Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, DPVI 129 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec l’Etat la convention de mise à disposition du terrain d’assiette de l’ensemble immobilier dénommé “Palais de la Porte Dorée” (12e) à destination de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2006


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant au projet de délibération DPVI 129. Autorisation de M. le Maire de Paris de signer avec l?Etat la convention de mise à disposition du terrain d?assiette de l?ensemble immobilier dénommé ?Palais de la Porte Dorée?.

Madame MACÉ de LÉPINAY, vous avez la parole.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Le présent projet de délibération marque une nouvelle étape dans la réalisation d?un projet très important pour notre pays et pour la Capitale de la France. En application des engagements pris pendant la campagne présidentielle de 2002 par Jacques CHIRAC, le Gouvernement de Jean-Pierre RAFFARIN a confié à Jacques TOUBON, en sa qualité triple de Conseiller d?Etat, d?élu local et d?ancien Ministre de la Culture et de la Justice, la mission de préparer la réalisation de ce qui était alors dénommé ?Centre de ressources et de mémoire de l?immigration?.

Sur le rapport de Jacques TOUBON, Jean-Pierre RAFFARIN a décidé la création, au Palais de la Porte Dorée, de la Cité nationale de l?histoire de l?immigration comprenant à la fois un musée national, une médiathèque, des activités pédagogiques et de recherche et une programmation artistique et culturelle, au sein d?un réseau constitué d?associations, de collectivités locales, d?entreprises et d?autres partenaires.

Aujourd?hui, nous sommes à moins de 6 mois de l?ouverture de l?exposition permanente du musée, ouverture qui marquera la première étape de la réalisation effective de ce projet. Les travaux d?aménagement intérieur et de la scénographie vont être engagés dans les jours qui viennent. Le programme d?aménagement se déroulera progressivement jusqu?en 2009.

Notre Ville joue un rôle considérable dans ce projet. Le terrain de la Porte Dorée appartient à la Ville. Il avait été mis à la disposition de l?Etat en 1927 pour réaliser le pavillon d?honneur de l?Exposition coloniale internationale de 1931. En 75 ans, le palais construit par le grand architecte Albert Laprade, qui est aussi l?auteur de feu l?usine Renault de l?Ile Seguin et du pavillon de Cuba de la Cité universitaire, entre autres, a été successivement musée des colonies, de la France d?Outre-mer, puis de 1960 à 2000, grâce à André Malraux, musée des Arts africains et océaniens dont les collections sont désormais intégrées dans les collections du quai Branly.

La convention de 1927 était restée inchangée. Pour établir la Cité nationale de l?histoire de l?immigration, le Ministère de la Culture et la Ville de Paris ont donc engagé des négociations, non pas pour amender la convention existante qui appartient à un autre temps de notre histoire mais pour établir une nouvelle convention adaptée à la mission de cette nouvelle institution. La Ville et l?Etat ont discuté dans un bon climat. Je veux le souligner et rendre hommage à notre collègue Mme BOURCART, au cabinet du Maire et aux services qui ont fait diligence. En effet, l?adoption de cette convention est nécessaire pour l?obtention du permis de construire, comme pour accompagner le décret pourtant statut de l?établissement public de la Cité qui sera soumis demain au Conseil des Ministres.

Il est à noter que la Ville sera représentée au sein du Conseil d?administration de l?établissement public de la Cité par deux représentants. Elle l?est déjà aujourd?hui au sein du groupement d?intérêt public qui conduit le projet.

Notre groupe croit à l?importance de cette institution à la fois culturelle, éducative et civique qui permettra d?inscrire l?immigration dans notre société d?aujourd?hui et dans l?identité multiple de notre nation, grâce à une perspective historique très mal connue qui montre la part majeure que les étrangers ont pris depuis deux siècles à la construction de la France.

Nous tenons à féliciter notre collègue Jacques TOUBON de l?action persévérante et intelligente qu?il mène en tant que Président du groupement d?intérêt public de la Cité nationale de l?histoire de l?immigration pour que ce projet aboutisse en temps et en heure malgré les difficultés que rencontre inévitablement la concrétisation d?une mission aussi innovante.

