Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif à un plan de lutte contre le tabagisme passif.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2014


 

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u référencé n° 121 G, déposé par le groupe UDI - MODEM, relatif à un plan de lutte contre le tabagisme passif. La parole est à M. Eric HÉLARD.

M. Eric HÉLARD. - Merci, Monsieur le Maire. Le tabagisme passif est un fléau de santé publique reconnu par les autorités scientifiques et médicales. Les effets toxiques chez les personnes exposées malgré elles à la fumée de tabac, et notamment les enfants, sont avérés. Une étude publiée récemment a révélé la présence de cotinine deux fois supérieure sur les cheveux des enfants de non-fumeurs parisiens comparés aux enfants non-fumeurs de l?Ile d?Yeu. Cela renforce notre inquiétude. Nous pensons qu'il faut agir vite et fort et tendre vers l'interdiction de fumer dans de vastes espaces publics. Une expérience est en cours au parc Montsouris, mais c'est trop peu. Nous souhaitons donc que soit mis en place un groupe de travail associant les élus du Conseil de Paris, les mairies d'arrondissement, les responsables de la petite enfance, éventuellement la médecine scolaire, des experts, afin d'élaborer un plan d'envergure. Je vous remercie.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, Monsieur HÉLARD. Pour vous répondre, la parole est à M. Bernard JOMIER.

M. Bernard JOMIER, adjoint. - Chers collègues, là encore, préoccupation que tous les élus partagent sur ces bancs. Le tabagisme passif est un problème de santé publique tout à fait important. Reste à déterminer quelles sont les meilleures mesures à prendre pour ne pas exposer, notamment les enfants, mais les adultes aussi au tabagisme passif. J'appelle juste à la prudence quant à l'interprétation d'une étude effectuée par un organe de presse. Oui, les enfants parisiens semblent être plus exposés que les enfants de l?Ile d?Yeu. Est-ce que c'est dans l?espace public ou dans des espaces clos ? Jusqu'à aujourd'hui, il y a plutôt un consensus de la communauté médicale pour dire que le tabagisme passif se déroule essentiellement dans les espaces clos, et pas dans les espaces ouverts. Maintenant, il ne faut préjuger de rien. J'accueille tout à fait favorablement votre idée que nous travaillions ensemble dans un groupe de travail sur cette question. Pour ne pas préjuger les résultats, pour être tout à fait rigoureux, j'ai proposé un certain nombre de modifications à ce v?u que je ne vais peut-être pas lire en séance parce que ce serait un peu trop long sans doute, mais ces modifications ont pour objet de ne pas préjuger, comme je le disais, la place de tel ou tel lieu dans l'exposition au tabagisme passif et donc, si vous acceptez cette logique, c'est bien volontiers que je donnerai un avis favorable à l'adoption de votre v?u.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Amendements acceptés, Monsieur HÉLARD ? Oui. Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe UDI - MODEM, amendée par l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? La proposition de v?u est adoptée à l'unanimité. (2014, V. 32 G).