Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif aux murs végétalisés.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2014


 

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Nous passons à l'examen du dernier v?u de cette matinée : n° 76. Je donne maintenant? Non, ce n?est pas le dernier ! Donc l'avant-dernier v?u n° 76. Je donne la parole à M. WEHRLING, pour 2 minutes maximum.

M. Yann WEHRLING. - Madame la Maire, chers collègues, ce v?u concerne les murs végétalisés que vous projetez de mettre en place, notamment après le vote du budget participatif qui a placé cette idée parmi celles retenues. En matière de murs végétalisés, comme bien souvent en matière d?intention écologique, on peut faire des erreurs contreproductives, guidées par une commande publique et politique qui serait d'aller vite et d'avoir des résultats visibles et impressionnants sans attendre. Il existe, en effet, deux types de murs végétalisés et j'aimerais savoir lequel des deux vous allez choisir. Il y a ceux qui ressemblent à celui qu'on peut voir à l'entrée du musée du quai Branly, beau, impressionnant, nous donnant le sentiment d'être dans un climat tropical. Si j'en crois mes sources, ces murs coûtent plusieurs centaines d?euros par mètre carré, nécessitent quelque 200 litres d?eau par mètre carré et par an, et des nutriments réguliers. Aux coûts d?investissement, il faut ajouter des coûts de fonctionnement qui, en peu d'années, rejoignent les coûts d?investissement. Autre option : la plante grimpante. Coûts d'installation : cinq fois moins que le mur précédemment décrit. Besoin en eau : nul. Besoin en nutriments : aucun. Coûts d'entretien : négligeables. Bien évidemment, comme souvent en végétalisation, et quiconque a un jardin le sait, il faut être patient pour voir le résultat mais, une fois là, la luxuriance est au rendez-vous, avec des choix d'essence variés que l?on peut combiner : le lierre, la vigne vierge, la vigne, la clématite, la glycine ou même quelques centaines de différentes sortes de rosiers grimpants. Vous l?aurez compris, je vous invite à privilégier la plante grimpante. Il faudra être plus patient mais l'eau et les euros et, in fine, les Parisiens vous remercieront. Le rafraîchissement de l'air est nécessaire partout, mais je ne voudrais pas que de mauvais choix faits aujourd'hui nuisent à l'image positive que les Parisiens ont manifesté en faveur de cette végétalisation. Je vous remercie.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur WEHRLING. Alors, luxuriance ou pas luxuriance ? Madame Pénélope KOMITÈS.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - Merci, Madame la Maire. Monsieur WEHRLING, je pense que je suis aussi soucieuse que vous des finances de la collectivité. Alors, effectivement, je partage votre volonté de choisir les types de végétalisation adéquats pour chaque projet, bien évidemment à la fois sur des critères environnementaux et sur des critères économiques. Dans la contrainte budgétaire que nous connaissons, nous devons être très vigilants à ne pas recourir de manière systématique à des études externalisées quand, très souvent, les services de la Ville sont compétents et mobilisés pour le faire. Et comme vous le savez, entre 2001 et 2013, plus d'une centaine de murs ont été végétalisés par la Direction des Espaces Verts et de l'Environnement, et un bilan de ces opérations a été réalisé début 2014, qui inclut des critères environnementaux et financiers. Une étude est en cours, qui évalue aussi les coûts d'entretien qui, bien évidemment, vous avez raison, sont importants. J'ai donc demandé à la DEVE, en complément des études qui ont déjà été réalisées ou qui sont en cours sur les réalisations entre 2008 et 2013, de bien vouloir réaliser une étude préalable à l'implantation des 40 murs à végétaliser dans le cadre du budget participatif qui va nous permettre de choisir la végétalisation la plus adaptée en fonction des critères économiques et environnementaux, à savoir les coûts d'investissement, les coûts d'entretien, les consommations en eau, les consommations énergétiques, l'intégration des plantes indigènes, etc. Je ne manquerai donc pas de de vous communiquer et éventuellement de communiquer à la 3e Commission ou au Conseil de Paris les résultats de cette étude. Au vu de l'expertise et de la mobilisation des services de la Ville, en espérant que cette réponse vous convient, je vous inviterai à retirer votre v?u.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - La parole m'a été demandée? D'abord, retirez-vous votre v?u ?

M. Yann WEHRLING. - Merci de me poser la question. Non, je ne le retire pas parce que je posais la question d'un choix clair entre la plante grimpante ou les murs végétalisés, type quai Branly. Je n'ai pas eu la réponse, donc je maintiens mon v?u.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Entendu. Une explication de vote m?a été demandée par M. Pascal JULIEN.

M. Pascal JULIEN. - Madame la Maire, qui présidez la séance, sachez d?abord qu'il n'y a pas de petits v?ux. Vous avez dit : "Il reste trois petits v?ux." Ces v?ux ne sont pas plus petits que les sept précédents qui portaient sur la sécurité. Ce n?est parce qu?ils ont trait à la végétalisation?

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Allons, allons ! Ce n?était pas un jugement ! Je vous écoute !

M. Pascal JULIEN. - Oui, mais les mots ont un sens et sont parfois symptomatiques au plan politique. Sur le fond, le v?u de Yann WEHRLING pose d'excellentes questions et, notamment, nous retenons absolument tous ses considérants, sauf que ce que vous demandez est déjà pratiqué. Comme adjoint aux espaces verts dans le 18e arrondissement, je peux vous dire que, sur les murs végétalisés que j'ai voulu faire, il y a une analyse de la DEVE chaque fois et on regarde si le bilan écologique est positif ou pas en termes d?arrosage, etc. Il y a tout un tas de considérations à prendre. Donc, vous posez de bonnes questions, mais le problème est que cela existe déjà ! J?ajoute que Fabienne GIBOUDEAUX avait déjà engagé une étude et justement des critères pour permettre, au cas par cas, d'éclairer la DEVE. Je vais même vous dire que la DEVE est un peu restrictive. Il faut être très volontaire en matière de murs végétalisés. Nous nous abstiendrons sur ce v?u.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci pour cette explication de vote. Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 76 du groupe UDI-MODEM, avec un avis défavorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le v?u est rejeté.