Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UMP relatif à la lutte contre le bruit.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2014


 

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Nous finissons cette séance par un ultime v?u non rattaché. Il s?agit du v?u référencé n° 98, déposé par le groupe UMP, relatif à la lutte contre le bruit. Madame Julie BLOCH, vous avez deux minutes.

Mme Gypsie BLOCH. - Il a dit Julie, mais c?est Gypsie, mon prénom. Gypsie BLOCH et Julie BOILLOT !

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Absolument : c?est exactement ce que ma pensée voulait dire.

Mme Gypsie BLOCH. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, le bruit est un enjeu de santé publique. Il l'est partout sur cette planète, mais surtout dans les aires urbaines et en particulier lorsqu?elles sont très denses. Paris est donc particulièrement concernée. Dans sa communication sur les orientations budgétaires, la Maire de Paris a annoncé la présentation d'un plan de prévention du bruit dans l'environnement pour 2015. Le P.P.B.E. est une obligation légale pour les collectivités et vise à prévenir le bruit des infrastructures de transports et des principales industries. Cependant, l'enjeu du bruit à Paris mérite d'aller plus loin, et c'est pour cette raison que nous avons déposé ce v?u, pour demander à la Maire de Paris que le P.P.B.E. qui sera présenté en 2015 soit complété par un plan de lutte contre le bruit à Paris qui inclura également les sources de bruits qui actuellement ne sont pas prises en compte par le P.P.B.E., que la Maire de Paris lance un appel à projets sur des techniques et technologies innovantes permettant de réduire le bruit dans la ville - on peut penser par exemple à la végétalisation ou à des revêtements spécifiques pour la chaussée - et déclare également la lutte contre le bruit comme une grande cause de la mandature donnant lieu ainsi à un débat public municipal en lien avec les mairies d'arrondissement. Je vous remercie.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Merci beaucoup. Pour vous répondre, la parole est à Mme Célia BLAUEL, pour deux minutes.

Mme Célia BLAUEL, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire. Je tiens d'abord à vous remercier pour votre v?u, qui me donne une occasion de rappeler toutes les actions que la Ville de Paris réalise sur le bruit. C'est vrai que je partage votre constat sur l'importance des nuisances sonores et de la gêne que celles-ci causent aux Parisiens, mais je dois dire que je ne partage pas les solutions préconisées par votre v?u. Effectivement, on distingue deux sources de bruit qui préoccupent principalement les Parisiens. Il y a d'une part la circulation routière et d'autre part les bruits liés au voisinage. Comme ces deux sources de bruit ont finalement des causes et des conséquences très distinctes, elles nécessitent la mise en ?uvre de politiques publiques très différentes, et c'est ce que nous faisons aujourd'hui. Les bruits dans l?environnement liés aux infrastructures routières et ferroviaires sont effectivement à l'origine d'effets sanitaires certains qui ont fait l'objet d'études scientifiques reconnues. Celles-ci montrent notamment que le bruit entraîne des troubles du sommeil, des troubles de l'apprentissage ou d'autres pathologies et feraient perdre ainsi 66.000 années de vie de bonne santé par an dans l?agglomération parisienne. C'est donc la lutte contre ces sources sonores que je considère comme prioritaire et sur lesquelles je concentre mon action pendant ce mandat. Avec les services de la Ville, nous travaillons à ce plan de prévention du bruit que vous citez, auquel seront associées de nouvelles cartes du bruit, et je les soumettrai au Conseil de Paris en mars prochain. Ce plan nous permettra de poursuivre et d'amplifier un certain nombre d'actions de lutte contre le bruit routier. Je pense notamment à l'installation de revêtements phonique sur le périphérique, la réduction de la vitesse sur les grands axes ou encore la multiplication des zones 30. À l'inverse des bruits dans l'environnement, les bruits de voisinage relèvent pour une bonne part de la Préfecture de police et concernent avant tout les rapports humains en société, pour lesquels les actions de médiation sont plus efficaces. Depuis 2003, la Ville de Paris a d?ailleurs signé avec la Préfecture de police une convention pour organiser la lutte contre les bruits de voisinage dans la capitale. Cette convention est toujours en vigueur et d?ailleurs, sur ce sujet spécifique, mon collègue Bruno JULLIARD poursuit lui aussi le travail engagé sous la précédente mandature sur les états généraux de la nuit et un nouveau conseil de la nuit, permettant une concertation et une structuration de l'ensemble des acteurs de la vie nocturne, va être créé très prochainement. Pour toutes ces raisons, vous comprendrez donc ma réticence à regrouper toutes les actions dans un même plan, même si le bruit est une préoccupation importante pour les Parisiens. Pour toutes ces raisons, je vous propose de retirer votre v?u, sinon je devrais lui donner un avis défavorable. Je serai simplement tempérée en disant que votre proposition d?appel à projets innovants m'intéresse, que je vais en étudier la faisabilité, que je reviendrai vers vous et qu?on en discutera.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Je vous remercie. Madame BLOCH, souhaitez-vous maintenir votre v?u ?

Mme Gypsie BLOCH. - Oui.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Je le mets aux voix avec un avis défavorable de l'Exécutif. Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe UMP, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? La proposition de v?u est repoussée. Je vous remercie. Nous finissons pour ce soir. La séance reprendra demain matin à 9 heures avec la 3e Commission et les dossiers rapportés par Mme Colombe BROSSEL. Bonne soirée à tous.