Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

119 - QOC 2002-122 Question de M. Yves POZZO di BORGO et des membres du groupe Union pour la Démocratie Française à M. le Maire de Paris sur la disparition de places de parking entraînée par l'application de la réglementation de la lutte contre l'incendie

Débat/ Conseil municipal/ Février 2002


Libellé de la question :
"La réglementation concernant les pompiers et la nécessaire adaptation des rues et des immeubles aux règles de prévention ont entraîné, ces derniers temps, une disparition conséquente de places de parking qui étaient, en général, utilisées par les résidents parisiens.
M. le Maire de Paris peut-il faire connaître à M. Yves POZZO di BORGO et aux membres du groupe Union pour la Démocratie Française le nombre de places dans la voirie qui ont été ainsi supprimées et qui ont, de ce fait, diminué la capacité de stationnement résidentiel. Ces chiffres pourraient-ils être fournis par arrondissement, en précisant les rues concernées ?"
Réponse (M. Denis BAUPIN, adjoint) :
"Les voies de la Capitale bordées de bâtiments nécessitant, en cas de sinistre, la mise en station de véhicule-échelle de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (B.S.P.P.), doivent offrir une largeur de chaussée libre de tout stationnement de 4 mètres ou 3,50 mètres selon que le stationnement est bilatéral ou unilatéral.
De plus, une distance maximale de 8 mètres est imposée entre la bordure de trottoir ou la file de stationnement et la façade des immeubles, afin d'assurer l'accessibilité à ces derniers.
En application de ces normes, le Préfet de police, autorité de tutelle de la B.S.P.P., a pris un certain nombre d'arrêtés qui ont conduit à la suppression d'emplacements de stationnement.
S'agissant des suppressions d'emplacements de stationnement payant mixte ouverts aux résidents, les fiches jointes précisent, arrondissement par arrondissement, les voies et le nombre de places supprimées en 2001 et pour le début 2002.
Des solutions alternatives sont recherchées. La Municipalité marque notamment, lors des renouvellements de concession de parcs publics, sa volonté de tarifs plus attractifs pour les résidents et d'une augmentation du nombre de places qui leur sont réservées.
De même, afin de privilégier le stationnement des résidents, les emplacements de stationnement à l'heure actuelle gratuits seront transformés en places résidentielles supprimant ainsi les voitures ventouses."