Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

128 - QOC 2002-129 Question de Mme Roxane DECORTE, M. Michel BULTÉ et des membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés" à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police relative aux dérapages constatés à la patinoire du 19e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Février 2002


Libellé de la question :
"Mme Roxane DECORTE, M. Michel BULTÉ et les membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés" souhaitent attirer l'attention de M. le Maire de Paris et de M. le Préfet de police sur les dérapages qui se sont produits à la patinoire de la place de Stalingrad (19e).
Des bandes de jeunes ont pris l'habitude de venir s'y défouler sans toujours respecter les autres patineurs. Des incivilités, des vols de patins, des chapardages, de multiples dérapages non contrôlés ont eu lieu. Les agents de la Fédération des sports de glace reconnaissent avoir été vite dépassés et les patineurs tranquilles ont été véritablement découragés.
Mme Roxane DECORTE, M. Michel BULTÉ et les membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés" souhaitent connaître les mesures prises pour remédier à cette situation et la prévenir à l'avenir."
Réponse (M. Pascal CHERKI, adjoint) :
"Pour la 1ère fois cette année, 3 patinoires ont été implantées par la Ville de Paris dans le cadre de l'opération "Paris sur glace", en collaboration avec la Fédération française des sports de glace.
A la demande du Maire de Paris, une de ces 3 patinoires a été installée sur le site de Stalingrad. Avec cette opération, il s'agit d'offrir aux Parisiens non seulement la possibilité de patiner mais aussi et surtout d'offrir à tous, jeunes et moins jeunes, des possibilités de sensibilisation et d'initiation aux sports de glace.
Aussi, la présence de groupes de jeunes sur et autour de la patinoire doit être considérée comme une réussite. En effet, cette patinoire située à proximité du bassin de la Villette et du parc des Buttes-Chaumont, à la convergence des 10e, 18e et 19e arrondissements est un lieu idéal pour organiser des manifestations à caractère sportif ou culturel, récréatif ou ludique.
Malheureusement la présence de groupes de jeunes crée un sentiment d'insécurité alors que rares sont les incidents. Mais certaines fois, des bandes, dont le patinage n'est pas la première préoccupation, sèment le trouble et créent des incidents. Sachant que le site retenu est classé comme étant une zone sensible, la Ville de Paris et la F.F.S.G., en liaison avec la mairie du 19e arrondissement, a, dès le départ, mis en place un dispositif de prévention des actes d'incivilités, en évitant de stigmatiser, plus que nécessaire, les usagers de la patinoire.
Néanmoins, le week-end du 19 et 20 janvier, une jeune femme a été prise à partie par 5 jeunes gens. La police, rapidement arrivée sur les lieux est intervenue. Après une enquête rapide, les 5 agresseurs présumés ont été interpellés puis après confrontation, ont été placés en garde à vue et déférés au Parquet.
Dans les jours qui ont suivi, une réunion est intervenue entre les responsables du site, les élus locaux et le commissariat du 19e arrondissement pour analyser à chaud la situation et mettre en place un dispositif afin d'éviter que ce genre d'incident ne se reproduise. Cette étroite coopération a permis d'accentuer les rondes de police de quartier. Toutes les 1/2 heures, des îlotiers du 19e patrouillent aux abords du site. La F.F.S.G. et la Ville de Paris ont mis à disposition des patinoires, 3 animateurs professionnels de la médiation pour assurer le site.
Sachez, qu'à la fin de l'opération, un véritable bilan sera dressé pour tirer les leçons de cette expérience, de manière à prévoir les aménagements nécessaires et permettre ainsi d'anticiper ce type d'événement.
Par ailleurs, M. le Commissaire du 19e arrondissement a demandé avec insistance que ce type d'animation soit maintenue et accentuée dans les mois et les années à venir. A ses yeux, la place de la Bataille-de-Stalingrad se doit d'être constamment occupée."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Les difficultés rencontrées par les riverains et les usagers de la patinoire installée sur la place de Stalingrad depuis le 5 décembre 2001, sont essentiellement dues au rassemblement quotidien de groupes de jeunes qui, par leurs agissements, créent un climat d'insécurité.
Depuis l'ouverture de cette patinoire, les services de police locaux ont procédé, les 20 et 26 janvier 2002, à l'interpellation, pour des actes de violences volontaires, de plusieurs mineurs qui, à l'issue de leur garde à vue, ont été déférés au Parquet de Paris.
Les fonctionnaires de la Direction de la Police urbaine de proximité n'ont, en revanche, été amenés à recueillir aucune autre plainte pour des délits perpétrés sur ce site.
Par ailleurs, je puis vous indiquer qu'une réunion a été organisée le 23 janvier 2002, à la Mairie de Paris, avec la participation du commissaire central du 19e arrondissement.
Lors de cette séance de travail, il a été décidé d'affecter des animateurs de la Direction de la Jeunesse et des Sports de la Ville de Paris, sur ce site, avec une mission d'encadrement et de médiation.
Ce dispositif vient en complément de l'action menée par les effectifs de police, qui se traduit notamment par des rondes et des patrouilles renforcées, dans ce secteur.
En outre, une présence permanente est assurée de 10 heures à 23 heures, aux abords de la patinoire par les policiers de quartier, fidélisés sur l'aire d'initiative, de responsabilité et d'échange du quartier Stalingrad.
Les services de police locaux ont reçu pour mission de maintenir, sur le site de la patinoire de la place de Stalingrad, une présence soutenue jusqu'à sa fermeture prévue le 3 mars prochain."