Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, Voeu déposé par M. Pierre CASTAGNOU, Mme Geneviève BELLENGER, M. Pascal CHERKI, Mme Danièle POURTAUD, et adopté en Conseil du 14e arrondissement, relatif à la sécurité piétonne sur le chemin de l’école.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2007


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous arrivons maintenant au voeu référencé n° 35 dans le fascicule relatif à la sécurité piétonne sur le chemin de l?école qui a été déposé par Pierre CASTAGNOU, Geneviève BELLENGER, Pascal CHERKI et Danièle POURTAUD devant le Conseil du 14e arrondissement. Et c?est M. BAUPIN qui répondra.

Madame BELLENGER, je vous donne la parole.

Mme Geneviève BELLENGER. - Depuis 2001, la Ville de Paris a mis au coeur de sa politique des déplacements l?urgente nécessité de sécuriser le jalonnement des piétons, notamment des élèves sur le chemin de l?école.

Cela s?est traduit par de nombreux aménagements pour rééquilibrer l?espace public en faveur des plus vulnérables, les piétons, qui représentent plus d?un déplacement sur deux à Paris.

Le 14e arrondissement a participé pleinement à cette reconquête de l?espace public en faveur des piétons : reconfiguration des carrefours Tombe Issoire-Alésia, Alésia Reille, entrée du parc Montsouris, et j?en passe, sécurisation de l?ensemble des traversées du boulevard des Maréchaux, avec l?aménagement urbain du tramway, aménagement de nombreuses zones 30 aux abords des écoles avec l?installation d?un ralentisseur ?type coussin? que nous avons introduit à Paris, pour les écoles Severo par exemple, le lycée collège Paul Bert, le groupe scolaire Maurice d?Ocagne et d?autres à venir.

Récemment, Paris a lancé une vaste campagne de sensibilisation à la prudence auprès de tous les usagers de l?espace public, automobilistes, piétons, cyclistes et motocyclistes.

En effet, cette campagne de sensibilisation pour dire ?Stop aux incivilités?, à l?origine d?une recrudescence des accidents en 2006 avec 64 morts et plus de 9.000 blessés, malgré une amélioration sensible depuis 2001 où l?on comptait 11.200 victimes et 114 morts, s?imposait au vu des résultats de l?analyse de l?accidentologie parisienne réalisée en partenariat avec la Préfecture de police. En effet, celle-ci fait ressortir que dans la majorité des accidents, ce sont les comportements qui sont en cause et principalement le non-respect des règles.

Dans cette perspective, un dispositif expérimental de signalisation a été mis en place devant les écoles afin d?inciter les automobilistes à être vigilants aux abords des établissements scolaires.

Ainsi, les inscriptions ?30 km/h? et ?Ralentir école? ont été peintes sur la chaussée à l?entrée de la voie et au niveau de l?école. Dans certains cas, ce dispositif est accompagné d?un panneau lumineux clignotant.

Le 14e a bénéficié de ce programme ?Sécurité école? dès sa phase expérimentale en 2005, avenue Maurice d?Ocagne et depuis quelques mois plusieurs établissements scolaires en ont bénéficié sur les rues Hippolyte Maindron, Asseline, Boulard, Delambre, Maurice Rouvier, etc.

Or, la rue d?Alésia qui est jalonnée de nombreux établissements scolaires du premier et deuxième degré, 12 en totalité, n?a pas été retenue dans la première phase d?aménagement de ce marquage au sol malgré notre demande auprès de la S.T.V. et le fort trafic de transit.

