Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2014 DDEEES 1201 - Subvention (70.000 euros) et convention avec l'association "Animafac".

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2014


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DDEEES 1201 relatif à l'attribution d'une subvention et d'une convention à l'association "Animafac". Cela me rappelle de vieux souvenirs? La parole est à M. Nicolas NORDMAN.

M. Nicolas NORDMAN. - Ayant le redoutable privilège d'être le dernier inscrit de cette séance, je n'utiliserai sans doute pas l'ensemble de mon temps de parole. Néanmoins, je souhaitais souligner l'importance de ce projet de délibération. Avec ses 335.000 étudiants inscrits dans les établissements parisiens d'enseignement supérieur, soit un étudiant pour sept habitants, Paris s'impose comme une ville universitaire parmi les plus attractives. Cette forte présence étudiante est un atout pour Paris. C'est aussi une responsabilité et la Ville, depuis 2001, assume sans relâche son choix d'une action d'envergure en faveur et auprès des étudiants parisiens. À titre d'exemple, avant de revenir plus spécifiquement sur ce projet de délibération, il est bon de rappeler que l'objectif de la mandature est de créer 6.000 nouveaux logements étudiants. Nous répondons ainsi à une demande en constante augmentation, en lien notamment avec l'objectif national d'amener 50 % d'une classe d?âge au niveau licence. Mais la Ville, évidemment, n'est pas la seule, et il faut soutenir un certain nombre d'acteurs du monde étudiant. C'est l'objet de ce projet de délibération, qui est de soutenir l'action d'une association, "Animafac", qui a commencé son action en 1995. Plus qu'une association, c?est un réseau national d'associations étudiantes, un réseau qui mène une action diversifiée, notamment promouvoir l'engagement associatif, animer le monde associatif, renforcer les capacités d'action des associations par la formation, accompagner les associations dans leur insertion professionnelle. Pour mettre en ?uvre ces champs d'action, vous proposez, Madame la Maire, d'aider "Animafac" à hauteur de 70.000 euros et donc, je voulais au nom des mon groupe saluer ce soutien et à travers elle, le soutien à l'ensemble des associations étudiantes et à leurs membres, qui jouent un rôle fondamental pour le monde universitaire.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Applaudissements nourris sur les bancs du groupe socialiste. Madame LEMARDELEY, pour vous répondre.

Mme Marie-Christine LEMARDELEY, adjointe. - Nicolas NORDMAN, vous avez pratiquement tout dit. "Animafac", en effet, va fêter ses 20 ans d'existence en 2015. "Animafac" accompagne les étudiants. Il y a en gros quatre champs d'action : promouvoir l'engagement associatif, et je signale que notamment, 100 volontaires du service civique parisien ont été recrutés grâce à "Animafac", ce qui n'est pas rien. Deuxièmement, animer le monde associatif étudiant parisien pour organiser des débats intellectuels au sein du milieu étudiant parisien qui est nombreux, mais parfois un peu dispersé. Donc, c'est un lieu de rassemblement. Troisièmement : renforcer les capacités d'action. Je souligne en particulier les sessions de formation et, notamment, depuis 2014, une formation en ligne ouverte à tous portant par exemple sur la création et le développement d'une association étudiante. Et, comme je le dis souvent, la réussite d'un étudiant est corrélée à son engagement dans des associations. Et enfin, accompagner les associatifs étudiants dans leur insertion professionnelle. Par exemple, en novembre 2013, "Animafac" a ouvert un incubateur de projets associatifs au 23, rue Dagorno, dans le 12e arrondissement. Mais au-delà de la simple mise à disposition de locaux, "Animafac" propose un accompagnement aux associations dans leur structuration et leur montage de projets et, notamment, aide les étudiants engagés dans des associations, à valoriser les compétences qu'ils ont acquises. C'est aussi un gage d'insertion professionnelle majeur. Dans un contexte où la méfiance des jeunes et des étudiants envers nos institutions grandit, comme en témoigne la dernière enquête Génération quoi ?, après Génération Y, mais où, dans le même temps, le besoin de solidarité et leur volonté d'engagement restent très forts, la Ville de Paris se doit d'encourager les étudiants à participer de façon volontaire et active à notre vie collective, en favorisant les passerelles entre le monde étudiant et le reste de la société. Nous sommes convaincus que l'engagement associatif répond à ces enjeux, en renforçant par exemple l'esprit démocratique des jeunes, l'exercice de la citoyenneté, ou encore l'échange et la solidarité. Nous souhaitons promouvoir l'engagement de nos étudiants. Cela passe par le soutien de ces structures associatives, comme "Animafac". Je vous demande de bien vouloir adopter ce projet de délibération d?une subvention de 70.000 euros. Merci.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 1201. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2014, DDEEES 1201).