Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2014 DU 1117 - Déclassement de l’assiette de la tour Triangle (15e). Promesse de bail à construction. Vœu déposé par le GEP relatif à l'aménagement de l'avenue Ernest Renan.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2014


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, en débattant ce matin de l'urbanisme parisien, nous formulons et posons une ambition collective pour Paris : l'ambition d'un projet urbain qui soit aussi un projet social économique, culturel et environnemental. En effet, à travers le projet urbain, c'est aussi un véritable projet de société que nous conduisons à Paris. Il est donc nécessaire que chaque dimension de son développement soit intégrée à notre politique d'aménagement. Notre ambition est grande ; notre responsabilité et notre lucidité le sont aussi. C'est pourquoi l'urbanisation de Paris doit et devra s'attacher à concilier la solidarité sociale, l'attractivité économique et la transition écologique dans un même élan constructif. C'est le chemin qu'ont décidé les Parisiens en mars dernier. La trame et le dessin de notre ville définissent les conditions de vie présente et à venir de la société parisienne. Il s'agit aussi d'allier le respect d'un patrimoine unique, notre héritage commun, et le choix d'une dynamique qui ne l'est pas moins, notre avenir. L'occasion nous est donnée ce matin, à travers le prisme de l'urbanisme, de tracer la voie d'un avenir possible dans une ville qu'enrichit son passé. C'est dans cet esprit que nous poursuivons les opérations de reconquête urbaine lancées depuis 2001. Sur les emprises industrielles et ferroviaires d?hier, nous reconstruisons sur elle-même une ville dense et organique. Aux portes de Paris, les futurs centralités de la métropole se structurent et communiquent entre elles grâce à un puissant réseau de transports qu'incarne notamment le prolongement du tramway des Maréchaux. Je pense en particulier à l'opération emblématique de Clichy-Batignolles, dont la seconde phase est en cours d'exécution ; Clichy-Batignolles qui accueillera l?une des belles émergences architecturales, avec le T.G.I., réalisé par l'architecte M. PIANO qui a obtenu le prix Pritzker. La seconde phase est en cours d'exécution. Nous avons aussi d'autres opérations : Paris Rive gauche, qui illustre ce nouvel urbanisme parisien, audacieux et durable, que l'on vient voir de partout dans le monde, ou encore des projets comme Chapelle-International, résolument placé sous le signe de l'innovation et du Grand Paris. Je pense surtout à Triangle, qui est aujourd'hui au c?ur de nos attentions, et dont la réalisation doit signer cette ambition architecturale retrouvée de Paris et générer à terme la création de 5.000 emplois salariés, sans compter les 5.000 emplois nécessaires à sa construction. C'est un investissement privé majeur pour Paris qui participera au renforcement de son attractivité et de son rayonnement. C'est également pour notre métropole un projet phare qui porte la signature des architectes HERZOG et de MEURON, lauréats du prix Pritzker, eux aussi. Ce projet s'inscrit dans le prolongement de la consultation des architectes sur le Grand Paris lancée en 2009. Ce projet est soutenu aujourd'hui par de très nombreux maires de ce Grand Paris que nous avons en projet et en partage : les maires de Vanves, d'Issy-les-Moulineaux, de Boulogne mais aussi de Cachan, du Nord de notre agglomération comme Les Lilas, sont des soutiens et des promoteurs de ce projet. Ce projet urbain est synonyme d'innovation et d'attractivité économique. Il s'inscrit parallèlement dans la logique exigeante de la transition écologique. Parce que l'attention portée à l'environnement est aujourd'hui déterminante dans l'édification d'une ville pérenne, Paris aborde chaque construction nouvelle en la faisant concourir aux grands objectifs du Plan Climat. Ce projet, comme l'a été la fondation Louis Vuitton, que nous devons à Frank GEHRY, autre Prix Pritzker d'architecture, sera aussi porteur d'innovations technologiques et environnementales. Avec ces projets ambitieux, la recherche, aussi, progresse. Nous le savons, face au défi majeur du dérèglement climatique, les acteurs de la construction disposent aujourd'hui de leviers de changement particulièrement efficaces. La généralisation des normes thermiques les plus ambitieuses doit aussi nous permettre d'utiliser toujours mieux les ressources nées du fonctionnement de la ville elle-même. La diminution drastique des consommations énergétiques conjuguée à l'utilisation exponentielle d'énergies renouvelables conduit notre ville sur la voie d'une sobriété nécessaire. Je remercie les Conseillers et Conseillères de Paris qui se sont rendus au Pavillon de l'Arsenal pour s'enrichir des deux expositions en cours, l'une consacrée à la tour Triangle, l'autre intitulée "Matière grise", consacrée au réemploi et aux matériaux dans la construction. Dans le même temps, nous continuerons à végétaliser Paris sur 100 hectares de toitures et 30 hectares supplémentaires d'espaces verts ouverts au public en y faisant progresser la biodiversité. Enfin, le développement économique, le développement de l'économie circulaire permettra à notre ville de continuer à saisir toutes