Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2014 DDCT 160 - DJS - DAC - Subvention (36.000 euros) et convention avec l’association "Paris 2018" (3e) au titre des droits de l’homme et de la lutte contre les discriminations, du sport et de la culture.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2014


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Nous examinons le projet de délibération DDCT 160 - DJS - DAC concernant l'attribution d'une subvention et d'une convention avec l?association "Paris 2018" au titre des droits de l?homme, de la lutte contre les discriminations, du sport et de la culture. Monsieur BELLIARD, vous avez la parole.

M. David BELLIARD. - Merci, Madame la Maire. Mes chers collègues, cette subvention de 36.000 euros à "Paris 2018", en apparence relativement modeste, nous parait en réalité triplement importante. D?une part, parce que le week-end politique qui vient de s?achever nous rappelle, hélas, que le combat pour l?égalité des droits n?est jamais définitivement gagné, même en France, et que les forces rétrogrades de ce pays sont déjà prêtes à faire reculer les droits des lesbiennes, des homosexuels et des trans. A rebours, les "Gay Games" portent avec fierté un message clair et ouvert pour défendre des valeurs de respect, de partage, de solidarité, de diversité et d?égalité à l?image de Paris. Ce message fort est particulièrement bienvenu. En deuxième lieu, cette subvention à "Paris 2018" survient alors que les projets de grands événements sportifs se multiplient en France et à Paris, notamment pour l?Euro 2016 et les Jeux olympiques. Aujourd?hui les "Gay Games" sont l?exemple même du grand événement sportif à la fois innovant, écoresponsable ouvert à tous et financièrement sobre. Dans leur singularité, ils ont valeur d?exemple pour notre ville. J?en profite d?ailleurs pour saluer le soutien apporté à cette manifestation par Jean-François MARTINS et de nombreux élus, notamment Philippe DUCLOUX, mon collègue du 11e arrondissement qui ne pourra malheureusement pas intervenir. Enfin cette subvention nous interpelle aussi en période de restriction budgétaire sur les choix de l?Etat. Il semble que le Gouvernement refuse de subventionner "Paris 2018" au titre des grands événements sportifs et souhaite soutenir l?événement sur l?enveloppe territoriale sur le C.N.D.S., ce qui serait une manière à la fois de dénier la grande qualité sportive de l?événement, de travestir une nouvelle fois les ambitions du C.N.D.S. et surtout de réduire presque de moitié son engagement financier, alors que les cadeaux fiscaux se généralisent pour l?Euro 2016 et une candidature potentielle aux Jeux Olympiques. Nous le disons clairement, cela ne fait pas honneur à l?Etat. Nous espérons que, de son côté, notre Ville continuera de soutenir avec volontarisme l?organisation de ce bel événement citoyen, sportif et culturel. Je vous remercie.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci à vous, Monsieur BELLIARD. La parole est à M. Nicolas BONNET pour le groupe Communiste - Front de gauche.

