Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

III - Question d'actualité posée par le groupe UMP à Mme la Maire de Paris relative aux transports à Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2014


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Autre question, troisième question d'actualité, le groupe UMP. Madame KUSTER ?

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. - Merci, Madame la Maire. Nous allons rester dans les transports. En octobre dernier, le Premier Ministre, M. Manuel VALLS, a annoncé à la satisfaction générale une accélération de la réalisation des transports du Grand Paris, mais à peine le micro éteint, il subissait un démenti cinglant de la part de la R.A.T.P., qui indiquait que la mise en service du prolongement nord de la ligne 14 ne pourrait pas intervenir avant mi-2019, soit deux ans de retard sur la date prévue. Or, comme vous le savez, la ligne 14 prolongée est la colonne vertébrale du projet de transports du Grand Paris. Elle doit non seulement permettre la désaturation tant attendue de la ligne 13, mais également desservir le 81e quartier de Paris avec ses 3.500 logements, ses 140.000 mètres carrés de bureaux et des équipements majeurs, tels que le futur siège de la police judiciaire et le Tribunal de grande instance dont la livraison est confirmée pour 2017. Par ailleurs, dois-je vous rappeler votre engagement pour que ce quartier de Clichy-Batignolles bénéficie du label national EcoQuartier, tel que vous l?avez confirmé hier ? Sans une desserte efficace en transports collectifs, comment comptez-vous l?obtenir ? Mais ce qui nous inquiète principalement aujourd?hui n?est pas d?obtenir un label, mais bien de respecter les engagements de chacun. C?est pourquoi nous avons lancé dans le 17e une pétition pour demander le respect du calendrier initial de mise en service de la ligne 14 en 2017. En effet, il existe une possibilité de respecter le calendrier dans Paris intra-muros puisque, permettez-moi de le préciser, les retards sont dus à la déviation des réseaux pour la station Clichy-la-Garenne et aux expropriations pour la station Mairie de Saint-Ouen. Je propose donc la mise en service partielle de Saint-Lazare jusqu?à la porte de Clichy. C?est donc une proposition de tronçon et de phasage. Sachant que la Ville de Paris finance 30 % des contributions publiques au budget du S.T.I.F., vous avez une véritable responsabilité en matière de suivi et de contrôle des investissements de cet organisme. Or, votre réaction a pour le moins été timide, et tardive d?ailleurs, puisque c?est seulement quatre jours après l?annonce du retard du prolongement de cette ligne 14 pour 2019, avec un communiqué publié à 22 heures, que nous avons eu droit à votre réaction. Madame la Maire, les Parisiens attendent de votre part que vous fassiez respecter les engagements publics que, pour ma part, j?ai relayés avec force tant auprès du S.T.I.F. que de la R.A.T.P. dès que j?en ai eu connaissance. Aussi, avec les élus de mon groupe, je souhaite savoir : êtes-vous, Madame la Maire, à nos côtés pour nous soutenir dans la demande d?un phasage de la ligne 14 ? Il s?agit du quotidien de dizaines de milliers de Parisiens?

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Il va falloir conclure, Madame.

