Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe communiste et les élus du Parti de gauche relatif à la situation des Centres sociaux parisiens.

Débat/ Conseil général/ Avril 2009


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons à l'examen de la proposition de v?u référencée n° 7 G dans le fascicule, déposée par le groupe communiste et les élus du Parti de gauche, relative à la situation des Centres sociaux parisiens.

C?est Mme SIMONNET qui le présente en une minute et c?est Mme EL KHOMRI qui lui répond dans le même délai.

Madame SIMONNET, vous avez la parole.

Mme Danielle SIMONNET. - Comme de nombreux élus de notre Assemblée, ce samedi, j'ai participé aux mobilisations des centres sociaux qui lançaient leur cri d?alerte.

Il faut savoir que nous avons 28 centre sociaux associatifs sur Paris, qui assurent l'animation et la coordination des actions associatives à vocation sociale : ateliers sociolinguistiques, action d?accompagnement à la scolarité, accès aux droits, aide à la parentalité, accompagnement social.

Ce sont, en outre, des lieux d?implication populaire, de participation démocratique extrêmement importants.

Ces centres sont dans une situation financière alarmante.

D?autant plus alarmante que c'est justement parce que nous entrons dans une crise sociale sans précédent que les moyens alloués à ces centres sociaux devraient être augmentés.

En effet, les ressources financières qui leur manquent pour mener à bien leur mission sont évaluées à un total de 1.150.000 euros. Et si les financements du Département de Paris aux centres sociaux ont progressé ces dernières années, le désengagement financier de l'Etat, le démantèlement de l?ACSÉ et les incertitudes qui pèsent sur la redéfinition des territoires "politique de la ville" en 2010 remettent en cause la pérennité de leurs actions.

Ainsi, la participation de l'Etat aux centres sociaux parisiens est passée de 21,4 % en 2003 à 9,8 en 2007 !

A travers ce v?u, le groupe communiste et des élus du Parti de gauche demande à M. le Président du Conseil de Paris d'alerter M. le Préfet de Paris sur l'ampleur des conséquences des baisses de financement de l'Etat à destination des centres sociaux et de lui demander une revalorisation conséquente et urgente des aides financières de l'Etat aux actions de cohésion sociale prioritaires compte tenu du contexte de crise.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame SIMONNET ; vous êtes intervenue une minute et demie, mais c'est bien quand même !

Mme EL KHOMRI vous répond et nous donne l'avis de l'Exécutif sur ce v?u n° 7 G.

Mme Myriam EL KHOMRI. - J'émets, bien évidemment, un avis favorable sur ce v?u.

En effet, à l'heure où le Département de Paris poursuit sans relâche son plan de renforcement, nous constatons avec colère et inquiétude le désengagement cynique et volontaire de l'Etat.

Voilà, pour illustrer mon propos, ce que nous avons récupéré de témoignages dans un centre social avec Mme Gisèle STIEVENARD, que nous avons visité dans le 19e arrondissement, et je crois que cela vaut tous les beaux discours :

"Qu'est-ce que le centre vous apporte à vous et votre quartier ?" - "Il nous aide à avoir des bonnes notes, il nous évite de s'ennuyer pendant le mercredi et le samedi".

"Qu'est-ce qui se passerait si le centre disparaissait ?" "On aurait des difficultés et on aurait de très mauvaises notes".

C'est un petit témoignage d'un élève de CM2. Au moment où l'on nous parle à tout va de parents démissionnaires, je crois que les centres sociaux et notamment les ateliers linguistiques qui permettent d'apprendre le français sont des outils extrêmement importants.

La participation du Département entre 2008 et 2009 a augmenté de 800.000 euros ; c'est pour faire plus d'activités en direction des habitants et non pas pour pallier les désengagements de l'Etat.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame EL KHOMRI. Vous avez une bonne note pour votre brièveté.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe communiste et les élus du Parti de gauche, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2009, V. 16 G).