Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

97 - QOC 2002-168 Question de Mme Sophie MEYNAUD, M. Jacques DAGUENET et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris à propos de la situation des animateurs sportifs de prévention du Service des sports de la Ville de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Février 2002


Libellé de la question :
"Les animateurs sportifs de prévention du Service des sports de la Direction de la Jeunesse et des Sports mènent une action remarquable auprès des jeunes Parisiens dans les espaces sportifs où leur présence est nécessaire. Tous expérimentés dans le domaine particulier de la prévention et dotés de compétences sportives de haut niveau, ils jouent auprès des jeunes parisiens un rôle éducatif important au-delà du projet sportif mené, notamment dans les quartiers les plus populaires.
Ces animateurs ont un statut précaire. Ils sont vacataires et leur activité est limitée à 1.014 heures de vacations annuelles (équivalent d'un mi-temps). A cela s'ajoute qu'ils ne bénéficient d'aucune reconnaissance du travail effectué, le plus souvent en zones sensibles.
Alors que ce travail éducatif, pour être valable, doit nécessairement s'inscrire dans le long terme avec un encadrement compétent, connu, reconnu et motivé, la situation professionnelle incertaine de ces animateurs compromet la pérennité et l'efficacité des actions conduites.
La pérennisation de ces emplois, la mise en place d'un statut stable et reconnu évitant une mobilité trop fréquente dans le métier, permettrait aux animateurs concernés de s'investir mieux dans leurs missions et de participer à la définition d'un véritable service de la prévention sportive dans les centres d'activités de Paris.
Aussi, parce que la Ville de Paris s'est engagée dans un v?u adopté par le Conseil de Paris à étudier la possibilité de mettre en place une filière animation dans la Capitale, Mme Sophie MEYNAUD, M. Jacques DAGUENET et les membres du groupe communiste demandent à M. le Maire de Paris dans quelle mesure il compte prendre en compte la situation des animateurs sportifs de prévention du Service des sports de la D.J.S. afin de pérenniser leurs emplois."
Réponse (M. Pascal CHERKI, adjoint) :
"La Ville de Paris organise, à destination des publics scolaires et adultes, des actions sportives qui s'inscrivent dans un dispositif comportant de multiples facettes :
- les écoles municipales des sports, nouvellement créées, permettent à des jeunes Parisiens de pratiquer le sport choisi parmi neuf disciplines, de manière plus intensive, durant une semaine entière, durant les vacances scolaires petites ou grandes. Ce dispositif novateur, lancé durant les vacances d'été 2001, avec 400 pratiquants, devrait monter en charge en 2002, et concerner près de 1.600 pratiquants ;
- les ateliers bleus sportifs, au nombre de plus de 1.400, dans 295 écoles, touchent environ 20.000 enfants ;
- les centres d'initiation sportive, qui accueillent de 1.500 à 2.000 enfants et jeunes de 7 à 17 ans durant les mercredis et les vacances scolaires, et leur proposent une trentaine de disciplines sportives différentes ;
- les centres sportifs scolaires, au nombre de 160, offrent à plus de 12.000 enfants chaque mercredi, la possibilité de s'adonner à la pratique régulière d'un sport, en partenariat avec les associations sportives des écoles et l'Union sportive de l'enseignement primaire (U.S.E.P.).
Par ailleurs, la Ville de Paris offre d'autres services à destination de publics d'adultes ou de jeunes. On peut mentionner en particulier les points d'accueil "sport-nature" qui proposent aux Parisiens des séances de gymnastique et remise en forme, le dimanche matin, dans des parcs ou stades municipaux.
De même, des actions de prévention par le sport sont organisées dans les équipements sportifs municipaux des quartiers les plus sensibles. Elles sont destinées - à entretenir et améliorer le dialogue avec les jeunes de ces quartiers, en accueillant les jeunes qui se présentent à l'improviste sur les établissements - à les informer des nombreux dispositifs sportifs ou éducatifs mis à leur disposition - et à proposer un véritable programme d'animations sportives, initiation, pratique d'un sport, ou organisation de tournois.
Ces actions sont confiées suivant les cas, à des "animateurs sportifs de proximité", titulaires ou emplois-jeunes, ou à des animateurs diplômés d'état vacataires, ou confiés à des associations de prévention, bien implantées dans les quartiers.
Il faut également citer les animations sportives "Ville-Vie-Vacances" organisées durant les vacances scolaires, avec le concours notamment des animateurs sportifs de la Préfecture de police de Paris.
Ces dispositifs, malgré leur efficacité reconnue, sont toutefois encore insuffisants, notamment en ce qui concerne le volet "prévention" qui nécessite une présence constante dans les quartiers, sur les terrains sportifs et dans les gymnases.
C'est pourquoi, la création d'une filière de l'action sportive inspirée de celle de la fonction publique territoriale est actuellement à l'étude.
Des discussions ont démarré avec les organisations syndicales représentatives de la D.J.S. afin de permettre la mise en place de cette filière qui permettra de développer et consolider la politique municipale d'animation sportive."