Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2014
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2014 DDEEES 1084 G - Subvention (300.000 euros) et convention avec l’association "Aurore" (15e) visant un projet d’insertion de personnes en situation de grande exclusion intitulé "Carré des Biffins".

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2014


 

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous examinons à présent le projet de délibération DDEEES 1084 G relatif à l'attribution d'une subvention et d'une convention avec l'association "Aurore" visant un projet d'insertion, de personnes en situation de grande exclusion intitulé "Carré des Biffins". Je donne la parole à M. Jérôme GLEIZES. C?est bien cela ?

M. Jérôme GLEIZES. - C'est bien cela. Merci, Monsieur le Maire. Ce projet de délibération me permet une nouvelle fois de revenir sur la question des biffins et de demander où en est-on du suivi du v?u sur le sujet que notre Conseil a voté en septembre. En votant une subvention ici de 300.000 euros à l?association "Aurore", nous lui permettons de continuer son travail sur le Carré des Biffins à la porte de Montmartre dans le 18e arrondissement.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Cela a apparemment déjà été adopté.

M. Jérôme GLEIZES. - Il y a deux projets de délibération : un départemental et un municipal. Moi, j'interviens sur la partie municipale.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Ah, oui ! Donc, on laisse M. GLEIZES parler tranquillement, sereinement, sans l'interrompre.

M. Jérôme GLEIZES. - Tout à l?heure, c?était sur le transfert de locaux et là, c?est sur la subvention elle-même. Mais c'est sûr, c'est sur le même sujet. Je continue. Nous lui permettons de continuer son travail sur le Carré des Biffins à la porte de Montreuil dans le 18e arrondissement. Je remercie la mairie du 18e arrondissement, notamment son maire et son ancien maire d?avoir fait tout le travail nécessaire pour que cela puisse se faire dans cet arrondissement, ce qui n?est pas le cas de tous les arrondissements. Cet espace régulé de vente de produits recyclés montre que cela est possible. Si c?est possible dans le 18e, c'est aussi possible ailleurs dans Paris, notamment dans mon arrondissement, le 20e arrondissement. Pour autant, je tiens à rappeler, comme cela a été écrit dans le v?u, la question des biffins n'est pas qu'une des problématiques de grande exclusion. La biffe est une activité très ancienne à Paris. D'ailleurs, je rappelle que l'association "Aurore" a été créée en 1871. La biffe nécessite, en effet, de véritables compétences qui doivent être reconnues. Redonner vie à des objets usagers pour les revendre est un métier. Recycler des produits usagers est aujourd'hui une fonction sociale et écologique dans notre société. C'est un élément important d?une économie circulaire. Il est donc urgent de reconnaître ce rôle social, de reconnaître l?éthique des biffins, que l?on retrouve dans leur charte. Il est aussi important de reconnaître le rôle de ce que l'on appelait autrefois les chiffonniers, à distinguer des biffins, ces personnes qui récupéraient des produits usagés, non pas pour les réparer et les revendre, mais pour retirer les matières premières recyclables (papier, verre, cuivre, etc.) et les revendre. On appelle cela aujourd'hui la rémunération des apports. Nous voterons, bien sûr, ce projet de délibération et demandons : où en sommes-nous après les propos constructeurs de M. MISSIKA lors du Conseil de septembre 2014 dernier ? Cela ne concernait pas que la partie sociale sur les biffins.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, Monsieur GLEIZES. Pour vous répondre, Mme Dominique VERSINI? Est-ce qu?il est besoin de revenir sur un projet de délibération qui, en fait, a été adopté ? Je ne pense pas. Tout le monde est d'accord ? Il est donc adopté, comme il a été adopté tout à l'heure.