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. - ? et du respect de la parole publique. Je vous remercie.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - La parole est à M. Christophe NAJDOVSKI pour vous répondre.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Madame la Maire. La question Mme KUSTER et du groupe UMP portait sur les transports à Paris. En 3 minutes, j?étais bien en peine de répondre à votre question, mais je me doutais que cette question ne porterait pas sur les transports à Paris mais en particulier sur la ligne 14. Comme vous le savez, effectivement, la R.A.T.P. a annoncé, le 23 octobre dernier, le report du prolongement de la ligne 14 à Mairie de Saint-Ouen avec une mise en service au 2e semestre 2019 au lieu de fin 2017. L?impact de ce retard est considérable, il est inacceptable tant pour les Parisiens que pour les habitants de la banlieue qui sont des utilisateurs pénalisés au quotidien par l?engorgement de la ligne 13 depuis de trop nombreuses années, ou bien pour les habitants et salariés des quartiers en développement de la Z.A.C. "Paris-Batignolles". Ce sujet a été longuement débattu le 6 novembre, lors de l?audition du président de la R.A.T.P. au conseil du S.T.I.F., et nous y étions présents tous les deux, Madame KUSTER, vous et moi, ainsi que d?autres élus parisiens. Des explications ont été données, par le président de la R.A.T.P. notamment, quant aux difficultés juridiques et techniques pour réaliser la station de Mairie de Saint-Ouen. Pour autant, nous ne nous satisfaisons pas de ces explications qui n?ouvrent aucune piste concrète pour approcher ce nouvel horizon de mise en service et nous exigeons de la R.A.T.P. et du S.T.I.F. les plus grands efforts pour réduire ce report désastreux pour tout le nord de l?agglomération. Ainsi, des incitations plus fortes peuvent être certainement données par la R.A.T.P. aux entreprises pour accélérer les travaux. Il est peut-être possible d?accélérer également les essais avant la mise en service. L?exécutif parisien a également été extrêmement mécontent de l?annonce ainsi tardive de ce retard par la R.A.T.P., alors que celle-ci avait nécessairement identifié les difficultés qui l?ont conduit à annoncer le report de la mise en service. Nous exigeons donc que désormais la R.A.T.P. informe très régulièrement tous les élus concernés par ce projet des évolutions de calendrier et des conditions de réalisation du chantier. Enfin, je souhaite que des solutions sur les transports de surface soient étudiées très rapidement par la R.A.T.P. et le S.T.I.F., avec le concours des services de la Ville pour ce qui relève des aménagements de voirie envisageables sur l?avenue de Clichy ou l?avenue de Saint-Ouen, par exemple. Nous pouvons agir en obtenant du S.T.I.F. et de la R.A.T.P. un renfort des fréquences de lignes de bus qui desservent les quartiers concernés et rien n?est plus légitime dans le contexte actuel. Je souhaite aussi que l?on envisage des prolongements des lignes qui relient Paris à la banlieue, voire que l?on crée une nouvelle ligne qui relie Paris et la banlieue dans ce secteur. En revanche, il n?est plus possible malheureusement, à ce stade d?avancement du projet - je dis bien à ce stade d?avancement du projet -, et cela a été confirmé lors du Conseil du S.T.I.F. du 6 novembre, de remanier le projet en faisant un phasage à la porte de Clichy, solution qui selon vous exonérerait la R.A.T.P. des obstacles rencontrés sur le territoire de Saint-Ouen. Nous étions présents lorsque Pierre MONGIN, président de la R.A.T.P., nous a expliqué notamment que le tunnelier ne pourrait entrer que par le territoire de Saint-Ouen et non par le territoire de Paris, sinon il faudrait éventrer le secteur de la gare Saint-Lazare pour faire entrer ce tunnelier et progresser vers le nord pour obtenir et pouvoir espérer ce phasage. Malheureusement, techniquement, ce n?est pas possible. Le temps nécessaire au bouleversement de la planification du chantier et des marchés de travaux que ce phasage nécessiterait, avec la création d?un nouveau terminus à l?arrière gare et les contraintes majeures liées au tunnelier, feraient perdre tous les bénéfices théoriques que vous espérez, que nous pouvons d?ailleurs espérer. D?autre part, la Ville de Paris n?entend pas se désolidariser des habitants de la banlieue, qui sont les plus pénalisés par les difficultés de la ligne 13, en réclamant un tel phasage qui, de fait, laisserait entendre que l?on pourrait laisser dériver le calendrier de réalisation en banlieue et pas à Paris. Aussi, est-ce la raison pour laquelle - nous aurons l?occasion de revenir au sujet du v?u que nous aurons l?occasion de débattre à ce Conseil - nous proposons un v?u de l?Exécutif qui viendra répondre au v?u que vous avez déposé à ce Conseil. Voilà les éléments que je pouvais vous donner à ce stade.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci, Monsieur le Maire. Une reprise de parole ? Je vous en prie, Madame.

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. - Monsieur NAJDOVSKI, vous avez parlé d?un rappel inacceptable, c?est le moins que l?on puisse dire, je regrette encore une fois que vous ayez mis quatre jours pour réagir. Là, vous nous dites que c?est impossible. Si je vous avais écouté au moment de la station Cardinet, c?était également impossible. Si j?avais également écouté la R.A.T.P. à ce moment-là, c?était également impossible. Alors si on ne relève pas les manches ensemble, si on ne regarde pas comment on peut améliorer la situation, je vous prie de relire le PV du S.T.I.F., il n?est pas question, dans les propos de M. MONGIN, d?un refus catégorique. Il explique que c?est difficile et compliqué, je l?entends. Je suis réaliste et pragmatique. Seulement, je ne peux me satisfaire que nous ayons été mis, vous et nous, devant le fait accompli. Nous devons donc continuer à regarder avec la R.A.T.P. et toutes les instances concernées comment on peut gagner un mois par-ci, un mois par-là, et comment demander ces études ou non de faisabilité, car il ne s?agit pas de quelques propos tenus en l?air comme quoi ce n?est pas possible. Comment expliquez-vous que l?on découvre seulement maintenant un problème de réseau de la C.P.C.U. à la gare Clichy-la-Garenne ? Quand je veux faire un pied d?arbre, cela me prend trois mois d?analyses et d?études. Comment n?a-t-on pas vu qu?il y avait une canalisation de la C.P.C.U. ? Nous devons nous battre tous ensemble pour faire en sorte que la désaturation de la ligne 13 aboutisse au plus vite avec ce prolongement de la ligne 14.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci, Madame?

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. - ? et je vous demande très sincèrement dès maintenant de ne pas répéter obligatoirement les propos que j?ai dit dans le cadre du S.T.I.F., parce qu?évidemment qu?il y aura des mesures alternatives?

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci, Madame?

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. - ? avec les transports de surface, c?est a minima. Je vous demande vraiment que l?on soit ensemble dans le même combat pour répondre?

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Bien !

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. - Attendez, c?est un engagement public, Madame la Maire. C?est un engagement du Premier Ministre et j?aimerais que vous ne le preniez pas à la légère sur les bancs de cette Assemblée, car c?est quand même au niveau de la R.A.T.P. que cela n?a pas été respecté !

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Bien.