Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2014 SG 1100 - Communication - Rapport de la Chambre régionale des comptes sur le Théâtre de la Ville.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2014


 

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Nous passons maintenant à l'examen du projet SG 1100, qui est une communication, à l'issue de laquelle il n'y aura pas de vote, il s'agit du rapport de la Chambre régionale des comptes sur le Théâtre de la Ville. La parole est à Mme Fadila MÉHAL, pour 5 minutes maximum.

Mme Fadila MÉHAL. - Madame la Maire, chers collègues, le rapport de la Chambre régionale des comptes sur le Théâtre de la Ville, que beaucoup d'entre vous ont sans doute lu avec beaucoup d'attention, appelle de nombreuses remarques. D'abord, quelques chiffres sur ce théâtre : - une jauge de 13.000 places avec le théâtre des Abbesses qui en fait l?un des plus grands théâtres de Paris, - la deuxième subvention de la Ville, avant l'Orchestre de Paris du théâtre du Rond-point, - un conseil d'administration depuis 2002, qui est composé de 16 membres dont 12 membres de droit. Sur ce rapport, je ne peux revenir sur tous les points évoqués, puisque je n'ai que 5 minutes, faute de temps, mais je voudrais simplement relever quelques points saillants. D'abord, une bonne nouvelle : le rapport félicite le théâtre pour la qualité des spectacles présentés qui contribuent depuis plusieurs décennies au rayonnement culturel de la Ville de Paris. Ainsi, en 2010, - c'est l'objet de ce rapport - c'est près de 250.000 spectateurs, bien au-delà d'ailleurs de ce qu'enregistrent les théâtres de Chaillot ou même du Rond-point. La richesse de l'offre culturelle, la fidélisation du public sont relevées dans ce rapport comme des atouts, tout comme l'équilibre financier qui a été, dans l'ensemble, respecté. Mais ce rapport, c'est aussi près de 50 pages qui dressent, malheureusement, un bilan contrasté sur la gouvernance. On revient toujours sur ce point au sujet des organismes culturels : la notion de gouvernance. Je vais y revenir rapidement et je m'étonne, d'ailleurs, qu'aux réponses demandées par la Chambre régionale des comptes, la réponse de la Mairie se résume en une page avec une phrase en particulier, je la cite : "Un processus de précision des statuts et de rédaction d'une convention d'objectifs plus étayée permettra de relever les imprécisions que vous mentionnez." Je ferme la parenthèse. Madame le Maire, je m'étonne, bien sûr - je l'ai dit en Commission -, de cette réponse lapidaire, même si, en Commission toujours, M. JULLIARD a précisé que la signature d'une future convention d'objectifs et de moyens lèvera beaucoup d'interrogations mentionnées dans ce rapport. Madame la Maire, pouvons-nous avoir une idée du calendrier prévu pour la rédaction de cette convention qui permettra de répondre aux insuffisances de gouvernance signalées par ce rapport ? Par ailleurs, il signale, je le redis, des faiblesses constatées - je cite pêle-mêle - un dispositif statuaire et conventionnel lacunaire, alors que la Municipalité a fait le choix d?une délégation de service public, la clarification des rôles des différentes instances, par le fait aussi que le C.A. et l'assemblée générale n?ont que des rôles secondaires, du fait d'ailleurs de l'omniprésence, avec des atouts, bien sûrs, mais aussi des faiblesses de la place du directeur, et, bien sûr, la nécessité de mettre en place des outils de suivi pour améliorer la culture de l'institution en matière d?évaluation et de performance. Enfin, je termine, Madame la Maire. Rassurez-nous ! La convention à signer prendra-t-elle bien en compte toutes ces faiblesses constatées ? Je vous remercie.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Madame MÉHAL. Pour vous rassurer et vous répondre, la parole est à M. Bruno JULLIARD.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Merci, Madame la Maire. Merci, Madame MÉHAL, de votre intervention, ce qui me permet d'ailleurs de rappeler à la fois la qualité du travail qui est réalisé par toutes les équipes du Théâtre de la Ville, et je veux ici les en remercier, notamment son directeur Emmanuel DEMARCY-MOTA et également rappeler à quel point le rapport provisoire et confidentiel de la Chambre, qui avait fuité dans "Le Figaro", le 25 septembre 2013, était très loin de la réalité. Malheureusement, la fuite avait bénéficié de quatre ou cinq colonnes dans "Le Figaro" et le rapport définitif, lui, n?a pas vu une ligne dans ce même journal, alors même qu?il y a un monde entre les deux rapports. C?est tout à fait regrettable mais, enfin, on peut également et malheureusement le comprendre. Je ne serai pas très long sur les nombreux points positifs qui ont été relevés par la Chambre, notamment un sujet absolument essentiel, à savoir la politique des publics. Elle est jugée très efficace, à la fois par la fréquentation qui est très importante et même exceptionnelle, en nette augmentation, mais aussi la diversité générationnelle et sociale du public qui fréquente le Théâtre de la Ville. C?est évidemment pour nous une boussole absolument essentielle. Je pense également à la qualité de la programmation. Le Théâtre de la Ville est un des établissements publics culturels majeurs à Paris et figure parmi les grandes institutions culturelles municipales ou étatiques. La qualité, l?exigence culturelle de la programmation est tout à fait excellente. J?ai noté également les efforts de gestion du théâtre depuis l?arrivée de son directeur actuel, l?amélioration de l?autofinancement qui est passé de 23 % à 33 % en deux ans, la gouvernance améliorée avec un rééquilibrage entre les élus de la Ville et les personnalités qualifiées, la Ville étant dorénavant minoritaire. Je passe sur d?autres sujets. Il y a quelques points de divergence entre la C.R.C. et la Ville de Paris. Je pense notamment à la question du statut juridique. On a eu l?occasion d?avoir un débat tout à fait intéressant en 2e Commission sur ce point.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci de faire un peu de silence, s?il vous plaît !