M. Nicolas BONNET-OULALDJ. - Madame la Maire, mes chers collègues, permettez-moi d?abord de saluer toutes celles et ceux qui ont rendu possible l?accueil de cette "Grande fête de l?égalité" à Paris. Je pense aux bénévoles qui ont porté la candidature de Paris à Cleveland l?an dernier, avec les deux coprésidents, Chris FANUEL et Michel GEFFROY. Je pense à celles et ceux qui, dès le début, ont apporté leur soutien public, dont vous faites partie avec Bertrand DELANOË. La victoire a été possible grâce au grand rassemblement de la Ville de Paris, de la Région Ile-de-France, du Gouvernement, des associations LGBT, du monde sportif et de nombreuses personnalités. Je pense notamment à celles et ceux qui étaient présents à Cleveland l?an dernier pour défendre la candidature : Valérie FOURNEYRON, Ministre des Sports, Laura FLESSEL, championne olympique, Francis PARNY, vice-président de la Région Ile-de-France et notre collègue Philippe DUCLOUX qui représentait le Maire de Paris. Maintenant la réussite de ce beau projet est entre les mains d?une nouvelle équipe, avec Manuel PICAUD, président du Comité d?organisation, et d?un comité directeur dont font partie trois membres de notre Exécutif. Vous pouvez compter sur notre soutien et notre vigilance pour que Paris soit à la hauteur du rendez-vous. Je voudrais insister sur le sens de "Paris 2018 - Tous égaux", afin de ne pas tomber dans deux écueils : le premier est celui qui consiste à envisager cet événement comme une compétition sportive pour des homosexuels, le considérer comme une dérive communautaire sur la base de l?orientation sexuelle ; le deuxième écueil vise à opposer cet événement aux Jeux olympiques. Nous avons une responsabilité politique importante dans la réponse à cette question : pourquoi les "Gay Games" ? Que sera "Paris 2018 - Tous égaux" ? Dans son livre blanc rédigé en 1982, l?athlète olympique américain, Tom WADDELL, fondateur des "Gay Games", répondait en partie à cette question. Regardons de près notre communauté, faite de femmes et d?hommes qui vivent leur homosexualité de manière ouverte, nous constatons actuellement une période de mutation rapide. Nous sommes en train de passer d?une communauté unidimensionnelle, luttant contre la discrimination, à une communauté complexe, à facettes multiples, capable de proposer une multitude d?horizons nouveaux pour nous-mêmes et pour autrui. Ce sont donc des jeux ouverts à toutes et à tous, quelles que soient les orientations sexuelles qui ont pour objectif d?être un formidable vecteur d?éducation et de changement pour faire évoluer les mentalités et la société. La réussite de "Paris 2018 - Tous égaux", comme un événement populaire, reposera sur sa capacité à accueillir toutes les diversités sur un même pied d?égalité, dans un esprit de respect, de partage et de solidarité. Des jeux qui accueillent aussi bien des personnes défavorisées, des personnes âgées ou en situation de handicap. Des jeux qui ne s?opposent pas aux Jeux olympiques et bien au contraire, si nous amorçons la réflexion, l'accueil des Gay Games fait progresser les valeurs de l'olympisme et la manière dont nous devons construire notre candidature pour tout type d'événement international. Ces jeux ouvrent une nouvelle dimension pour le sport car aucun standard de performance et de sélection n'est exigé pour participer, beaucoup d'épreuves sont mixtes et l'esprit d'amitié l'emporte sur la volonté de gagner à tout prix. La notion d'excellence et de compétition est bien présente, mais redéfinie par rapport aux capacités de chacune et de chacun. Rappelons que le président du C.N.O.S.F. et plus d'une vingtaine de fédérations ont apporté leur soutien. D?ailleurs, certaines compétitions pouvaient être incluses dans les calendriers des compétitions nationales des fédérations sportives comme le triathlon ou le marathon. Un partenariat est aussi en cours avec la fédération handisport et certains clubs parisiens. Il nous reste donc trois ans pour accompagner cette grande fête jusqu'au mois d'août. D'abord, nous devons garantir le soutien financier de toutes les parties - c'est l'objet de ce projet de délibération -, mais nous sommes très inquiets de la participation de l'État via le C.N.D.S. Il serait inimaginable que l'État ne subventionne pas Paris 2018 au même titre que les autres grands événements sportifs internationaux et leur demander de se rabattre sur la part régionale du C.N.D.S. serait une réelle provocation. Nous devons aussi nous assurer du respect du cahier des charges concernant les équipements sportifs nécessaires à l'accueil des milliers de pratiquants. Je pense notamment au volley, qui devrait se dérouler sur un même lieu. Je pense également aux rénovations de certains sites, comme dans le bois de Vincennes. Nous devons être attentifs aux besoins d'accompagnement et de formation des bénévoles, qui sont le pilier essentiel à la réussite de cet événement. Paris se doit de présenter un programme culturel ambitieux, au-delà des pré-requis, avec des concerts, des chorales, des expositions, des films, sans oublier un cycle de conférences pour donner un contenu éducatif. Les cérémonies d'ouverture et de clôture revêtiront une dimension exceptionnelle pour assurer une visibilité internationale maximum des Gay Games. Il en est de même de la marche traditionnelle, qui est l?International Rainbow Memorial Run, un moment important à la mémoire des personnes atteintes du V.I.H. L'esprit de ces jeux est un souffle vital pour changer la société. C'est une nouvelle étape importante permettant d'impulser de nouvelles sensibilisations à la lutte contre l'homophobie dans le sport. Ce serait l'occasion de mettre en ?uvre toutes les préconisations faites à ce sujet. Je pense notamment aux préconisations suite aux rapports de l'État sur l'homophobie dans le sport, réalisé par le préfet d'Aquitaine, ou encore sur celui réalisé par Michel TEYCHENNÉ, remis au ministère de l'Éducation nationale en 2013. C'est l'occasion de construire un appel historique à Paris contre l'homophobie dans le sport reprenant les termes de celui cosigné par le S.N.E.P.-F.S.U., SOS Homophobie, la F.S.G.T., Fémix?Sports et l?AneStaps. Je terminerai sur cette phrase, Madame la Maire, de Tom Waddell, qui disait : "Améliorer notre condition mais aussi la société prise dans son ensemble. N?oublions jamais que nous faisons partie d'une collectivité qui dépasse notre communauté et que nous devons lui apporter quelque chose de positif".