Aussi compte tenu du fort sentiment d?insécurité ressenti aux traversées piétonnes de la rue d?Alésia en général, malgré plusieurs aménagements et suite à de nombreuses remontées des associations de parents d?élèves, plus particulièrement pour la traversée de la rue d?Alésia au carrefour Hippolyte Maindron théâtre d?un accident important le 2 avril dernier, ce qui a d?ailleurs fortement ému la communauté scolaire de cette école -, sur proposition des élus du 14e et adopté à l?unanimité en Conseil du 14e le 2 mai dernier, le Conseil de Paris émet le voeu que les établissements scolaires des premier et deuxième degrés situés sur l?ensemble de la rue d?Alésia bénéficient d?un marquage au sol avec dispositif lumineux et que la traversée au carrefour Alésia/Hippolyte Maindron soit traitée en priorité, c?est-à-dire cette année et dans les plus brefs délais.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - La parole est à M. BAUPIN pour répondre.

M. Denis BAUPIN, adjoint. - Je voudrais remercier Mme BELLENGER et les élus du 14e arrondissement qui ont déposé ce v?u. Cela a été l?occasion de remettre en évidence tout un programme que nous avons mis en place d?aménagements à proximité des écoles pour améliorer la sécurité routière.

C?est un dispositif que nous avions souhaité expérimenter au cours de l?année 2005 et qui s?était révélé particulièrement efficace, avec de nombreux marquages au sol, comme vous avez pu les repérer sur les chaussées parisiennes car ils sont particulièrement visibles, marquant ?30 km/h? ou ?Ralentir école? qui ont un effet sur les automobilistes.

Nous avons commencé à mettre en place ce dispositif sur l?ensemble des voies qui peuvent être limitées à 30 kilomètres/heure et qui comportent des écoles. Dès l?année 2006, ce sont 160 établissements qui ont été ainsi concernés par ces aménagements.

En 2007, nous mettons en place le même dispositif pour des voies qui, elles, ne peuvent pas être mises à 30 kilomètres/heure parce que ce sont des voies du réseau principal, des voies de transit ou des voies qui sont empruntées par des autobus (que nous ne souhaitons pas ralentir), nous mettons en place des signalétiques au sol ?Ralentir école? avec des panneaux lumineux clignotants pour attirer l?attention des automobilistes.

99 établissements sont concernés et, dès cette année 2007, ce sont donc 40 établissements scolaires de premier degré qui vont être aménagés et équipés de ces dispositifs qui ont été choisis en fonction de l?accidentologie.

Dans le 14e arrondissement, notamment, deux écoles sont concernées. Toutes les deux se situent rue d?Alésia et vont déjà dans le sens du v?u déposé puisque ce sont les écoles des n° 3 et 3 bis et l?école du n° 12 de la rue d?Alésia pour lesquelles il y aura un marquage au sol et un panneau lumineux.

Les autres écoles de la rue d?Alésia n?avaient pas été retenues dans ce programme prioritaire parce qu?elles ont été repérées comme étant un peu moins dangereuses que les autres écoles. Il fallait bien trouver un certain nombre de critères pour pouvoir mettre en place progressivement ce dispositif.

Malgré tout, j?entends bien les remarques qui sont faites par les élus du 14e arrondissement et on va donc donner un avis favorable à ce v?u pour que ces écoles soient traitées en priorité dans le cadre de nos contraintes budgétaires. En effet, Monsieur le Maire, vous êtes bien placé pour savoir que les budgets ne sont malheureusement pas extensibles à l?infini.

En ce qui concerne le carrefour Hippolyte Maindron-Alésia, autre dossier, un accident grave a eu lieu le 2 avril dernier qui mettait en cause un piéton âgé, renversé sur un passage piéton par une moto.

Comme nous l?avons décidé depuis plusieurs mois, chaque fois qu?il y a un accident grave, un travail d?urgence se met en place entre les références sécurité de la Préfecture de police et de la Ville de Paris pour regarder quels aménagements permettraient d?améliorer la sécurité.

Pour l?instant, l?étude des aménagements et des dispositifs possibles est en cours. Une fois qu?on aura pu identifier quel aménagement pourrait permettre cette amélioration, il y a évidemment accord pour que, au titre d?un exercice budgétaire à venir, on puisse traiter ce carrefour.

Pour toutes ces raisons, je donne un avis favorable à ce v?u.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u assorti d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le voeu est adopté. (2007, V. 141).