Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2014 DGRI 1061 - Subventions (100.000 euros) et conventions avec les associations "Acted" (9e) et "Solidarités international" (92) pour des programmes d’aide d’urgence en République Centrafricaine et au Cameroun.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2014


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le projet de délibération DGRI 1061 porte subventions avec les associations "Acted" et "Solidarités international" pour des programmes d?aide d?urgence en République Centrafricaine et au Cameroun. La parole est à Véronique LEVIEUX.

Mme Véronique LEVIEUX. - Le projet de délibération qui nous est soumis porte sur deux aides d?urgence financées dans le cadre du dispositif de "Solidarité eau et assainissement". Tout d?abord, 50.000 euros sont proposés pour l?association "Solidarités international" pour venir en aide aux réfugiés de la Centrafrique qui se sont déplacés au Cameroun. Comme souvent, au-delà de la souffrance vécue par les déplacés qui ont dû fuir dans des conditions extrêmement périlleuses leur village et foyer pour échapper aux exactions des différentes milices religieuses qui détruisent le pays depuis des mois, l?arrivée massive de réfugiés dans des pays pauvres et fragiles également peut provoquer d?autres déstabilisations, sans compter la difficulté pour les autorités locales à accueillir correctement ces populations meurtries majoritairement des femmes et des enfants. Cette aide contribuera au financement de la distribution d?eau potable, à la construction de 150 latrines et 150 douches, ainsi que des actions nécessaires de sensibilisation à l?hygiène dans des camps du secteur de Bertoua, Garoua Boulaï, alors que la saison des pluies approche et risque d?aggraver la situation sanitaire des camps. L?autre aide de 50.000 euros concerne l?ONG "Acted" et porte sur une intervention à Bangui même et permet à la Mairie de Paris de commencer à répondre à une sollicitation précise de l?actuelle Maire de Bangui qui, reçue en juin dernier ici même à l?Hôtel de Ville par Anne HIDALGO, a émis le souhait que Paris aide Bangui à réhabiliter les marchés de la ville, lieux économiques et sociaux importants pour la ville. La situation en termes de sécurité ne permettait pas le montage d?une véritable coopération décentralisée entre les deux capitales, et Paris profite de la présence déjà sur place de l?ONG "Acted" qui travaille sur un grand projet d?assainissement pour pouvoir mettre en ?uvre cette première étape de solidarité avec Bangui. L?objet du projet concerne deux des marchés de la capitale centrafricaine afin d?équiper ces lieux de latrines et de sensibiliser la population en s?appuyant sur les acteurs locaux que sont les "Koli Wali Gara pour la paix" qui réunissent commerçants et commerçantes. La situation reste très tendue dans la capitale malgré la présence de forces multinationales. C?est pourquoi il est important de pouvoir exprimer notre solidarité en agissant concrètement pour accompagner les autorités locales et la société civile. La situation en Centrafrique, ravagée par ce conflit, a fait l?objet de missions de la part des pays voisins, et notamment des élus locaux des pays voisins, afin d?essayer de contribuer à la médiation, voire d?alimenter le processus difficile de réconciliation. L?A.I.M.F. a été le cadre de ces missions, forte de ses réflexions menées depuis plusieurs années sur le rôle du maire médiateur. Monsieur l?adjoint, chargé des relations internationales, pourriez-vous nous dire comment cette nouvelle aide de la Ville de Paris s?inscrit dans une politique plus globale de soutien aux autorités locales portée par l?A.I.M.F. en Centrafrique ? Ce dossier a-t-il fait l?objet de discussions au sein de l?assemblée générale de l?A.I.M.F. qui s?est tenue il y a quelques jours à Kinshasa et qui a été présidée par la Maire de Paris ? Enfin, mes chers collègues, permettez-moi alors que nous sommes à deux jours du 19 novembre, Journée internationale des toilettes, dont sont totalement dépourvues plus de 2,5 milliards de personnes, de valoriser l?action globale menée par Paris en matière d?accès à l?eau et donc à l?assainissement, et qui permet de soutenir, via des ONG, des projets de coopération décentralisée ou des projets d?aide d?urgence, de soutenir des projets directement en lien avec les enjeux environnementaux et de santé publique. L?assainissement est un des objectifs du développement du millénaire des moins avancés, il est nécessaire de relancer les efforts de tous et de toutes, tant les enjeux et ses conséquences sont dramatiques. Au-delà de la simple dignité ou des questions d?hygiène, leur absence ou inadéquation mettent par exemple les femmes et les filles dans des situations encore plus inégalitaires ou viennent s?ajouter les violences sexuelles. Ainsi cette année, le thème de la campagne qui était décidé est celui de la dignité et de l?égalité, il me semble important de le rappeler. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. Patrick KLUGMAN.

M. Patrick KLUGMAN, adjoint. - Merci, Madame LEVIEUX. Déjà sur les projets de délibération d?aide d?urgence soumis à notre vote, vous avez été parfaitement complète et exhaustive, et je ne vais pas rallonger le débat inutilement. Simplement pour souligner que ces projets de délibération sont le résultat du comité d?engagement Oudin dans lequel vous figurez et que j?ai l?honneur de présider avec mes collègues Célia BLAUEL, qui est à ma gauche et Mao PENINOU qui préside actuellement notre séance. C?est le fruit de notre travail collectif, c?était le premier comité d?engagement de la mandature et c?est dans ce cadre-là que nous avons adopté, notamment des délibérations qui ont déjà été soumises au précédent Conseil de Paris, et aujourd?hui celles que vous venez de rappeler. Alors vous m?avez interrogé plus particulièrement sur l?aide que nous apportons à "Acted" pour l?assainissement du marché de Bangui et plus largement sur notre politique dans cette ville. Effectivement, nous étions avec la Maire de Paris à l?assemblée générale de l?Association internationale des Maire francophones la semaine passée. Et effectivement, à cette occasion, nous avons mis en place une politique inédite, qui est celle du rôle des maires médiateurs. Et nous avons décidé à quelques maires, dont la Maire de Paris ou son représentant qui est votre serviteur, de nous associer à des maires de la région, le Maire de Dakar, la Maire de Bangui évidemment, le Gouverneur de Kinshasa, le Maire de Brazzaville, pour que les maires accompagnent la mairie de Bangui dans un rôle de rapprochement de toutes les communautés qui vivent à Bangui. Le projet de délibération que nous votons actuellement porte sur la réouverture du marché de Bangui qui est le lieu où circulent toutes les populations de la ville. C?est le lieu où elles se fournissent dans les denrées essentielles. Tout le monde, tous ceux qui connaissent la situation à Bangui savent que le jour où le marché sera approvisionné et où les populations pourront y retourner, cela voudra dire que la paix civile sera revenue dans cette ville, et plus largement dans le pays. Effectivement l?A.I.M.F. a occupé une large part de ses travaux à la situation à Bangui et cela complète le projet de délibération et la subvention que nous proposons d?octroyer à "Acted", et je vous remercie, chère Véronique, d?avoir pris un moment de ce Conseil un peu chargé pour parler de la situation en Centrafrique et de notre rôle essentiel auprès de Bangui.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DGRI 1061. Qui est pour ? Qui est contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2014, DGRI 1061).