondissement. Parmi ces 24 caméras, 8 caméras couvrent plus particulièrement le périmètre Turbigo, Réaumur Sébastopol, Saint-Martin et une caméra est implantée à l?angle des rues Turbigo et Fontaine-du-Temple, qui permet notamment de surveiller les rassemblements et d?apporter une réponse policière en temps réel. Les services de police estiment d'ailleurs que la proposition du Maire du 3e arrondissement d'une caméra supplémentaire à l'angle des rues Montgolfier et Vertbois serait pertinente pour régler le problème posé. Ces actions, bien évidemment, sont complétées par d'autres actions venant de la Ville. Je pense au club de prévention, mais aussi à l'action de la Direction de la Propreté. En conclusion, Madame la Conseillère, la Préfecture de police continuera son action déterminée afin de limiter les nuisances sur la place Bernard-Lazare. Je vous remercie.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur le Représentant du Préfet de police. Je vais donc mettre aux voix le v?u n° 69. Madame HAREL, vous allez retirer ce v?u ?

Mme Marie-Laure HAREL. - Non, je le maintiens puisque le Préfet de police dit lui-même que les nuisances subies restent importantes et ne fait état d'aucune action concrète pour renforcer l'action de la police. Je suis ravie d?apprendre, au passage, que M. AIDENBAUM est devenu disciple de la vidéosurveillance et veut rajouter des caméras dans notre arrondissement. Je le maintiens.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Entendu. Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 69 avec un avis défavorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le v?u est rejeté.