Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2015
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UMP relatif aux chrétiens d'Orient. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2015


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Les v?ux nos 110 et 110 bis ont trait aux chrétiens d'Orient. Je donne la parole à Jean-Pierre LECOQ.

M. Jean-Pierre LECOQ, maire du 6e arrondissement. - Merci, Madame la Maire. Madame la Maire, mes chers collègues, chacun le sait, à intervalles maintenant de plus en plus rapprochés, les chrétiens d'Orient font l'objet depuis plusieurs années, depuis l?effondrement des régimes autoritaires, depuis les printemps arabes, de discriminations, d'intimidations. Leurs lieux de culte sont attaqués, des prêtres et des fidèles sont molestés, blessés, assassinés. Mais depuis maintenant 18 mois et la création de l'État islamique, à cheval sur l'Irak et la Syrie, c'est une entreprise d'anéantissement qui est à l'?uvre, nous rappelant les pogroms du XIXe siècle, le génocide arménien ou les massacres du Cambodge. Femmes violées ou éventrées, jeunes filles réduites à l'état d'esclaves, maris égorgés ou décapités : nous avons tous ces images d'horreur dans nos têtes. C'est la raison pour laquelle nous avons souhaité présenter ce v?u, au nom du groupe UMP, dont chacun dans notre Assemblée peut partager les considérants, et qui fait suite, Madame la Maire, mes chers collègues, au v?u qui a été porté par notre collègue Catherine LECUYER au mois de juillet dernier.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Monsieur KLUGMAN.

M. Patrick KLUGMAN, adjoint. - Merci, Madame la Maire. Chers collègues, effectivement, je vous remercie d?appeler à la fois à nouveau notre attention sur la situation des chrétiens d?Orient. Elle mérite la mobilisation continue et unanime que nous avons observée depuis 2012, en tout cas sur la situation en Syrie. Je voudrais simplement rappeler d?ores et déjà ce qui a été fait par la Ville de Paris depuis 2012. Depuis 2012, nous avons soutenu. Depuis le début de la crise en Syrie, nous avons mobilisé 635.000 euros d?aide d?urgence à "Action contre la faim", à "Care", à "Médecins du monde", à la "Croix-Rouge française", et plus récemment à l?"Union des organisations syriennes de secours médicaux", pour soutenir tous les programmes d?accueil et de soins des victimes de la guerre dans toute leur diversité, et notamment bien sûr parmi les minorités persécutées en Syrie, les chrétiens d?Orient. Nous avons surtout au mois de juillet effectivement adopté un v?u. Nous avons participé à la mobilisation devant la cathédrale de Notre-Dame avec les chrétiens d?Orient. Au mois de janvier, la Maire de Paris a reçu deux organisations, les principales, de solidarité avec les chrétiens d?Orient : le "Credo" et le "C.S.C.I.". Il s?agit bien, pour notre part, d?un soin constant, d?une mobilisation continue et qui ne cessera pas. Vous nous demandez aujourd?hui de mobiliser des aides d?urgence au profit d?associations ciblées. Je crois qu?en termes d?aide d?urgence, nous sommes un peu, en tout cas pour l?heure, au bout de nos ressources, et juridiquement nous ne pourrions pas évidemment faire droit à une demande qui est présentée comme cela. Ce que je vous propose, en revanche, dans le v?u de l?Exécutif que je vous propose d?adopter, c?est que nous recevions ensemble tous les acteurs de la mobilisation de solidarité avec les minorités persécutées, notamment et principalement les chrétiens d?Orient, et que nous évaluons ensemble l?action, l?utilité des dispositifs que nous avons mis en place. Nous sommes souvent d?ailleurs, Madame la Maire le sait bien, sollicités pour accueillir des manifestations de solidarité, notamment à l?Hôtel de Ville. Donc nous sommes au début ou en cours d?une mobilisation, et nous n?avons aucun problème naturellement à associer tous les groupes du Conseil de Paris à cette nécessaire mobilisation pour derrière mobiliser et continuer de mobiliser les Parisiens. Voilà le sens du v?u de l?Exécutif que je vous propose, si vous voulez bien retirer votre v?u et adopter le nôtre en commun. Merci.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci. Monsieur LECOQ, je ne peux qu?appuyer cette demande parce que c?est un sujet sur lequel nous sommes tous engagés et sur lequel, je pense, notre soutien aura plus de force s?il prend en considération la totalité des actions que nous conduisons déjà et si nous nous mobilisons ensemble. D?ailleurs, j?ajoute à ce qu?a dit très bien Patrick KLUGMAN, nous avons inauguré pour le 8 mars, au pied de la statue de Komitas, un jardin avec cent roses qui ont été plantées en mémoire des femmes tombées lors du génocide arménien. J?ai eu l?occasion de rappeler notre engagement et notre soutien auprès des chrétiens d?Orient à cette occasion. Nous allons avoir les commémorations du génocide avec différentes manifestations, ici et devant la statue de Komitas. La maire du 8e arrondissement s?est exprimée et était présente. Chaque occasion de soutenir les chrétiens d?Orient tous ensemble sera une occasion, je crois, d?un soutien plus fort. Je me permets d?appuyer fortement la proposition qui est faite par mon collègue pour que nous nous rejoignions sur des initiatives communes. Je pense qu?elles auront plus de force, et je m?y engage, en associant l?ensemble des présidents de groupe de cette Assemblée. Monsieur LECOQ.

