Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

35 - 2002, DAC 40 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec l'Association pour l'animation sportive et culturelle du sud parisien (13e) une convention relative à l'attribution d'une subvention de fonctionnement. - Montant : 500.000 euros

Débat/ Conseil municipal/ Février 2002


M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DAC 40 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec l'Association pour l'animation sportive et culturelle du sud parisien une convention relative à l'attribution d'une subvention de fonctionnement de 500.000 euros.
Je donne à nouveau la parole à M. TOUBON.
M. Jacques TOUBON. - Il s'agit d'une subvention à l'Association pour l'Animation sportive et culturelle du sud parisien mais qui est en fait la subvention affectée au théâtre municipal d'arrondissement que l'on appelle Théâtre 13.
Je résumerai la situation de la manière suivante. En l'an 2000, le Théâtre 13 a obtenu une subvention supplémentaire de 200.000 F. En 2001, puis 2002, il n'y a pas de subvention supplémentaire envisagée et le Théâtre 13 reste des cinq théâtres d'arrondissement celui qui bénéficie toujours de la plus petite subvention, alors qu'en particulier depuis l'arrivée à sa direction de Mme Colette NUCCI, il y a trois ans, le développement de l'activité du théâtre a été remarquable. En ce moment, il donne avec un grand succès une nouvelle production de "Oncle Vania" de Tchékhov.
Il me paraît y avoir deux raisons de proposer pour le Théâtre 13 une subvention supplémentaire et, à certains égards, exceptionnelle.
Premièrement, il se trouve que faisant partie de l'Association du sud parisien, le Théâtre 13 s'est trouvé embarqué dans une affaire juridico-sociale qui l'a conduit, d'une part, à être obligé d'appliquer à ses salariés la convention socioculturelle et à partir de là, à s'engager dans des dépenses beaucoup plus considérables et d'autre part, dans un contentieux qui lui a coûté en frais d'avocat et en indemnités transactionnelles passées avec deux des salariés -il y a encore pour un troisième un procès en cours- plusieurs centaines de milliers de francs. Ils ont été financés intégralement sur la subvention du théâtre, c'est-à-dire sur ses dépenses de production, d'accueil et de promotion, à l'exception de 30 % qui ont été financés sur la partie Centre d'animation de l'association, soit 70 % de ces 800.000 F ont été pris en charge sur la subvention sans augmentation.
Par ailleurs, le théâtre fait d'ailleurs à la demande de la municipalité d'arrondissement et de la Ville de Paris un effort supplémentaire d'ouverture puisqu'un festival de jeunes compagnies à été créé pour la fin de la saison et pour l'été. Cette activité "jeunes compagnies" se fait à l'heure actuelle avec une petite subvention de 50.000 F de la mairie d'arrondissement, rien de plus.
Monsieur le Maire, je dis qu'il n'est pas normal qu'à ces charges exceptionnelles n'ait pas correspondu une contribution nouvelle de la Ville.
C'est pourquoi je me permets de plaider pour que la subvention du Théâtre 13 soit augmentée dès cette année de 500.000 F.
Je profite d'avoir la parole, Monsieur le Maire, pour vous poser une simple question.
Pensez-vous qu'il est normal qu'aujourd'hui début février l'ADAC n'ait pas encore reçu sa subvention et qu'elle se trouve donc en difficulté de trésorerie ?
M. Pascal CHERKI expliquait tout à l'heure à propos des clubs sportifs que la négociation de convention d'objectifs ne devrait pas mettre en péril les associations et que pour faire face à leurs éventuelles difficultés, la Ville prévoyait que tout en négociant la convention d'objectifs, ce que vous faites avec l'ADAC, on devrait prévoir une subvention qui relaie en quelque sorte la trésorerie de l'ADAC. Cela n'a pas été fait et je pense que si la subvention n'est votée qu'au Conseil de la fin mars, l'ADAC, c'est-à-dire tous les ateliers culturels de voisinage, risque d'être en difficulté.
Voilà, Monsieur le Maire, ce que je voulais vous dire, d'abord sur le Théâtre 13 et incidemment sur l'ADAC.
Merci.
M. Christophe GIRARD, adjoint, président, au nom de la 9e Commission. - Je répondrai plus tard sur l'ADAC à ne pas confondre avec la Direction des Affaires culturelles (D.A.C.).
Vous savez, cher Jacques TOUBON, que j'apprécie tout autant le Théâtre 13 que le Théâtre du Lierre. Je connais le travail que fait Colette NUCCI. Je crois que vous l'appréciez comme moi. Il n'y aucune raison que nous ne puissions soutenir ce théâtre dans des conditions normales. Je crois être capable de vous répondre la même chose, c'est-à-dire qu'au budget modificatif, fort des remarques à la fois des membres de la 9e Commission mais également des membres du Conseil municipal du 13e arrondissement, dont vous faites partie, on sera en mesure, si la demande est reformulée, d'apporter une respiration sans doute nécessaire mais sachez que je veillerai à ce que nous soyons équitables dans le traitement des subventions accordées, comme le souhaite le Maire de Paris, aux théâtres d'arrondissement.
Pour ce qui est de l'A.D.A.C., le prochain Conseil de Paris réglera le problème de sa subvention, donc en mars. Sachez que dans l'audit nous avons eu la bonne surprise de voir que l'A.D.A.C. était tellement bien gérée, qu'elle avait des réserves de trésorerie, donc il n'y a pas d'inquiétude particulière à avoir.
Je ferai simplement une remarque sur les déclarations de M. BALANIA dans le "Parisien" : "J'ai été surpris par la personnalisation qu'il faisait de l'A.D.A.C. dans ses déclarations où il dit "je", "moi", car il s'agit d'argent public, et il faut se garder de personnaliser.
Je crois qu'il serait bien de dire en effet "nous" lorsqu'il s'agit d'argent public.
Voilà, je sais que l'on a avec M. BALANIA un certain nombre d'échanges, qu'une convention d'objectifs sera signée et qu'une situation sans doute plus claire sera établie entre la Ville et cette importante association qui rayonne dans Paris.
On va passer au vote de la subvention pour le Théâtre 13.
Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 40.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DAC 40).