Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par l'Exécutif relatif à l’attribution du nom de Dora Bruder à une voie de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2014


 

M. Patrick KLUGMAN, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u référencé n° 91 A, déposé par l'Exécutif, relatif à l?attribution du nom de Dora Bruder à une voie de Paris. Je donne la parole à Mme Catherine VIEU-CHARIER, pour deux minutes.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Chers collègues, je vous propose de rendre hommage par ce v?u de l?Exécutif à Dora Bruder. Jeune parisienne, Dora Bruder a été déportée à l?âge de 15 ans, et partie de Drancy pour Auschwitz le 18 septembre 1942. Déportée parce qu?elle était juive, Dora Bruder n?est jamais revenue des camps de la mort. Paris poursuit - vous le savez - un travail de mémoire extrêmement important sur la Shoah, et il est important, à l?heure où nous allons commémorer le 70e anniversaire de l?ouverture des camps de la mort, de se souvenir de la figure de cette jeune fille, jeune victime symbole de la barbarie nazie. Cette initiative est également l?occasion de rendre hommage à l?écrivain Patrick MODIANO, récent prix Nobel de littérature et qui a contribué à faire de la vie de Dora un personnage qui est maintenant beaucoup plus connu. Je profite de ce v?u pour parler de l??uvre de Patrick MODIANO, et dire à quel point toute son ?uvre a été tournée justement sur la recherche de l?histoire la plus sombre de notre pays, et je voudrais aussi parler d?un livre, un livre pour enfants, "Catherine Certitude", qui est un ouvrage tout à fait délicieux, plein de poésie et qui est en direction des enfants, et qui parle de la difficulté d?être un enfant. Le v?u que propose l?Exécutif, donc, que le nom de Dora Bruder soit donné à un lieu du 18e arrondissement où elle a habité, où elle fut scolarisée, est extrêmement important pour nous, justement pour cette recherche de devoir de mémoire, et je remercie Eric LEJOINDRE, maire du 18e arrondissement, et bien évidemment, au plus haut niveau, la Maire de Paris, d?avoir impulsé ce v?u. Je vous demande, mes chers collègues, de voter favorablement.

M. Patrick KLUGMAN, adjoint, président. - Merci, Madame VIEU-CHARIER. Pour la présentation de ce v?u, qui fait honneur au travail de mémoire qui se fait à Paris, qui ravira les lecteurs de Patrick MODIANO, qui sont nombreux dans cet hémicycle, j?en suis sûr, nous avons deux inscriptions sur ce v?u. Mme Nathalie FANFANT, du groupe U.M.P., pour deux minutes. Voilà, je vous vois, vous avez la parole.

Mme Nathalie FANFANT. - Merci, Monsieur le Maire. Chers collègues, "Paris-soir", édition du 31 décembre 41 : "on recherche une jeune fille, Dora Bruder, 15 ans, 1,55 mètres, visage ovale, yeux gris-marron, manteau sport gris, pull-over bordeaux, jupe et chapeau bleu marine, chaussures sport marron. Adresser toutes indications à M. et Mme Bruder, 41 boulevard Ornano, Paris". Après avoir découvert cette annonce, Patrick MODIANO retrouvera le nom de Dora Bruder dans le Mémorial de la déportation des juifs de France. Il y découvre que Dora Bruder et son père Ernest ont fait partie d?un convoi parti du camp de Drancy le 18 septembre 42. La mère, Cécile Bruder, partira pour Auschwitz le 11 février 43. Aucun des trois n?est revenu. Vous savez sans doute ce que Philip ROTH écrivait dans "J?ai épousé un communiste" : "la politique est la grande génératrice et la littérature la grande particularisatrice". Le rôle de la littérature est de dépeindre une histoire particulière pour révéler le monde. Le rôle de l?art est de transfigurer le réel pour le donner à voir. Merci à Patrick MODIANO de nous avoir fait découvrir le récit de vie de Dora Bruder, et à notre Assemblée de permettre de nommer une voie de Paris Dora Bruder. Naturellement, nous voterons pour ce v?u. Comment pourrait-il en être autrement ? Pourquoi cette citation de Patrick MODIANO ne serait pas visible sur les murs de la future rue Dora Bruder ? "On avait imposé des étoiles jaunes à des enfants aux noms polonais, russes, roumains, et qui étaient si parisiens qu?ils se confondaient avec les façades des immeubles, des trottoirs, des infinies nuances de gris qui n?existaient qu?à Paris. Comme Dora Bruder, ils parlaient tous avec l?accent de Paris en employant des mots d?argot". Pour finir, Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, Pierre-Yves BOURNAZEL et l?ensemble des élus du groupe U.M.P. s?associent à moi pour que nous ayons une pensée pour ceux qui, ce matin, parce que juifs, ont été lâchement assassinés dans une synagogue de Jérusalem. Je vous remercie.

M. Patrick KLUGMAN, adjoint, président. - Je vous remercie, Madame FANFANT, notamment pour ce dernier hommage, et je donne la parole à Mme Fadila MÉHAL, pour le groupe UDI-MODEM, pour deux minutes également.

Mme Fadila MÉHAL. - Monsieur le Maire, chers collègues, au nom du groupe centriste UDI-MODEM, je voudrais adresser mes remerciements à l?Exécutif pour ce v?u, qui affirme ô combien il est important que la culture, et l?art en particulier, et la littérature, restent de puissants leviers, de puissants vecteurs pour interroger et pour transmettre, surtout lorsqu'il s'agit d'une période sombre de notre histoire. Le v?u dont nous parlons aujourd'hui évoque le souvenir de Dora Bruder, mais aussi l'impact de sa vie sur un écrivain qui en a fait son héroïne dans l?un de ses ouvrages. A ce double titre, nous soutiendrons ce v?u. Attribuer une voie de Paris à Dora Bruder, c?est faire acte de mémoire pour la jeune Parisienne de 15 ans qui habitait dans le 18e arrondissement et qui fut l?une des victimes anonymes de l'abomination nazie et qui, de Drancy, partit pour la mort pour Auschwitz. Cette vie tragique, éphémère - elle avait simplement 15 ans - prend une acuité particulière, alors que nous allons commémorer prochainement le 70ème anniversaire de la Libération des camps de concentration, camps de l'horreur qui jetèrent un voile noir sur l'Europe et qui furent une souillure indélébile pour notre civilisation. Ce parcours de vie, vous l?avez rappelé, le prix Nobel de littérature Patrick MODIANO en a fait en 1995 un livre, un beau livre, entêtant, mettant en lumière la triste période de l'Occupation et la situation dramatique des juifs de Paris pendant cette période. D'ailleurs, depuis ce livre, cette période est devenue pour l'auteur un thème central et récurrent de son ?uvre. Pour toutes ces raisons, pour redonner vie à Dora Bruder, pour honorer le talent de Patrick MODIANO, nous voterons des deux mains ce v?u de l'Exécutif.

M. Patrick KLUGMAN, adjoint, président. - Je vous remercie, Madame MÉHAL. Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de v?u est adopté. (2014, V. 298). Le nom de Dora Bruder restera donc vivant pour les Parisiens, puisque vous en avez décidé ainsi.