Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

20 - 2004, DASES 426 G - Attribution d'une subvention de fonctionnement au titre de 2004 à l'association "Le Relais Frémicourt" pour son action de distribution de produits alimentaires à des personnes et familles démunies du 15e arrondissement. - Montant : 3.000 euros

Débat/ Conseil général/ Octobre 2004


Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DASES 426 G relatif à l'attribution d'une subvention de fonctionnement au titre de 2004 à l'association "Le Relais Frémicourt" pour son action de distribution de produits alimentaires à des personnes et familles démunies du 15e arrondissement.
Je donne la parole à M. GOUJON.
M. Philippe GOUJON. - Madame la Présidente, il y a quelques jours s'est tenue la Journée de l'alimentation contre la faim. Hier encore, la Journée du refus de la misère et la subvention que nous examinons maintenant correspond tout à fait à cette actualité puisque "Le Relais Frémicourt" figure au rang des associations dont le rôle est, hélas, irremplaçable dans notre société, pour l'aide alimentaire au profit des personnes démunies.
Des subventions très importantes sont attribuées à nombre d'associations dont l'utilité est certes importante, mais peut-être pas aussi évidente. Car quel besoin est le plus nécessaire et le plus immédiat à satisfaire que manger chaque jour à sa faim ? Aucun de nos concitoyens, bien sûr, ne devrait jamais se trouver dans cet épouvantable état.
Je me réjouis qu'une subvention soit attribuée à cette association, mais je regrette simplement que celle-ci ait demandé une subvention de 8.000 euros et que l'on ne lui attribue que 3.000 euros, soit environ 3 euros par famille et par an ! Quand les gens ont faim, est-ce suffisant ? C'est la question que je vous pose.
Je vous remercie.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Madame STAMBOULI, vous avez la parole.
Mme Mylène STAMBOULI, vice-présidente, au nom de la 6e Commission. - Monsieur GOUJON, vous avez la possibilité de regretter que nous ne puissions pas répondre complètement à cette demande.
Je dirai que nous avons considérablement augmenté le budget de la Ville de Paris en matière d'aide alimentaire. En raison des crédits disponibles, nous n'avons pas pu dégager cette année davantage. Je rappellerai quand même que c'est une compétence de l'Etat, que le Département a un dispositif avec le Centre d'action sociale déjà très important en matière d'aide alimentaire. J'ai participé moi-même vendredi aux 20 ans de la Banque alimentaire avec des débats extrêmement intéressants que nous aurons l'occasion, je pense, avec les associations qui se réunissent ici régulièrement à l'Hôtel-de-Ville de reprendre, réflexions sur l'augmentation croissante des dispositifs d'aide alimentaire dans toutes les grandes villes.
Je pense que je convierai "Le Relais Frémicourt" lors de la prochaine réunion pour que nous puissions mieux connaître et mieux mettre en réseau cette association avec les autres.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 426 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DASES 426 G).