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Je pense enfin à la question des objectifs généraux de programmation artistique. Autant je suis d?accord, et je reprends cette demande, de mettre en place un document retraçant les missions et objectifs confiés au théâtre, autant en ce qui concerne la programmation artistique en elle-même, évidemment nous laissons une liberté totale à la direction du théâtre, et loin de nous l?idée - on y reviendra dans quelques instants sur un autre v?u - de donner quelconques ordres à un directeur artistique. Concernant cette convention d?objectifs, je vous propose que nous puissions y travailler au début de l?année 2015, même s?il y aura une particularité en raison de la fermeture prochaine du théâtre pour des travaux. Cette convention d?objectifs sera donc forcément limitée en raison de cette particularité due aux travaux du Châtelet. Cela dit, nous pourrons également en débattre en 2e Commission. Concernant le renforcement du rôle du Conseil d?administration, si j?y suis également favorable, des efforts ont d?ores et déjà été faits, nous les poursuivrons. D?ailleurs, nous en ferons mention dans la convention qui nous liera à l?association gestionnaire du Théâtre de la Ville. Dernier élément, concernant les statuts de l?association, la raison pour laquelle la Ville ne peut pas aller beaucoup plus loin dans sa réponse à la Chambre, c?est que l?association est indépendante et ce n?est pas la Ville elle-même qui rédige les statuts d?une association par nature indépendante : c?est bien l?association elle-même, et des représentants de la Ville contribueront à la rédaction de ces nouveaux statuts ; ce n?est donc pas à la Ville de définir les statuts d?une association indépendante. Cela explique le caractère succinct, sur ce point en tout cas, de la réponse de la Ville. Encore une fois, je salue - et j?espère avec moi bon nombre des collègues ici dans cette Assemblée - la qualité du travail réalisé par toutes les équipes du Théâtre de la Ville.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci beaucoup, Monsieur le Maire, pour ces explications et ces éclairages sur cette communication.