Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2014 DDEEES 1122 G - Avenant à la convention constitutive du GIP Maison de l’Emploi de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2014


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le projet de délibération DDEEES 1122 G est un avenant à la convention constitutive du GIP Maison de l?emploi de Paris. Danièle PREMEL.

Mme Danièle PREMEL. - La convention de la Maison de l'emploi de Paris venant à échéance le 31 octobre 2014, un nouvel avenant était nécessaire pour permettre à la Maison de l'emploi de Paris de continuer à assurer ses missions et d'éviter son arrêt brutal, dû à une date conventionnelle sans décision de fond et politique, et ainsi de permettre d'anticiper et de mener une réflexion sur son évolution stratégique. Le vote de l'avenant n'étant pas un enjeu, nous voulons en profiter pour rappeler qu?au-delà des actions 2013, c'est sur ses fondamentaux que la Maison de l'emploi doit s'engager dans notre réflexion. Notons en premier lieu que cette institution qui intervient sur le champ de l'insertion et de l'emploi, n'a pas vocation à assurer un accompagnement individualisé. C'est là que devrait être toute sa spécificité et son apport. Actuellement, les trois enjeux qui ont défini les actions de base de la Maison de l'emploi? Elle a été mise en place dans l'année 2013 et elle nous paraît devoir être confortée. La Maison de l'emploi a acquis au fil des années une expertise et est une référence reconnue sur les clauses d'insertion comme outils importants dans la construction d'un parcours, en étape vers l'accès à l'emploi durable pour les personnes les plus écartées de l'emploi. Cette action devrait s'inscrire dans une approche globale et intégrée sur l'ensemble du territoire parisien. Dans le cadre de sa participation à l'anticipation des mutations économiques, secteur service à la personne, la M.E.P. a prouvé sa compétence pour animer une plate-forme ressources humaines auprès des très petites entreprises et des professionnels sur le champ de cette intervention. La plate-forme de coordination emploi-logement, qui vise à l'accès au logement pérenne par l'emploi durable de ménages hébergés en hôtel et en centre d'accueil de demandeurs d'asile, répond à des besoins de plus en plus importants d'une partie de la population et doit être fortement renforcée. Sur la base de ces acquis et de ce capital d'expertise, il faudrait permettre à la Maison de l'emploi de Paris de développer une fonction d'observation pour une stratégie et un plan d'actions partagées et coordonnées en anticipant les mutations économiques, de favoriser, de contribuer au développement local. Sur d'autres champs que le service à la personne, la M.E.P. pourrait être amenée à conduire un travail d'anticipation destiné, d'une part à détecter le plus tôt possible les grands projets d'aménagement du territoire et d'implantation d'entreprises, d'autre part à cerner très vite les besoins en compétences des entreprises et du territoire. Par notre intervention nous voulions souligner que la Maison de l'emploi de Paris a toute sa place sur un champ d'intervention où elle est la seule à prendre en compte l'ensemble du territoire parisien. C'est pour cela qu'il nous faut, et cela nous paraît important, soutenir une réflexion prospective sur son développement. Bien entendu, nous voterons ce projet de délibération qui ouvre la réflexion et le débat. Merci.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. Pauline VÉRON.

Mme Pauline VÉRON, adjointe. - Merci beaucoup, Danièle PREMEL, pour votre intervention et pour vos propositions. Je rappelle que par ce projet de délibération, il s'agit de prolonger d'un an la convention constitutive du GIP Maison de l'emploi, et ainsi lui permettre de continuer à fonctionner. Nous avons voté en juin dernier la subvention de la Ville à ce GIP à hauteur de 165.500 euros. Vous avez raison d'évoquer, à l'occasion de ce projet de délibération, les enjeux stratégiques qui sont devant nous et dont je discute beaucoup, particulièrement avec Léa FILOCHE, qui est la présidente de la Maison de l?emploi de Paris. La Maire de Paris, dans la feuille de route qu'elle m'a confiée, m'a fixé trois grands objectifs concernant la politique de l'emploi : une meilleure lisibilité, un décloisonnement et une territorialisation plus importante de cette politique sur le territoire parisien. Lisibilité de l'offre d'accompagnement pour les chercheurs d'emploi parce qu?on le voit, il y a de nombreux acteurs qui accompagnent les demandeurs d'emploi. Il faut, pour eux, que nous ayons un dispositif plus lisible pour qu?ils aillent voir l'interlocuteur qui corresponde le mieux à leur situation particulière. Décloisonnement entre le développement économique et l'emploi pour que chaque opportunité économique de notre ville bénéficie aux Parisiens, chaque fois qu'il y a du développement économique sur notre territoire, cela s'accompagne par plus d'emplois pour les Parisiens. Enfin, territorialisation de notre politique d'emploi car chacun peut y contribuer à son niveau - et je pense notamment aux mairies d'arrondissement, aux élus d'arrondissement, aux chefs d'entreprise, aux entrepreneurs dans les arrondissements. Il permet aussi - ce projet de délibération - de commencer à anticiper et à réfléchir sur l'évolution stratégique et statutaire du GIP, et sur les évolutions de la M.E.P. - vous l'avez évoqué - parmi lesquelles le renforcement de son rôle concernant les clauses sociales, d'éventuels rapprochements avec d'autres acteurs de l'emploi positionnés sur ce même secteur d'activité, la participation plus forte des entreprises au financement de la structure notamment. Je profite de cette intervention pour rappeler qu'Anne HIDALGO lancera ce jeudi matin prochain, avec Jean-Louis MISSIKA et moi-même, une grande initiative emploi, une première ici à l'Hôtel de Ville, qui réunira près de 100 acteurs du monde économique et de l'emploi. La Maire présentera 10 engagements en faveur du développement économique et de l'emploi, et proposera à tous, à tous ces acteurs-là, de s'engager dans une démarche pragmatique et concrète avec la Mairie sur ce qui doit être la priorité pour nous tous, la lutte contre le chômage. Vous le savez, chers collègues, la réflexion stratégique sur l'avenir de la Maison de l?emploi s?inscrit dans une réflexion globale. Elle doit naturellement se faire aussi avec l'Etat et la Région, qui sont les partenaires sur ces questions et qui sont des financeurs. Je partage un certain nombre de pistes que vous avez évoquées, notamment sur les clauses sociales dont, avec Antoinette GUHL, nous souhaitons poursuivre le développement. La Maison de l'emploi sera partie prenante de ce changement d'échelle, j'en suis certaine. Nous poursuivrons, bien entendu, les discussions tout au long de l'année 2015 avec les équipes de la M.E.P., sur toutes ces réflexions stratégiques que nous avons amenées. Je vous remercie pour votre intervention et de bien vouloir voter ce projet de délibération.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci beaucoup. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 1122 G. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2014, DDEEES 1122 G).