Je tiens à remercier tous les Ministères qui se sont engagés dans la réalisation de ce projet et, en particulier, Renaud DONNEDIEU de VABRES, le Ministre de la Culture, qui considère que la Cité est un exemple d?une nouvelle politique culturelle plus proche des besoins de nos concitoyens.

C?est pourquoi nous voterons ce projet de délibération avec le sentiment que la Capitale de la France, une fois encore, remplit son devoir à l?égard de la Nation.

Merci.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Madame BOURCART, vous avez la parole.

Mme Khédija BOURCART, adjointe, au nom de la 6e Commission. - Très rapidement car Mme MACÉ de LÉPINAY a dit l?essentiel. Je suis, comme vous, très attachée à mettre en valeur les apports tant culturels qu?économiques des différentes immigrations qui ont fait aussi Paris depuis plus d?un siècle et demi. Ces populations, qu?elles aient ou non acquis la nationalité française, par leur travail, leur créativité, ont contribué à la richesse économique et culturelle de la France, en particulier de Paris.

Dès 2001, c?était un des axes forts de ma délégation, à savoir l?apport culturel des étrangers à l?identité parisienne. De ce fait, j?ai accompagné un certain nombre de projets qui allaient dans ce sens. Pêle-mêle, j?en cite trois : ?Génériques?, association qui s?est fixée pour objectif de préserver, de rendre disponible pour les chercheurs les archives liées aux parcours migratoires, j?en cite une autre qui est ?Raconte-moi ton histoire? dont l?objectif est de recueillir les mémoires d?immigrés dans les foyers migrants, une autre a travaillé sur l?histoire des femmes immigrées et cela a valu une exposition dans le 10e arrondissement, il s?agit de l?A.T.F.

Au-delà de cela, j?ai suivi avec beaucoup d?attention pour la Ville le projet de la C.N.H.I. Je l?ai suivi avec beaucoup d?attention dès sa genèse puisqu?il faut remonter au rapport Schwartz qui a été fait à la commande de Lionel JOSPIN alors Premier Ministre. Effectivement la concrétisation a eu lieu avec

M. Jacques TOUBON que je salue pour son travail et sa ténacité.

J?ai tenu, et le Maire de Paris aussi, à ce que la Ville soit totalement associée à ce projet, même si, au départ, nous n?avions pas choisi le lieu, dans le 12e arrondissement, mais nous avons tout fait pour que cela puisse fonctionner. Vous avez rappelé que c?est un terrain municipal, qu?il fallait revoir la convention qui était plus que fanée et que la Ville met à la disposition de la C.N.H.I. un terrain gratuitement.

Je rappelle que c?est aussi une participation en nature mais pas moindre puisque c?est quand même plus de 1,1 million d?euros. Je me réjouis de ce projet de délibération et de la création de ce centre qui, en restituant dans toute sa complexité la dimension économique, démographique, politique et sociale de l?immigration, pourra contribuer à changer les perceptions actuelles qui ont tendance à présenter comme nécessairement conflictuels les rapports entre les peuples, les cultures et les religions.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci, Madame BOURCART.

Mme Khédija BOURCART, adjointe, rapporteur. - Laissez-moi finir?

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Alors accélérez, Madame.

Mme Khédija BOURCART, adjointe, rapporteur. - Un groupement d?intérêt public a été créé en 2005. Il associait l?Etat, la Ville de Paris et le F.A.S.I.L. Il a piloté les travaux pour le Palais de la Porte Dorée et la préfiguration de la C.N.H.I.

Effectivement, vous le rappeliez, pour formaliser son partenariat avec la C.N.H.I., la Ville de Paris aura deux sièges au Conseil d?administration de l?établissement public appelé à remplacer ce G.I.P., le 1er janvier 2007.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPVI 129.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2006, DPVI 129).