Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif aux personnels en grève de l'hôtel Royal Monceau.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2014


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u référencé n° 51, déposé par Mme SIMONNET, relatif au personnel en grève de l?hôtel Royal Monceau. La parole est à Mme Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Mes chers collègues, j?espère qu'on va tous se retrouver à soutenir ce v?u. Il s'agit d'un hôtel de luxe où les personnels sont en grève depuis au moins trois semaines. Ils revendiquent des choses toutes simples, c?est d'être rémunérés au même niveau que les autres personnels des hôtels de luxe. Vous savez qu'il y a eu par ailleurs des mobilisations victorieuses dans d'autres hôtels - l'hôtel Hyatt, Vendôme, Opéra - récemment, et il y a vraiment une nécessité dans ces hôtels que les personnels fassent respecter leurs droits les plus élémentaires face à des responsables peu scrupuleux qui n'hésitent pas à engranger les profits (+ 20 %) mais en même temps à diminuer la masse salariale. Donc, à travers ce v?u, je souhaite que la Ville de Paris affirme sa solidarité avec les salariés en grève de l'hôtel Royal Monceau, qui se remobiliseront d?ailleurs massivement demain, et que la Mairie de Paris intervienne auprès de la direction de l?hôtel pour que les négociations reprennent avec les représentants du personnel, afin que les salariés soient rémunérés au même niveau que les autres palaces parisiens. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. La parole est à Mme Pauline VÉRON, pour vous répondre.

Mme Pauline VÉRON, adjointe. - Mes chers collègues, Danielle SIMONNET attire notre attention sur une lutte syndicale qui dure maintenant depuis trois semaines : celle des salariés du palace le Royal Monceau dans le 8e arrondissement. Je voudrais rappeler ici à quel point l'excellence de l'hôtellerie parisienne, à laquelle nous sommes tous très attachés, et en particulier mon collègue Jean-François MARTINS, à quel point cette excellence repose avant tout sur le savoir-faire internationalement reconnu des salariés de cette hôtellerie de luxe. Or, force est de constater que, depuis deux ans, les personnels de l'hôtellerie en général et des grands hôtels parisiens en particulier portent des revendications qui nous montrent que des progrès sociaux restent à faire dans ce secteur et d'importants progrès sociaux. On se souvient de la victoire des sous-traitants des hôtels Première Classe et Campanile du Pont de Suresnes en 2012, qui ont pu obtenir l'internalisation des salariés de la sous-traitance. Il y a un an, les salariés du Park Hyatt Vendôme obtenaient de premières avancées non négligeables, telles que le treizième mois, la suppression de la clause de mobilité et la revalorisation de leur qualification. En fin septembre, les salariés de la société sous-traitante du Park Hyatt Vendôme obtenaient, après quatre jours de grève, une augmentation de l'ordre de 380 à 420 euros par mois, qui les place désormais au même niveau que les salariés des palaces. Aujourd'hui, les cuisiniers, les femmes de ménage, les placiers, les maîtres d'hôtel, les gouvernantes du Royal Monceau sont en grève illimitée. Ils demandent tout simplement à obtenir les mêmes salaires que ceux des palaces parisiens, soit 1.870 euros bruts pour les femmes de chambre, valets et équipiers et 2.200 euros bruts pour les gouvernantes. C'est ce qui se pratique actuellement, par exemple, au George V ou au Bristol. Nous avons déjà exprimé notre solidarité avec les salariés de ces établissements lors du Conseil de Paris de juin dernier. La Maire de Paris a d'ailleurs exprimé son souhait de voir évoluer les conditions de travail des sous-traitants dans l'hôtellerie de luxe, dans un courrier adressé à Fleur PELLERIN, alors en charge de la promotion du tourisme. J'affirme une nouvelle fois aujourd'hui notre solidarité et j?émets donc un avis favorable sur votre v?u pour que le Conseil de Paris exprime sa solidarité avec les salariés en grève. Je vous invite, mes chers collègues, à voter ce v?u qui appelle l'intervention de la Maire de Paris auprès de la direction du Royal Monceau pour que les négociations reprennent sereinement et se concluent dans le sens du progrès social.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. Je mets donc aux voix le v?u n° 51, avec? On applaudit après le vote, en général ! Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par Mme SIMONNET, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? La proposition de v?u est adoptée. (2014, V. 229).