Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DASES 26 G - Signature de conventions avec trois associations en charge de la gestion des trois espaces Dynamiques Insertion parisiens pour l'attribution d'une subvention. - Montant total : 457.500 euros.

Débat/ Conseil général/ Avril 2009


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DASES 26 G relatif à la signature de conventions avec trois associations chargées de la gestion de trois espaces Dynamiques Insertion parisiens pour l'attribution d'une subvention de 457.500 euros.

Madame RICHARD, vous avez la parole.

Mme Firmine RICHARD. - Merci, Monsieur le Président.

Monsieur le Président, mes chers collègues, ce projet de délibération qui permet de subventionner la gestion des trois espaces Dynamiques Insertion parisiens concerne un sujet de la plus haute importance, en particulier en cette période difficile : l'insertion des jeunes.

Comme nous l'avons souligné lors des questions d'actualité, les chiffres du chômage montrent que les jeunes sont vraiment les plus fragilisés en cette période de crise.

C'est pour lutter contre leur désespérance et leur offrir une vraie porte d'entrée dans l'insertion sociale et économique que ces espaces Dynamiques Insertion ont été mis en place.

Ils s'adressent donc aux jeunes les plus en difficulté avec un objectif de resocialisation qui impose une prise en charge très individualisée et un accompagnement sur la durée.

La clef de la réussite est bien cet accompagnement, cette prise en charge globale qui prend en compte les aspects psychologiques et sociaux, incontournables pour une insertion professionnelle pérenne.

Il s?agit parfois simplement de reprendre les apprentissages fondamentaux, de réapprendre le rythme des contraintes quotidiennes, comme se lever le matin ou être à l'heure à un rendez-vous.

Ce projet de délibération s'inscrit dans le combat plus global que mène la Ville pour lutter contre l'exclusion des jeunes de 16 à 25 ans. Cette population est aujourd'hui particulièrement touchée par la pauvreté, ce qui nous impose un plan d'action énergique.

Paris propose ainsi un dispositif d'accompagnement social et éducatif reposant sur des dispositifs diversifiés et personnalisés qui couvrent toutes les problématiques de la vie quotidienne, la santé et le logement notamment qui sont les deux formes de discrimination majeures que subissent les jeunes.

Je me réjouis particulièrement de ce projet de délibération qui engage certes des montants élevés, mais dans un investissement qui mérite tous nos efforts. Il s'agit d'intervenir auprès des jeunes alors qu'il en est encore temps afin de leur offrir un meilleur avenir.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame RICHARD.

Je donne la parole à Mme Myriam EL KHOMRI pour vous répondre.

Mme Myriam EL KHOMRI, au nom de la 6e Commission. - Merci, Monsieur le Président, merci, Madame la Conseillère, pour votre intervention.

Les trois espaces dynamiques d'insertion parisiens accueillent les jeunes de 16 à 26 ans en grande difficulté d'insertion. Ils sont organisés pour favoriser la prise en compte globale de tous les problèmes rencontrés pour les jeunes et lever les difficultés qui constituent un frein à l'insertion.

Une fois ces difficultés levées, ils doivent permettre l'accès aux dispositifs d'insertion ou de formation professionnelle classique ou à l'insertion professionnelle directe.

Ils viennent en complément des structures d'insertion et des formations qualifiantes offertes au plus grand nombre pour des jeunes que des difficultés sociales particulières éloignent du bénéfice des dispositifs classiques.

Depuis 2001, le Département de Paris, soucieux d'assurer des conditions d'insertion les plus favorables aux jeunes en difficulté a décidé de cofinancer ces trois espaces parisiens avec la Région Ile-de-France. Les conventions conclues avec chacun des trois espaces prévoient l'accueil d'au moins 100 jeunes par an.

Un appel à projets a été lancé par la Région en 2008, trois associations parisiennes ont été retenues. Je cite donc l'association nationale de réadaptation sociale pour la gestion de l'espace dynamique d'insertion "Emergence" dans le 11e arrondissement, l'association "Parcours" pour l'espace dynamique d'insertion "le Tipi" situé dans le 18e arrondissement et l'association "Sauvegarde de l'adolescence" pour l'espace dynamique d'insertion "Coqueron" dans le premier arrondissement.

Ces associations présentent toutes les trois un savoir-faire et une expérience, tant dans le champ de la socialisation et de l'éducatif que dans celui de la formation et de l'emploi qui leur permettent d'assurer la prise en charge du public visé, trop éloigné de l'insertion sociale ou professionnelle.

Les jeunes accueillis dans ces structures bénéficient d'un suivi individualisé et participent aux activités mises en ?uvre, à raison d'un minimum de 20 heures hebdomadaires sur une période moyenne de six mois.

Ils ont le statut de stagiaires de la formation professionnelle. A leur sortie des espaces dynamiques d'insertion, pour 64 % des jeunes, on constate une amélioration très sensible de la socialisation.

Je signale tout de même que l'année 2008 a été caractérisée par l'accueil d'un public globalement en très grande difficulté, de nombreux jeunes présentant des troubles du comportement sérieux voire des troubles psychiques ou psychiatriques nécessitant une prise en charge thérapeutique.

Les espaces dynamiques d'insertion sont donc un maillon essentiel dans le dispositif global que je vous ai présenté tout à l'heure pour l'insertion des jeunes en difficulté et l'accès à l'autonomie dont je rappelle qu'il permet de prendre en compte toutes les problématiques : logement, exclusion, errance, emploi, éducation, santé et discrimination.

Nous reconduisons donc au titre de 2009 le montant de la participation accordé en 2008 à ces trois association, soit

152.000 euros chacune.

J'appelle à voter favorablement pour ce projet de délibération.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci beaucoup, Madame EL KHOMRI.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 26 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DASES 26 G).