Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2014 DJS 33 - Subvention (12.000 euros) et convention avec le Comité des Offices du Mouvement Sportif.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2014


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Sans transition aucune, nous allons examiner le projet de délibération DJS 33 : subvention et convention avec le Comité des Offices du Mouvement Sportif. La parole est à M. TINTI, pour 5 minutes maximum.

M. Sergio TINTI. - Merci, Madame la Maire. Ce projet de délibération concernant le C.O.M.S. (le Comité des Offices du Mouvement Sportif) nous donne l'occasion de regarder ces institutions dans leur évolution pour en comprendre le fonctionnement et donc leur utilité. C'est sous le Front populaire, dans un programme rédigé par Jean Guimier, au nom de la C.G.T., qu'est proposée pour la première fois la création des Offices des sports. Objectif : démocratiser le sport en France en réunissant toute personne bénévole susceptible d'unifier et d'organiser la pratique de l'éducation physique et sportive dans leur commune. Toujours sous l'impulsion de Jean Guimier, à la Libération, ces propositions sont dans le programme du C.N.R. dans une note intitulée "La croisade pour le sport". Dans la circulaire du 22 décembre 1944 du Gouvernement provisoire, les municipalités sont invitées à se doter d'offices municipaux des sports qui devaient - je cite - "réunir toute personne bénévole susceptible d?exercer une action tendant à moraliser, à intensifier, à unifier et à organiser la pratique de l'éducation physique et sportive". C'est une démarche territoriale autour d'un projet commun, dans un souci de cohérence et de concertation au sein d'une association que l'on peut voir maintenant comme un des premiers acteurs institutionnels pratiquant la démocratie participative. Le comité des Offices du Mouvement Sportif était chargé de fédérer ces démarches autour d'un vrai projet. Or, force est de constater qu'au fil du temps, cet outil s'est dénaturé dans notre ville. Les O.M.S. ne sont plus réellement représentatifs du mouvement sportif parisien. De nombreuses associations ne se retrouvent plus dans ces institutions. Alors, se questionner sur la légitimité, le rôle et le fonctionnement des O.M.S. nous semble aujourd'hui pertinent : quelles relations avec les municipalités ? Quelles relations au sport scolaire ? Au sport dans l'entreprise ? Au mouvement associatif lié à la jeunesse ? Aux pratiques éducatives et de prévention ? Quel regard sur les nouvelles pratiques urbaines ? Bref, quel sens donner à toutes ces pratiques ? Nous pensons, en effet, qu?il serait temps de réfléchir, avec le Comité des Offices du Mouvement Sportif et l'ensemble du mouvement sportif, à ces questions, travailler un projet sportif sur tout le territoire, par le biais d'un travail préalable d'identification, entre autres, des besoins des publics, des conditions de travail des agents, des nouvelles pratiques ou encore du parc d'équipement disponible à Paris, et cela, dans la continuité et en relation avec les avancées démocratiques réalisées lors de la formulation des différents projets sportifs d'arrondissement mis en place par M. Jean VUILLERMOZ. Cela nous permettrait d'avancer des idées sur les nouvelles activités à créer ou à favoriser, de proposer de nouveaux équipements adaptés aux besoins du territoire, de faciliter les coopérations ou le partage ou, encore, de mieux accompagner les associations dans leurs projets. Nous disposerions alors d'un outil commun pour faire avancer, dans la concertation, la création d'une vraie vision du sport à Paris, au plus près des besoins et des attentes des associations, mais aussi des Parisiennes et des Parisiens. À cette fin, nous appelons à une vraie refonte des O.M.S., dans un but de redonner l'initiative au mouvement sportif, pour un projet sportif parisien cohérent et moderne. Des assises du sport à Paris pourraient en être le premier acte. Avec ces conditions, le groupe Communiste - Front de Gauche votera favorablement cette subvention. Merci beaucoup.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup, Monsieur TINTI. Pour vous répondre, la parole est à M. Jean-François MARTINS, pour 5 minutes maximum.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci, Madame la Maire. Merci, Monsieur TINTI, d'attirer notre attention sur la subvention aux O.M.S. Je veux dire ici que les Offices du Mouvement Sportif, vous en avez rappelé l'histoire et l'importance à Paris, ont une double vocation. La première qui est de représenter, d'être le porte-parole des associations sportives dans les arrondissements et de donner aux exécutifs d'arrondissement un interlocuteur avec qui échanger sur l'ensemble de la politique sportive d'arrondissement, sur les créneaux, sur les subventions, sur la politique qu'il faut mener et d'être cet interlocuteur. La deuxième vocation des Offices du Mouvement Sportif dans les arrondissements est d'être un accélérateur, être un acteur qui nous permet de faire la promotion du sport, de faire la promotion du sport structuré, de permettre aux Parisiennes et aux Parisiens de découvrir des disciplines et de pratiquer le sport. De ce point de vue-là, vous avez raison, Monsieur TINTI : des situations hétérogènes existent. On a des arrondissements où les O.M.S. remplissent assez bien les missions que je viens d'évoquer et d'autres où ils les remplissent avec peut-être un peu moins de clarté. C'est pourquoi je retiens, évidemment, la proposition qui est la vôtre d'avancer et de travailler. Je crois que la responsabilité repose surtout sur les maires d'arrondissement. Il faut que ce soit un débat que nous engagions avec les maires d'arrondissement, que nous permettions de la sorte à chaque arrondissement de se saisir de ce problème, avec des réalités bien différentes d'arrondissements qui comportent un grand nombre d'équipements sportifs et d'autres qui en ont beaucoup moins, de ceux où la pratique est extrêmement structurée par des clubs à ceux où, au contraire, la pratique est beaucoup plus individuelle et libre. Chaque arrondissement a sa réalité sportive qu'il convient de représenter et d'animer de manière différente. C'est pourquoi je retiens votre proposition, et je vous propose que cela fasse partie des sujets que nous évoquions avec les maires d'arrondissement dans l'année qui vient. Pour rappel, aujourd'hui, la Ville de Paris subventionne l'ensemble des O.M.S. à hauteur de 279.000 euros, ce qui est une somme significative qui doit permettre, via les conventions d'objectifs, de remplir les objectifs sportifs de la Ville, je l?ai dit, représenter les associations sportives et animer la communauté sportive. Ce sont sur ces objectifs-là que je saisirai les maires d'arrondissement en 2015. Je vous invite cependant à voter dès à présent cette subvention, Madame la Maire.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 33. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2014, DJS 33).