Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2014 SG 1086 - Subvention (7.000 euros) et convention avec le Collectif féministe contre le viol (C.F.C.V.) (13e).

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2014


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le projet de délibération SG 1086 concerne le Collectif féministe contre le viol. La parole est à Marinette BACHE.

Mme Marinette BACHE. - Monsieur le Maire, Madame l'adjointe, mes chers collègues, alors que nous avons quelquefois, encore aujourd'hui, l'impression que les droits des femmes sont parfois sujets à remise en cause, à régression, il n'est pas anodin de soutenir cette association du Collectif féministe contre le viol. Rappelons quelques chiffres, qui donnent la mesure du problème auquel s'affronte cette association : 45.800 victimes de viols ou d'agressions sexuelles ont été reçues depuis la création du collectif. Et combien ne se sont pas fait connaître ? Principalement, les victimes sont des femmes, mais il y a aussi des enfants, et quelquefois des hommes. L'année dernière, près de 4.000 appels au numéro d'écoute, nombre équivalent à celui de l'année précédente, 52 % de mineures au moment des faits. Sur Paris, ce sont 520 appels, dont 96 % de femmes, 84 % pour violence familiale, 51 % pour violence conjugale. Le travail de ce collectif permet, par une permanence téléphonique, une écoute et également un soutien et une aide pour les démarches à entreprendre, dans le respect de l'anonymat des victimes qui le souhaitent, mais aussi en accompagnant celles qui veulent porter plainte en se portant partie civile à leurs côtés. L'association, au centre de ces demandes, est ainsi en capacité de reprendre la parole de ces femmes, et a pu monter deux campagnes de communication en 2010 et 2012, ayant eu pour thèmes "la honte doit changer de camp" et "rien ne devrait innocenter un violeur". Je voudrais terminer en soulignant la volonté du collectif de travailler en partenariat avec d'autres associations, comme l'Association contre les violences faites aux femmes, Oser le féminisme ou le Planning familial, parmi d'autres. Ces différentes associations ont hélas beaucoup de travail devant elles, car il reste du chemin à parcourir pour que dans notre société, chacun et chacune ait droit au respect et à la dignité. J'ai pu le constater lors de la courageuse prise de position de la Maire de Paris pour l'abolition de la prostitution. Si, majoritairement, et venues des diverses opinions représentées dans notre Assemblée, les réactions ont été positives, il n'en reste pas moins que dans le lâche anonymat d'Internet, quelques individus ont montré ce qu'ils étaient. Raison de plus, donc, pour voter cette subvention avec détermination. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. Hélène BIDARD pour vous répondre.

Mme Hélène BIDARD, adjointe. - Merci beaucoup, chère Marinette BACHE, pour votre engagement à nos côtés et votre constance dans la défense de l'égalité et du droit des femmes. Le viol est un crime depuis 1980, mais c'est encore trop souvent un crime dont la victime se sent coupable. Ainsi, nous savons la part d'ombre des chiffres du nombre de viols en France. Aujourd'hui, on peut partir du principe qu'il va y avoir, en une journée, environ 250 viols en France. Pour avoir un chiffre sur les Franciliennes, 9,3 % des Franciliennes déclarent avoir été victimes d'attouchements sexuels ou de viols au cours de leur vie. Il ne s'agit pas seulement d'une somme de crimes isolés à classer dans les faits divers, mais une marque que notre société reste profondément inégalitaire dans les relations femmes-hommes. C'est évidemment la partie immergée de l'iceberg, malheureusement. Je n'ai pas besoin ici de vous vanter la pertinence de l'action du Collectif féministe contre le viol, que je salue et remercie vivement. Il a pour objet d'aider et de soutenir les personnes victimes de violences et d'agressions sexuelles, ainsi que leur entourage, avec un numéro unique et des écoutants professionnels, un numéro vert national. S'il vous plaît? Ce Collectif féministe contre le viol entend donner la parole aux victimes femmes ou enfants, afin de briser le silence qui entoure le viol et les violences sexuelles. De plus, l'association peut se porter partie civile quand elle l?estime nécessaire, dans le cadre fixé par la loi, pour agir et lutter contre toutes les formes d'agressions sexuelles : le viol, le harcèlement et autres agressions sexuelles. Je tiens ici à assurer aussi le monde associatif, les partenaires de la Ville et les institutions avec lesquelles nous travaillons, d'un nouvel élan depuis la mise en place de cette mandature. Je tiens à les assurer de notre détermination à faire reculer les violences faites aux femmes, très concrètement. Je sais que ce souci est partagé très largement sur les bancs de cette Assemblée. Les violences sont le reflet d'une société qui met systématiquement les femmes dans un état de dépendance et d'infériorité. Elles sont au c?ur de la domination des femmes et des hommes. Les violences prennent des formes très variables et qui ont pour point commun de prendre, pour partie, leurs sources dans des représentations sexistes. Elles sont l'expression la plus brutale de ces inégalités. Les stéréotypes, les violences verbales et physiques, etc., il existe un continuum de violences faites aux femmes. Notre objectif doit être de faire durablement reculer ces violences. C'est pourquoi notre action doit se concentrer aux côtés des associations sur la prévention des violences, la protection et l'accompagnement des victimes, vers la sortie des violences et la sensibilisation du grand public. Il est temps d'agir et c'est pourquoi, à l'occasion du 25 novembre, nous réunirons, donc dans les jours à venir, les premiers partenaires d?un futur Observatoire des violences faites aux femmes. Cet observatoire réunira les associations et institutions pour travailler à la meilleure coordination de l?action de chacun, à révéler les processus de violence, à dénoncer l'inacceptable qu?est le féminicide, c'est-à-dire le meurtre d'une femme parce qu'elle est femme. Je tiens donc à remercier le Conseil d?accepter de valider cette demande de subvention du Collectif féministe contre le viol et de soutenir ainsi une action de terrain déterminante pour faire reculer ce fléau. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci, Madame BIDARD. Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 1086. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. Je vous en remercie. (2014, SG 1086).