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup, Monsieur le Président. Je vais donner la parole à Mme BIDARD, sachant que ce projet est porté aussi, bien sûr, par Jean-François MARTINS et Bruno JULLIARD, et que j'apporte vraiment tout mon appui depuis longtemps à cette belle aventure que nous allons gagner avec un beau dossier. Je suis entièrement d'accord avec vous : il ne serait pas acceptable que l'État manque à ses devoirs en matière de financement de cette grande manifestation sportive internationale qui va bien au-delà de la question du sport. La parole est à Mme Hélène BIDARD, pour vous répondre.

Mme Hélène BIDARD, adjointe. - Merci, Madame la Maire. Merci aux deux présidents des groupes des "Verts" et Communiste - Front de Gauche. Moi aussi, j'excuse Philippe DUCLOUX, qui est très attaché à cette initiative. Je crois que vos interventions montrent vraiment l'attachement de toute la majorité à ce projet, et donc je me félicite d'autant plus du soutien de la Municipalité pour accueillir Paris 2018, cette 10e édition des Gay Games, en août 2014. Le projet porté par l'association Paris 2018 a l'ambition d'accueillir 15.000 participants et 4.000 visiteurs. Paris 2018 porte en lui des valeurs universelles que les Parisiennes et les Parisiens appellent de leurs v?ux : la diversité, le respect, l'égalité la solidarité et le partage. Il ne s'agit pas que d'un affichage. Quand on regarde les expériences précédentes de San Francisco, en passant par Amsterdam et Cleveland, force est de constater que cet événement met en pratique ses objectifs et sa philosophie. Paris 2018 répond à un besoin qui fait écho à notre projet municipal. Il est à considérer comme une contribution propre au projet d'un Paris qui promeut l'égalité et la lutte contre toutes les discriminations. Je veux remercier Manuel PICAUD, qui est co-président de Paris 2018 et qui est ici en tribune. Je le salue, ainsi que tous les bénévoles qui travaillent avec lui pour la réussite de cet événement. Cet événement est à considérer comme le plus grand événement sportif pour la pratique amateur du sport, mais c'est aussi un projet à la conjonction du domaine sportif, culturel et académique. Il fait écho à la lutte pour les droits civiques des années 70 aux États-Unis. Cette manifestation de grande ampleur se situe donc à l'opposé de l'entre soi et du communautarisme, vous l'avez très bien souligné. Tout au contraire, il s'agit d'une fête humaine et humaniste ouverte, une manière de faire tomber des idées reçues, non uniquement centrée sur les sexualités L.G.B.T. Une précision sur le plan des discriminations : le critère d'orientation sexuelle n'est bien sûr par une condition de participation du public à Paris 2018. Ce projet est l'occasion de construire un projet fédérateur qui se veut un véritable support contre les discriminations et efficace pour déconstruire les préjugés, donc c'est au titre de ma délégation et pour l'Exécutif, mais aussi pour Bruno JULLIARD et Jean-François MARTINS que nous sommes fiers de proposer ce projet de délibération, qui est un amorçage pour le projet au travers d'une subvention de 36.000 euros. Je veux dire encore deux choses, d'abord si le principe du "all equal", c'est-à-dire tous égaux, est affiché haut et fort à travers l'organisation de Paris 2018, il est loin d'être teinté d'un quelconque angélisme. Paris 2018 porte un regard responsable et engage les citoyens à se rencontrer pour construire un "nous". Paris 2018, ce sont des valeurs propres à l'engagement, à l'inclusion et au dépassement de soi. Autour de Paris 2018, on trouve trois soutiens publics principaux, à savoir l?État, la Région Ile-de-France et la Ville de Paris. Je me permets donc ici un mot : l'État semble prompt à demander à la Ville de Paris de s'engager dans la construction d'événements phares pour le pays, et c'est ici chose faite avec Paris 2018. Je ne doute pas que l'État respectera ses engagements et apportera les financements nécessaires à l'organisation de cette belle fête du monde sportif amateur, au même titre que les grands événements internationaux comme l'Euro 2016, les championnats du monde de hand-ball 2017 et donc Paris 2018. Enfin, comment ne pas y voir aussi une opportunité positive d'une construction métropolitaine de ce projet pensé avec nos voisins. Nous avons besoin de ce type d'événement pour faire métropole aujourd'hui et pour montrer que Paris engage à cela. Je vous remercie.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup, Hélène BIDARD, et je vous encourage tous et toutes à porter vraiment ce beau projet. On va être vigilant. J'alerterai de mon côté sur la mise en garde que vous avez adressée et que j'adresserai moi-même aussi. Je crois qu?il faut être cohérent. On soutient tous cet événement, même d'autres événements potentiellement, mais voilà, il ne faut pas qu'on nous dissuade d'être très allants sur d'autres événements. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDCT 160 - DJS - DAC. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2014, DDCT 160 - DJS - DAC).