les opportunités qui s'offrent à elle en limitant leur impact sur l'environnement. Cette qualité en matière d'urbanisme traduit la promesse que nous avons faite aux Parisiens. Elle se décline dans tous les quartiers de Paris. Je pense d'abord aux quartiers "politique de la ville", où d'importants projets de renouvellement urbain se poursuivent pour réduire les inégalités territoriales, mais également à l'ensemble des quartiers qui constituent, quelles que soient leur situation et leur exposition, une part de l'identité de notre ville. Notre politique du logement traduit bien ce souci d'homogénéité qui, sans rien retirer à nos arrondissements de leur spécificité, les agrège au service d'un intérêt supérieur et d'un dessein commun. Nous nous sommes donnés, devant les Parisiens, des objectifs ambitieux mais nécessaires pour préserver la vitalité sociologique de notre ville. C'est ainsi que nous avons pris l'engagement de réaliser 10.000 logements, dont au moins 7.000 logements sociaux par an. La reconversion de 200.000 mètres carrés de bureaux vacants et la construction de 20 % de logements intermédiaires dans chaque nouvelle opération d'aménagement doivent nous permettre d'atteindre ces objectifs à la fois historiquement élevés et politiquement soutenables, parce que tout simplement indispensables. Pour donner un cadre renouvelé à cette politique municipale du logement mais aussi pour intégrer la complexité d'une métropole moderne plus juste, nous avons lancé dès le printemps dernier une modification du P.L.U. et nous soumettrons la modification du P.L.H. au vote de notre Assemblée au mois de février prochain. Mes chers collègues, au-delà des grandes orientations architecturales et urbaines que nous voulons donner à Paris, c'est bien une nouvelle manière de faire la ville, une ville durable, que nous voulons promouvoir aujourd'hui. Une manière fondée à chaque étape sur la participation des Parisiens, sur la mixité des usages comme des fonctions avec toujours en perspective, la métropole du Grand Paris. C'est la raison pour laquelle, en plus des grandes étapes de concertation prévues par le législateur, la Ville de Paris met un point d'orgue à promouvoir toutes les formes de consultation de nos citoyens. Du cadre juridique qui s'impose, j?en ai la conviction, naîtront de nouveaux possibles pour notre collectivité. La réussite du premier budget participatif a démontré l'intérêt très prononcé que portent nos concitoyens à l'aménagement de l'espace public. Cette participation est également indispensable de la part des acteurs privés, dont le secteur d'activité représente 30.000 emplois directs. Nous voulons mobiliser pleinement ces forces au service de l'efficacité et des progrès tangibles. L'investissement privé est indispensable, mais l'investissement public aussi. Il est structurant, il est moteur. C'est le choix que nous faisons pour Paris. C'est ce que nous avons fait avec l?appel à projets urbains innovants sur 23 sites emblématiques de notre territoire. Ce concours international demande à des professionnels venus du monde entier d'imaginer le Paris de demain. C'est ainsi que des architectes, des investisseurs, des designers mais aussi des universitaires, des "start-up", des associations sont invités à former des équipes pour proposer des projets nouveaux et audacieux qui répondent aux grands défis de la ville contemporaine. L'innovation qui est mise au c?ur de cet appel à projets permet d'augurer de nouveaux acquis en matière de conception et de construction qui deviendront les futurs standards de la Capitale. Une grande marge de man?uvre sera volontairement laissée à l'initiative de ces innovateurs en tous genres afin qu?ils se saisissent de ces lieux en toute liberté comme autant d'occasions possibles de réinventer nos manières de vivre à Paris. À travers notre politique d'urbanisme, c'est aussi la métropole du Grand Paris que nous contribuons à faire progresser très concrètement, permettant à des millions de Franciliens de bénéficier d'un cadre de vie plus beau et plus pratique. Au c?ur du grand projet de territoire, Paris se doit en effet de montrer l'exemple à travers la qualité irréprochable de ses propres opérations et de prendre l'initiative de projets de construction ambitieux qu'elle partage avec ses voisins et ses partenaires. C'est notamment ce que nous faisons en menant la reconfiguration sans précédent du tissu urbain autour du canal de l'Ourcq, en Seine-Saint-Denis, ou en poursuivant les grandes opérations sur les friches héritées aux portes de Paris. Je veux enfin saluer l'audace qui anime l'ensemble des acteurs parisiens qui concourent à imaginer, rêver, penser et construire la ville. Je tiens bien sûr à remercier tout particulièrement mon adjoint Jean-Louis MISSIKA pour la pertinence, la créativité et l'enthousiasme dont il fait preuve pour servir la mission que je lui ai confiée au service de Paris. Merci, cher Jean-Louis MISSIKA. On peut l'applaudir parce qu?il porte notre belle ambition. Ensemble, nous pouvons faire que Paris soit non seulement la plus belle ville au monde, ce qu'elle est déjà, mais également l'une des plus attractives, des plus innovantes et des plus accueillantes. Je vous remercie. Et nous allons engager le débat à présent.