Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

18 - 2004, DASES 312 G - Participation du Département de Paris aux budgets de fonctionnement des Espaces Solidarité Insertion (ESI) au titre de 2004

Débat/ Conseil général/ Octobre 2004


Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DASES 312 G relatif à la participation du Département de Paris aux budgets de fonctionnement des Espaces Solidarité Insertion (ESI) au titre de 2004.
La parole est à Mme Catherine GÉGOUT.
Mme Catherine GÉGOUT. - Ce sera assez bref car l'éloge de ces espaces n'est plus à faire. Ce sont des structures extrêmement utiles qui permettent d'accueillir des personnes sans abri dans une polyvalence d'accueil, en prenant en compte toutes les dimensions de la personne.
Je ne vais pas m'étendre sur ce point, nous en avons souvent parlé, mais je veux souligner que l'effort de la Municipalité est important et le nombre de ces espaces croît régulièrement.
Par ailleurs, il avait été souligné dès le début que ces espaces n'avaient pas les moyens d'être ouverts 7 jours sur 7 ; maintenant une partie d'entre eux le sont. Des moyens supplémentaires ont été accordés pour pouvoir embaucher des personnels et ouvrir 7 jours sur 7.
Il faudrait continuer cet effort et que tous ces espaces soient ouverts 7 jours sur 7 car, malheureusement, la vie des SDF ne s'arrête pas le samedi et le dimanche. Nous sommes vraiment dans la bonne voie.
Je voudrais parler de deux problèmes. D'abord celui de "L'Arche d'avenir" qui était l'Espace Solidarité/Insertion porté par "La Mie de Pain". On connaît les difficultés très importantes rencontrées par cette structure du fait de malfaçons graves du bâtiment. Il a dû être fermé en février dernier. Il devait rouvrir moyennant, d'une part, des travaux importants et, d'autre part, la présentation d'un nouveau projet social prenant mieux en compte les personnes les plus en difficulté.
Les travaux ont été effectués ; le projet social a été déposé en juin. Il semble correspondre à ce qui a été demandé. Il a été convenu, d'après mes informations, que "La Mie de Pain" recevrait une subvention permettant de fonctionner pendant un an et qu'au bout d'un an, on verrait si les travaux effectués dans le bâtiment permettaient des conditions correctes de travail.
Malheureusement, je vois que dans cette délibération "L'Arche d'avenir" ne figure pas. Il est vrai que dans ce dossier difficile il est tout à fait normal que du temps soit nécessaire et que la Ville ait des exigences sur la nature du service rendu.
Il fallait des engagements très clairs, notamment sur le projet social.
Cependant, les délais auraient pu être nettement réduits ; cela aurait évité une part du gâchis que représente la fermeture de cette structure ; cela aurait permis surtout que l'accueil puisse être assuré dès le début de cet hiver, ce qui ne va probablement pas être le cas, même si au prochain Conseil de Paris il y avait une délibération accordant cette subvention. Par conséquent, une partie de l'hiver va être "mangée" car "La Mie de Pain" ne peut plus avancer les fonds. Je regrette car nous aurions pu faire autrement.
Un autre point moins grave, l'"Espace Solidarité/Insertion", "La Maison dans la rue" - qui est géré par le Centre d'action sociale protestant et qui a déménagé de la rue Santerre à la rue Picpus - avait demandé que le local qu'il laissait et qui était un local équipé pour un "Espace Solidarité/Insertion" puisse être consacré à l'accueil de personnes âgées sans abri, accueil dont cette association a une grande pratique puisqu'ils reçoivent à la gare de l'Est des personnes âgées pour de l'hébergement d'urgence.
Par conséquent, j'avais relayé cette demande à plusieurs reprises ici. Cela n'a pas eu de suite. Tout n'est pas perdu car ce local a été confié à l'association "Aux Captifs la Libération", pour l'accueil de mineurs isolés. Mais je regrette vraiment que le débat sur l'opportunité de lieux d'accueil spécifiques pour des sans abri âgés, ne soit pas mené. Je pense que là vraiment il y a un point important qui devrait être pris en compte.
Encore un mot sur la "Maison dans la rue". Cela fait dix ans que leur subvention est au même niveau et je crois que ce serait utile de la revaloriser car ce sont des gens dont la qualité du travail est incontestable. Il y a une subvention qui est importante, bien sûr, mais vu la nature du service rendu, je pense qu'elle pourrait être augmentée. Je vous remercie.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente, au nom de la 6e Commission. - Le Département consacre 2,9 millions d'euros aux 14 accueils de jours parisiens.
Nous avons augmenté de 11 % notre contribution. Les principaux bénéficiaires de ces renforcements sont l'AGORA gérée par EMMAÜS dans le 1er arrondissement, la "Maison dans la rue" gérée par le C.A.S.P. et la "Maison dans le jardin", gérée par le SAMU social dans le 12e arrondissement.
S'agissant de l'"Arche d'avenir", de "la Mie de pain", une erreur architecturale de conception du bâtiment a conduit à des températures très basses, voisines ou inférieures à 7 degrés. On ne pouvait donc pas fonctionner dans ces conditions ; il y a eu un contentieux ce qui explique que cela a pris du temps.
Maintenant, la "Mie de pain" a présenté un nouveau projet pour cet "Espace Solidarité/Insertion". Des travaux importants ont été entrepris. Nous serons en capacité, à la séance prochaine, en novembre, de présenter une délibération pour accorder les financements pour un an, et au bout d'un an de s'assurer vraiment que toutes les garanties techniques sont réunies, et que le projet social défini est bien respecté. Dans ces conditions, on pourra "relabéliser" cette structure. L'ensemble des décisions qui vous sont présentées illustrent la volonté de Paris d'accueillir avec dignité, de jour comme de nuit, les personnes à la rue.
Vous avez soulevé la question des personnes vieillissantes, c'est un vrai sujet. Nous avons un établissement situé hors Paris, qui reçoit des personnes âgées, mais pour ce bâtiment nous avons un besoin impératif de faire des travaux. Dans le cadre de la préparation du programme départemental d'insertion, cette question sera naturellement évoquée.
Madame STAMBOULI, vous êtes inscrite sur le projet de délibération concernant le CASH de Nanterre, si vous le souhaitez, vous pouvez rebondir à ce moment-là.
Mme Mylène STAMBOULI, vice-présidente, au nom de la 6e Commission. - Juste un mot en ce qui concerne l'E.S.I. de la rue Regnault, cet E.S.I., qui sera accueil de jour pendant un an, rouvre le 22 novembre. La "Mie de pain" ouvre ce soir, le 18 octobre, c'est la reprise de la période d'hiver et l'ouverture de la "Mie de pain". Je voulais préciser ce point.
En ce qui concerne les personnes âgées, je voudrais également indiquer qu'elles ont priorité dans des structures comme la "Mie de pain". L'équipe renouvellera le dispositif de l'année dernière qui permet aux personnes de plus de 45 ans à la rue ou aux personnes handicapées d'avoir un hébergement garanti pendant la période hivernale. Cela reste dans les centres d'hébergement une priorité.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 312 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DASES 312 G).