Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2014 DPE 1057 - DDCT - Subventions (119.000 euros) et conventions avec quatre recycleries.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2014


 

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DPE 1057 - DDCT : subventions et conventions avec quatre recycleries. Je donne la parole à Mme Joëlle MOREL, pour le groupe Ecologiste de Paris.

Mme Joëlle MOREL. - Merci, Monsieur le Maire. Les ressourceries s'inscrivent dans la volonté des écologistes de développer une consommation responsable, une économie circulaire à l'heure de la mise en place d'une nouvelle économie qui ne sera plus basée sur la croissance des consommations de ressources non renouvelables et la croissance des déchets, mais sur une économie circulaire et sur la réduction des déchets, nous voterons bien évidemment ce projet de délibération. La Ville de Paris a pour objectif de créer une ressourcerie par arrondissement. Je me permets de vous dire que par expérience, dans le 11e, la ressourcerie "La petite roquette" ne désemplit pas, et que nous sentons déjà le besoin de la création d'une seconde ressourcerie dans le Sud de l'arrondissement. Très vite, nous devrons imaginer deux ressourceries dans certains arrondissements très denses comme celui du 11e arrondissement. Toutefois, dès à présent, pour aller un peu plus loin et plus vite, il est nécessaire que le réseau des ressourceries se développe. Il faut mener une réelle réflexion au niveau parisien et au niveau de l'Ile-de-France et envisager très vite un travail de mutualisation entre les ressourceries. Le réseau REFER, réseau francilien du réemploi, né en 2014, fédère déjà des acteurs du réemploi dans le secteur de l'économie sociale et solidaire. Tous ces acteurs se réunissent autour d'une logique de coopération pour soutenir le développement de leur projet de réemploi, ainsi que pour sensibiliser le grand public. Il est constitué aujourd'hui de 12 ressourceries-recycleries à Paris et en Ile-de-France. Il regroupe aujourd'hui, au niveau parisien, 4 ressourceries : "Ma Ressourcerie", de Studio-Carton, dans le 13e, "La petite roquette", dans le 11e, "La maison du canal", dans le 10e, "La réserve des arts", dans le 14e. Le réseau REFER représente 217 salariés, dont 139 en contrat d'insertion, 1.900 tonnes de déchets collectés, 12 boutiques solidaires, plus de 250 ateliers de sensibilisation. La Ville de Paris, comme la Région Ile-de-France, a besoin d'un interlocuteur identifié qui permette un travail à la fois plus rapide, plus approfondi, plus spécialisé en fonction des demandes des arrondissements et des collectivités. Le dynamisme de ce réseau doit être entretenu par un accompagnement de la Ville. Nous aurons très certainement l'occasion d'en reparler lors d'un prochain Conseil de Paris. Je vous remercie.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci. Pour vous répondre, Mme Antoinette GUHL.

Mme Antoinette GUHL, adjointe. - Monsieur le Maire, Madame MOREL, vous savez combien je suis moi aussi attachée au réseau des recycleries parisiennes - ce n'est un secret pour personne. Je vous remercie donc pour cette intervention. Je reviens rapidement sur le projet de délibération, qui porte effectivement sur l'accord de subvention pour quatre recycleries parisiennes. Je voulais juste préciser que cet accord de subvention était donné sur la base de critères et d'objectifs très précis : le tonnage d'objets collectés, le taux de réemploi et de recyclage, le nombre d'habitants sensibilisés et le nombre d'emplois de la structure concernée. Ces quatre recycleries en question opèrent sur différents arrondissement. Je vais les nommer car elles font effectivement du beau travail sur Paris : "La maison du canal", "L'interloque", dans le 18e, "Ma ressourcerie", qui était l'ancien Studio-Carton, et "Emmaüs coup de main", dont nous avons déjà eu l?occasion de parler dans cet hémicycle. Mais au niveau parisien, la Ville de Paris soutient huit ressourceries, et pas uniquement quatre. Ce projet de délibération porte sur la moitié d'entre elles. Donc vous avez raison : au niveau parisien, ces ressourceries ont besoin d'avoir une structure de référence et de mutualisation. C'est pourquoi je pense comme vous que la présence du REFER depuis décembre 2013 est bienvenue pour le milieu des ressourceries. Le REFER, vous l'avez dit, je ne reviens pas dessus, je veux juste vous rassurer sur le fait que nous avons effectivement déjà rencontré le REFER, que depuis peu il fait partie de notre comité O3R, que nous organisons chaque automne et que nous allons organiser dès le mois prochain. Il est essentiel parce qu'il dispose d'une forme d'expertise pour la pérennisation des ressourceries. Le REFER travaille actuellement au modèle économique des ressourceries car il est très important qu?elles puissent être pérennes et qu'aujourd'hui, ce n'est pas encore toujours le cas. Le soutien de la Ville de Paris se fait sur les trois premières années pour les recycleries. Il est bien entendu qu'après ces trois années, les recycleries doivent pouvoir vivre de cette économie circulaire qu'elles construisent elles-mêmes. Je voudrais simplement dire qu'avec la mairie du 4e, nous allons accueillir au sein de l'espace des Blancs-Manteaux la première fête du réemploi, au printemps prochain, et que c'est organisé par le REFER.

(M. Mao PENINOU, adjoint, remplace M. Jean-François MARTINS au fauteuil de la présidence).

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci, Madame la Maire. Vous me permettrez non seulement de dire mon accord complet avec ce que vous avez dit, mais de citer aussi parmi les recycleries exemplaires à Paris, une dont vous ne pouvez pas parler, vous, mais je vais me faire un plaisir de le faire : c?est "Rejoué". Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPE 1057. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le projet de délibération est adopté à l?unanimité. (2014, DPE 1057).