M. Jean-Pierre LECOQ, maire du 6e arrondissement. - Merci, Madame la Maire, pour vos propos. Merci, Patrick KLUGMAN, pour sa réponse. Je crois avoir compris, dans le v?u de l?Exécutif, qu?il réintègre effectivement un certain nombre de considérants qui étaient prévus dans notre v?u. Il y avait une première version qui ne le faisait pas, une seconde version que je n?ai pas eue mais on me dit que les groupes se rapprochaient. Je souhaiterais néanmoins que? En fait, dans le v?u final, vous abordez le principe d?une réunion. Vous abordez effectivement le fait, vous l?avez rappelé, Madame la Maire, que différents groupes politiques par leurs représentants puissent être associés à ces réunions. Mais nous souhaitons bien évidemment, même si effectivement la Ville s?est déjà engagée, à partir du moment où il y a des besoins qui existent, qu?il y ait un engagement supplémentaire qui puisse être mis en ?uvre dans les prochains mois. Peut-être à travers, je ne sais pas, le budget supplémentaire si effectivement les lignes qui ont été inscrites ne suffisent pas. Mais là, on le sait, on a vraiment une responsabilité imminente. La Ville fait beaucoup en matière de politique humanitaire et beaucoup depuis longtemps mais, là, je pense que c?est un dossier qui mérite que nous nous rejoignons tous.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Très bien. Patrick KLUGMAN.

M. Patrick KLUGMAN, adjoint. - Monsieur le Maire, je pense effectivement que c?est le sens du v?u de l?Exécutif. Si en commun, avec les associations, nous voyons des lignes et des modalités supplémentaires sur lesquelles nous pourrions intervenir, je pense qu?il n?y aura pas de difficultés dans ce cadre-là à ce que nous revenions vers le Conseil de Paris, avec des projets à soutenir. Mais dans un v?u de l?Exécutif, on peut difficilement aller au-delà.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - En tous les cas, je rejoins cette proposition. C?est vrai qu?il y a une urgence de plus en plus importante, un afflux de réfugiés ici, mais aussi dans les camps de réfugiés dans lesquels nous intervenons à travers les associations humanitaires. Cela va de soi que ce n?est pas pour se dire qu?on laisse les choses en l?état s?il apparaît des besoins d?intervention complémentaires. Monsieur LECOQ, acceptez-vous le retrait ?

M. Jean-Pierre LECOQ, maire du 6e arrondissement. - Nous acceptons le retrait et de voter.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup. J?ai deux demandes d?explication de vote : celle de M. POZZO di BORGO et celle de M. Jérôme GLEIZES, pour le groupe UDI-MODEM et pour le groupe Ecologiste de Paris.

M. Yves POZZO di BORGO. - Sur ce v?u et la réponse de l?Exécutif, nous adhérons. Je crois qu?il y a un véritable crime contre l?humanité qui se produit dans cette zone-là. Je ne sais pas d?ailleurs si le Tribunal pénal international de La Haye pourra poursuivre parce que ce n?est pas un Etat, mais c?est le problème de cette fragilité du Tribunal de La Haye. Vraiment, nous soutenons, aussi bien vos propos, Madame le Maire, que ce que nos collègues ont proposé. Je rappelle que nous avions nous-mêmes fait un v?u il y a quelque temps sur ce sujet. Je voudrais juste rajouter qu?il faudrait peut-être adjoindre les Yézidis aux chrétiens d?Orient, parce que c?est une communauté qui souffre énormément, qui supporte les mêmes crimes que les chrétiens. Ils sont dans un endroit plus spécifique, mais je crois qu?on aurait intérêt à les rajouter. On le voit très bien, ce sont deux communautés communes qui supportent des crimes affreux.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Tout à fait, nous les intégrons bien sûr dans les populations à soutenir. Jérôme GLEIZES.

M. Jérôme GLEIZES. - Avec les modifications de M. KLUGMAN, nous voterons aussi ce v?u, en précisant bien qu?il faut faire très attention sur l?instrumentalisation des communautés entre elles. Il ne faut pas oublier qu?un des grands responsables, et ce n?est pas assez cité dans les considérants, est quand même le régime de Bachar Al-Assad, qui a commencé une guerre civile très meurtrière qui a fait plus de 200.000 victimes depuis quatre ans. La Ville de Paris s?est associée, samedi dernier, à ce triste anniversaire de la révolte populaire non-violente au début en Syrie. Ce qui est arrivé par la suite, avec la montée de Etat islamique et de Al-Nosra est une conséquence de ce conflit au départ. Il faut donc faire très attention par rapport à cela. Concrètement aujourd?hui, même sur le terrain, les milices syriaques chrétiennes, qui sont soutenues en partie en France, sont essentiellement appuyées par les milices kurdes de YPG et aussi par l?Armée syrienne libre selon les zones dans lesquelles on se trouve. Faisons attention à ne pas mettre en avant une minorité par rapport à une autre, parce que cela participerait à une sorte de balkanisation de cette région et c?est vraiment la pire des choses qui pourrait arriver à cette région.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - La pire des choses est qu?en ce moment les chrétiens d?Orient se font massacrer. Nous ne sommes pas le Conseil de sécurité de l?O.N.U. Aujourd?hui, face à ce massacre, moi, ma parole en tant que Maire de Paris, et appuyée par le Conseil de Paris, sera une parole forte et dans le cadre de nos actions. Nos actions sont dans le soutien aux réfugiés qui arrivent en France et dans le soutien aux réfugiés via les O.N.G. qui sont aujourd?hui accueillies dans les camps de réfugiés. Je crois qu?il faut quand même regarder les choses telles qu?elles sont et l?Orient sans les chrétiens d?Orient, ce n?est plus tout à fait l?Orient. Il faut garder aussi cela en tête. Le v?u n° 110 étant retiré, je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 110 bis de l'Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le v?u est adopté. (2015, V. 103).