Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe SOCA relatif à la Traverse de Charonne (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2014


 

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u référencé n° 112 déposé par le groupe SOCA, relatif à la Traverse de Charonne (20e). La parole est à Mme Frédérique CALANDRA.

Mme Frédérique CALANDRA, maire du 20e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire. Mes chers collègues, rapidement car il commence à "se faire faim", comme maire du 20e arrondissement, et comme vous tous, évidemment, je suis attachée à un juste déploiement des transports en commun sur l?ensemble du territoire parisien. Or, notre territoire, le 20e arrondissement, et d?ailleurs, d?une façon générale, les arrondissements périphériques, notamment du Nord-Est parisien, souffrent de creux de desserte, de déficits dans le maillage, notamment des bus, qui créent une certaine injustice. Et on sait à quel point les transports en commun sont importants pour le développement économique des quartiers et pour une certaine justice sociale. Je rappelle que la pauvreté, les handicaps, l?âge et le genre représentent des facteurs qui font varier de façon importante les écarts de mobilité entre nos habitants. Donc, dans le 20e arrondissement, les creux de desserte touchent des zones à très forte densité démographique, comprenant de nombreux logements sociaux, et de nombreux équipements de proximité. Mise en place depuis huit ans, la Traverse de Charonne a permis de répondre à ces creux de desserte identifiés dans le Sud du territoire, en lien avec la demande des habitants, l?itinéraire ayant été étudié finement avec les acteurs locaux, et notamment les conseils de quartier. Aujourd?hui, alors que la convention d?exploitation arrive à échéance, mon équipe et moi-même souhaitons saisir cette opportunité pour anticiper la "dédieselisation" des bus R.A.T.P. prévue à l?horizon 2025, et ce en adéquation avec le plan antipollution de la Ville de Paris. En effet, à l?instar de la Traverse du 15e, qui n?est pas gérée par la R.A.T.P., la motorisation électrique pour des minibus de quartier est particulièrement bien adaptée et déjà largement disponible sur le marché. Mais cette réponse n?est que partielle. Aujourd?hui, dans le secteur de Belleville-Amandiers, la problématique de l?enclavement devient un facteur aggravant de précarité et d?exclusion. Dans le Nord-Est de l?arrondissement également, alors qu?un projet urbain est déjà très engagé par la Ville de Paris, avec un nouveau quartier émergent entre la porte des Lilas et Fougères, le réseau de transport doit être re-calibré en conséquence. Ces constats font l?objet, bien sûr, d?une importante mobilisation citoyenne, des conseils de quartiers, journaux locaux, amicales de locataires ou associations de commerçants. C?est pourquoi le Conseil d?arrondissement du 20e demande à la Ville de Paris d?engager rapidement une concertation sur la restructuration des lignes de bus, afin de pallier les carences de desserte des quartiers périphériques mal desservis, ou dont la topologie, comme à Belleville, nécessite un renfort en transports de surface accessibles. Et je souhaiterais surtout que ce recalibrage des lignes de bus, notamment, soit fait en lien avec nos voisins des banlieues de Bagnolet, des Lilas, etc., dans le cadre du futur Grand Paris. Merci.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, Madame la Maire. Pour vous répondre, la parole est à M. Christophe NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire. Le v?u de Mme CALANDRA évoque deux questions : tout d?abord, la question de la convention d?exploitation de la Traverse de Charonne, qui sera prochainement renouvelée. Il est utile de préciser que cette question, d?ailleurs, concerne tout autant les Traverses Bièvre-Montsouris, dans les 13e et 14e, ainsi que Ney-Flandre, dans le 18e et 19e, car ces trois lignes de traverses, qui sont les plus anciennes, sont régies par la même convention avec la R.A.T.P., et non pas avec le S.T.I.F., et elles utilisent un parc de minibus d?ancienneté similaire. Ces trois traverses, qui ont été créées respectivement en 2004 pour Charonne, 2005 pour la Bièvre et 2007 pour Ney-Flandre, ont vocation à pallier l?insuffisance de desserte du réseau de transport régional du S.T.I.F. dans des quartiers périphériques de Paris, insuffisance que nous connaissons et à laquelle un projet de restructuration du réseau de bus principal vise à répondre. Donc les deux questions qui sont posées dans votre v?u sont liées. Elles sont liées à la restructuration du réseau de bus principal, qui pourra être d?ailleurs aussi l?occasion d?évolution des traverses. Pour ce qui est du renouvellement de la flotte de bus de ces trois traverses, je partage avec vous, évidemment, cet objectif d?évolution vers des bus propres, l?offre industrielle pour des minibus électriques étant disponible, dispositions que nous devons d?ailleurs négocier avec la R.A.T.P. On peut rappeler aussi que les deux traverses créées plus récemment, qui sont Batignolles-Bichat dans les 17 et 18e en 2011, ainsi que Brancion-Commerce dans le 15e en 2013, bénéficient déjà de ce type de matériel électrique. Aussi, je vous propose des amendements de formulation, qui visent notamment à rectifier le fait que la convention d?exploitation des traverses lie la Ville à la R.A.T.P., et non au S.T.I.F. Donc, au dixième considérant, il est proposé de remplacer "via une convention particulière d?exploitation", par - je cite - "régies par une convention particulière d?exploitation entre la Ville et la R.A.T.P." Il vous est proposé également d?intervertir les premier et deuxième alinéas, et le second alinéa serait formulé de la manière suivante : "la négociation de la nouvelle convention d?exploitation avec la R.A.T.P., qui régit la ligne dite "la Traverse de Charonne", intègre le passage à des minibus à motorisation électrique, en tenant compte des évolutions qui pourraient intervenir à l?occasion de la restructuration du réseau de bus parisien".

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, Monsieur NAJDOVSKI. Madame CALANDRA, je suppose que ces amendements vous conviennent ?

Mme Frédérique CALANDRA, maire du 20e arrondissement. - Oui.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Bien, merci. La parole est à M. GLEIZES, du groupe Ecologiste, pour une explication de vote.

M. Jérôme GLEIZES. - Merci, Monsieur le Maire. Nous voterons d'autant plus ce v?u que ce v?u a été voté en arrondissement à l?initiative du groupe Ecologiste et qu?il avait été présenté comme un v?u de l'Exécutif, y compris par les Communistes pour ce vote. Bien sûr, toute la majorité est derrière ce v?u et pour la défense de la traverse Charonne et la nouvelle traverse pour Belleville. Merci.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe SOCA, amendée par l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? La proposition de v?u est adoptée. (2014, V. 312).