Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe Centre et Indépendants relatif à un plan de prévention contre la prolifération des moustiques.

Débat/ Conseil général/ Avril 2009


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons à l'examen de la proposition de v?u référencée n° 12 G dans le fascicule, déposée par le groupe Centre et Indépendants, relative à un plan de prévention contre la prolifération des moustiques.

C'est M. POZZO di BORGO qui est le spécialiste et c'est M. LE GUEN qui lui répondra.

Vous avez la parole, Monsieur POZZO di BORGO.

M. Yves POZZO di BORGO. - J?avais été surpris, chaque printemps et chaque été, de voir le nombre de moustiques monter, et je me souviens, l?année dernière, au mois de juin, face à cette prolifération des moustiques, je suis allé moi-même dans une droguerie pour essayer d'acheter des produits pour lutter contre les moustiques. Je me suis rendu compte que dans la plupart des drogueries dans lesquelles je suis allé, il n'y avait plus du tout de produits anti-moustiques. J'ai commencé un peu?

(Mouvements divers sur les bancs de l'Assemblée).

Je dis cela, c'est important. J'ai continué mon enquête, j'arrive d'ailleurs au bistrot Solférino à côté du PS. Je peux te dire qu'il n'y avait pas de moustiques !

Je n'en reviens pas, mais il y avait sur tout le comptoir ces petites antennes pour lutter contre les moustiques. Il me dit : "c'est infernal, le nombre de moustiques actuellement".

J'ai continué mon enquête, Monsieur LE GUEN, j'ai même écrit au Maire de Paris qui ne m'a pas répondu au mois de juillet.

(Mouvements divers et rires sur les bancs de l'Assemblée).

Je n'ai pas eu de réponse.

Mais derrière les plaisanteries, le côté sympathique et comique de ce v?u, une réalité est importante : il y a une prolifération des moustiques.

Je vous signale qu'il y a deux dangers dans cette prolifération de moustiques. Je m'adresse aux médecins. Il peut y avoir des moustiques qui arrivent par les aéroports et qui peuvent avoir des conséquences sur la santé.

(Rires et exclamations).

Non, je ne parle pas des moustiques socialistes !

Deuxièmement, il y a des produits anti-moustiques qui sont très dangereux pour la santé. Je préfère que, dans cette affaire, les pouvoirs publics, que ce soit  d'ailleurs la Préfecture et la Mairie, s'intéressent à ce problème et qu'il y ait un travail de démoustication en amont pour éviter ces deux dangers que l'on perçoit.

C'est la raison de mon voeu et j'espère que M. LE GUEN, qui connaît bien le café Solférino, pourra me répondre.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci beaucoup, Monsieur POZZO di BORGO.

M. LE GUEN est surtout médecin, donc il pourra répondre à votre voeu.

Monsieur LE GUEN, vous avez la parole.

M. Jean-Marie LE GUEN. - Je suis comme vous. Surtout, j'ai bien réfléchi et regardé ce qui s'était passé dans une épidémie qui avait peut-être un peu marqué les esprits, à savoir l'épidémie de chikungunya, parce qu'elle avait fait énormément de dégâts sanitaires graves dans un Département français, en l'occurrence La Réunion, et dans d'autres pays aussi.

Par ailleurs, ce sont effectivement des virus qui sont transportés par les moustiques. Ce qui fait que cette question, au-delà de son caractère, j'allais dire un petit peu folklorique s'agissant de Solférino, présente une réelle préoccupation sanitaire, d'une part parce qu'il n'est pas inutile que les autorités chargées de cela - ce qui est au passage beaucoup plus le rôle de la D.D.A.S.S. que de la Ville de Paris, mais encore la Ville de Paris est toujours intéressée par tous les problèmes de santé environnementale -, il est important sans doute de lutter contre les nuisances de premier abord, encore aussi important d'avoir une véritable attention à ce type de pathologies de plus en plus transportées par ces animaux.

Pour l'instant, ils ont atteint le territoire métropolitain, car il y a effectivement des problèmes de chikungunya dans le sud de la France, et un certain nombre de nos collègues, parlant du réchauffement climatique, pourraient se poser le problème de savoir si ce genre de sujet n'avait pas vocation à un jour atteindre la Capitale.

C'est avec un minimum de sérieux qu'il faut suivre ce type de problèmes. Je signale au passage, pour que l'on ait tout cela en mémoire, à la fois les histoires de moustiques, mais c'est comme l'aile du papillon, cela a toujours quelques conséquences, c'est que si on n'avait pas été cherché au fin fond d'un bureau poussiéreux du C.N.R.S. un entomologiste, ou plus exactement des équipes d'entomologistes, pour essayer de nous faire comprendre comment se passaient les épidémies à La Réunion, nous aurions bien eu des problèmes.

Au moment où l'on veut que la recherche soit toujours au service des résultats les plus immédiats...

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, communiste et élus du Parti de gauche, du Mouvement républicain et citoyen et "Les Verts").

Voilà. Vous voyez que même l'entomologie, une science qui ne paraissait pas être au front de l'actualité scientifique et productive la plus immédiate, nous a apporté beaucoup de leçons en matière de santé publique. Donc, nous aurons à c?ur, mon cher collègue, avec les autorités publiques et avec les milieux académiques, d'être tout à fait à l'écoute de ces petites bêtes.

Merci.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur Jean-Marie LE GUEN.

Je mets aux voix la proposition de v?u n° 12 G avec un avis favorable?

M. Yves POZZO di BORGO. - Vous allez faire procéder à une démoustication ?

M. Christian SAUTTER, président. - Faites nous partager vos propos piquants. Allez-y, vous avez la parole.

M. Yves POZZO di BORGO. - Je remercie l'adjoint au Maire de cette réponse.

M. Christian SAUTTER, président. - C'est parfait.

M. Yves POZZO di BORGO. - Il est vrai qu'il y a quand même nécessité que la D.D.A.S.S. et la Ville de Paris commencent à engager un processus de démoustication dans certains endroits.

M. Christian SAUTTER, président. - Je suis désolé. On a déjà pris beaucoup de retard. La question a été clairement posée. La réponse a été claire. Vous pourrez continuer cette discussion passionnante dans les couloirs.

Donc, je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Centre et Indépendants, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2009, V. 20 G).