Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche relatif à la création de comités d'usagers des équipements sportifs.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2014


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Nous passons à l'examen du v?u référencé n° 24 déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche, relatif à la création de comités d?usagers des équipements sportifs. La parole est de nouveau à M. BONNET-OULALDJ.

M. Nicolas BONNET-OULALDJ. - L'esprit de ce v?u est une demande des associations dans le cadre de la concertation justement. C'est-à-dire qu'on a aujourd'hui un réel problème, à la fois dans la construction et les programmes de construction de ces équipements sportifs, et à la fois après dans la gestion, et notamment, il a été pointé pendant le mouvement social la question du dialogue avec les agents de la Ville et avec la Ville. La proposition que nous faisons est d'étendre notre politique de démocratie participative aux équipements sportifs. Vous savez qu'on a des conseils d'école, des conseils de crèche, des conseils d'usagers dans plusieurs équipements de la Ville. Eh bien, nous proposons une nouvelle étape avec des conseils d'usagers dans les équipements sportifs. Voilà la philosophie de ce v?u.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci. Pour vous répondre, la parole est à M. MARTINS.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Je partage assez la philosophie de ce v?u. Il n?est peut-être pas applicable en l'état parce que nous avons 400 équipements sportifs de nature assez différente : des centres sportifs complexes avec des centaines et des milliers d?usagers, avec des interlocuteurs structurés, et on a aussi parfois des T.E.P., de petits terrains extérieurs de proximité, deux ou trois terrains de tennis par-ci, qui sont beaucoup moins structurés dans le dialogue qu'on peut avoir avec un certain nombre d'usagers. C'est donc pour cela que je pense qu'on a besoin de travailler avec un peu plus de granularité. La première de ces granularités sera de travailler au niveau de l'arrondissement, premièrement parce qu?un certain nombre des équipements sont délégués aux mairies d'arrondissement et que le dialogue, la concertation - je parle avec l'adjointe chargée de la démocratie locale à mes côtés - doit se faire au niveau de l'arrondissement sur un certain nombre d'équipements de proximité. Il serait illusoire et mensonger de notre part d'annoncer que la Ville va engager avec les 2.000 associations, les 7 millions d?entrées dans les piscines, directement un dialogue. Je pense qu?il faut que ce soit à l'échelle de l'arrondissement. Pour autant, c'est quelque chose qu'on se doit d'essayer. On a par exemple essayé à Armand Massard, le centre sportif que vous connaissez, dans le quartier Montparnasse, de commencer ce type de mise en place de comité d'usagers. Dans le plan "Nager à Paris", en février, on travaillera sur la place des usagers dans le service public sportif parisien et comment ils peuvent donner leur avis, infléchir à la fois la politique sportive mais aussi la manière dont le service public est rendu, la qualité d'accueil dans ces équipements, et ils auront toute leur place dans le plan "Nager à Paris". Il y a, je vous le rappelle, quatre conseillers à la vie sportive par arrondissement qui ont aussi cette responsabilité-là. Je vais donc vous dire que sur la philosophie, c'est ce qu'il faut faire. Il faut qu?on associe, comme on le fait sur d'autres équipements publics, les usagers à la gestion de nos équipements. Cela demande encore pas mal de travail, et dans les arrondissements, et peut-être par discipline, par type d'équipement. Je vous propose que nous continuions à travailler ensemble jusqu'au plan "Nager à Paris" d?abord, pour traiter le cas des piscines, et dans le cadre de l'élaboration des politiques sportives d'arrondissement, et si vous en êtes d?accord, je vous propose de retirer ce v?u pour qu'on avance concrètement, arrondissement par arrondissement.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Monsieur BONNET ?

M. Nicolas BONNET-OULALDJ. - Vous l'avez remarqué, dans mon v?u, je ne donne pas d'échéance ou de date. C'est un v?u. Il peut donc très bien être voté aujourd'hui et progressivement être mis en place. Je n'ai pas fermé la porte à ce que vous dites, que cela soit le plan piscine ou autres. Je maintiens mon v?u et je vous fais part aussi d'une autre proposition qui n'est pas dans le v?u, mais beaucoup de maires d'arrondissement sont présents et le savent. Chaque arrondissement est doté d'un office municipal des sports. Qu?est-ce qu?on en fait ? On en fait seulement un organisme qui remet des coupes ou un vrai organisme de concertation sur le projet sportif d'arrondissement, avec notamment les petits équipements comme les T.E.P., dont vous avez parlé, notamment le mobilier urbain pour la pratique sportive qu'on va développer ? Je pense qu'il y a besoin d'une vraie politique de démocratie appliquée au sport avec d'une part, tout ce que vous dites, qui n'est pas forcément de l'équipement important, comme les T.E.P., etc., qui pourraient relever de l'office des sports, et tout ce qui relève des grands équipements, où il faut des comités d'usagers. Donc, je maintiens mon v?u.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Monsieur BONNET, vous n'avez donc pas été convaincu. Je soumets le v?u, avec un avis défavorable de l'Exécutif. Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe déposé Communiste - Front de Gauche, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? La proposition de v?u est repoussée.