Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Socialiste et Apparentés relatif au 357-359, rue des Pyrénées (20e). Vœu déposé par les groupes Communiste - Front de Gauche et Ecologiste de Paris relatif au 357-359, rue des Pyrénées (20e). Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2014


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous passons à l?examen de v?ux non rattachés : les v?ux nos 98, 99 et 99 bis sont relatifs au 357-359, rue des Pyrénées. La parole est à Mme Frédérique CALANDRA, puis à M. Nicolas BONNET-OULALDJ, chacun pour 2 minutes.

Mme Frédérique CALANDRA, maire du 20e arrondissement. - Mes chers collègues, l?incendie qui s?est produit dans l?immeuble du 357-359, rue des Pyrénées le 25 septembre dernier, et qui a détruit quatre appartements, est le triste reflet d?un fait encore trop répandu à Paris, malgré les efforts produits par la Municipalité depuis 2001, et singulièrement dans le 20e : l?insalubrité des logements dans un certain parc privé. A l?origine conçu comme un foyer d?hébergement de La Poste, cet immeuble composé de 138 studios, compte aujourd?hui de nombreux cas de sur-occupation : certaines familles y vivent en effet à 6 dans moins de 20 mètres carrés. De surcroît, l?extrême précarité de certains ménages a conduit la mairie du 20e à intervenir à plusieurs reprises, soit par solution de relogement pérenne, soit par le biais de l?hébergement d?urgence. Mais en l?espèce, ces interventions sont un puits sans fond, puisque les studios libérés sont immédiatement reloués par le propriétaire qui se comporte en marchand de sommeil. En 2010 déjà, la situation de cet immeuble était connue de nos services techniques, puisqu?à l?occasion d?une déclaration d?intention d?aliéner, la Ville avait engagé une procédure de préemption. Cette procédure n?a toutefois pas pu aboutir en raison d?un désaccord sur le prix ; le propriétaire proposant évidemment un prix extrêmement élevé. Qu?il s?agisse de la construction de logements neufs ou de la réhabilitation du parc dégradé, nous avons fait du logement l?une de nos priorités. Aussi, compte tenu des circonstances présentes, nous devons engager sans attendre les mesures nécessaires pour enrayer le mal logement qui singularise cette adresse. Nous devons donc d?abord profiter de la modification du P.L.U. récemment engagée pour y inscrire une réserve pour logement social. Cet immeuble doit retrouver sa vocation initiale, à savoir offrir du logement social spécifique à destination de personnes seules ou en couple, mais cette fois-ci dans des conditions dignes. Deuxièmement, et il s?agit là d?un acte fort, j?en ai conscience. Si les conditions sont bien sûr réunies, nous devons engager une procédure de déclaration d?utilité publique pour acquérir, par voie d?expropriation, l?immeuble en question en vue de son conventionnement. Il s?agit, selon moi, de la mesure la plus concrète et la plus adaptée à ce cas scandaleux. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. La parole est à Mme Raphaëlle PRIMET.

Mme Raphaëlle PRIMET. - Nous avons fusionné le v?u, nous avons le même v?u et je n?ai rien à rajouter à ce qu?a dit Frédérique CALANDRA. Nous avions déjà fait un v?u en 2011, je crois. Sinon, nous portons exactement les mêmes attentions au 357, rue des Pyrénées.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. La parole est à M. Ian BROSSAT pour répondre à la grande fusion.

M. Ian BROSSAT, adjoint. - Merci à Frédérique CALANDRA et à Raphaëlle PRIMET d?attirer notre attention sur la situation du 357, rue des Pyrénées. C?est un dossier, je le sais, qui est suivi de longue date par la mairie du 20e arrondissement, par Frédérique CALANDRA, par Hélène VICQ qui est adjointe à la maire du 20e arrondissement en charge de l?urbanisme. L?immeuble compte 128 studios qui sont occupés par de nombreuses familles en très grande précarité. Il y a urgence à apporter des solutions très concrètes aux habitants de cet ensemble qui, pour un certain nombre d?entre eux, vivent dans des conditions de sur-occupation et dans des locaux insalubres, situation qui a été renforcée tout récemment par un incendie. C?est un sujet sur lequel, je le sais, les élus du 20e sont en pointe, puisque c'est d'ailleurs à leur initiative que ce v?u a été débattu en Conseil d'arrondissement. Nous sommes donc mobilisés sur cette adresse, avec les services, avec la mairie du 20e arrondissement, avec les associations que j'ai reçues et qui s'intéressent à ce sujet. Mon cabinet a, depuis, pris contact avec les représentants des propriétaires de l'immeuble. Notre souhait, évidemment, est que les négociations puissent reprendre rapidement et que la Ville puisse reprendre cet immeuble, qu'un bailleur social puisse reprendre cet immeuble et qu'enfin, les familles qui vivent au 357, rue des Pyrénées puissent vivre de manière digne, ce qui n'est malheureusement pas le cas aujourd'hui. C'est le sens du v?u de l?Exécutif que nous présentons.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. Le v?u n° 98 du groupe Socialiste est-il maintenu ?

Mme Frédérique CALANDRA, maire du 20e arrondissement. - Nous acceptons celui de l?Exécutif.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Les v?ux nos 98 et 99 sont donc retirés. Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 99 bis de l'Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le v?u est adopté. (2014, V. 251).